Thierry Guthmann, Nippon Kaigi ou la vitalité du nationalisme politique dans le Japon contemporain, Paris, Les Indes savantes, 2021, 230 pages, 26 €.

 

Un compte rendu de Denis Andro

L’auteur, professeur à l’université de Mie, au Japon où il est établi depuis vingt-cinq ans, chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS, Lyon) est spécialiste du politique et du religieux (Shintô et politique dans le Japon contemporain, 2010 ; Précis de politique japonaise, 2011). Il aborde ici le lobby d’extrême-droite ou nationaliste (mais qui s’auto-désigne et est souvent désigné par les médias comme simplement conservateur) Nippon kaigi (« La Conférence du Japon »). Ce lobby fondé en 1997 par la fusion de deux organisations, dont l’objectif général est de redonner une fierté nationale supposée affaiblie, a fait l’objet de sept livres au Japon et de nombreux articles à l’étranger du fait notamment de son influence sur le Parti libéral démocrate au pouvoir de façon quasi ininterrompu depuis l’après-guerre. En 2014 par exemple, sur 720 parlementaires des deux chambres, 289 étaient affiliés à ce groupe (soit 40%), par conviction nationaliste et parfois, comme l’analyse Thierry Guthmann, par calcul politique ou opportunisme. Sous le gouvernement Abe (le profil et les choix politiques de l’ancien premier ministre de 2012 à 2020, assassiné en juillet 2022 sur fond d’une rancoeur anti-sectaire, donc après la parution du livre, fait l’objet d’une analyse détaillée), lui-même proche de Nippon kaigi, une partie des ministres y était également affiliée.

L’approche de l’auteur n’est pas polémique ou à la recherche d’une « tête pensante » (une interprétation faite par un journaliste japonais sur le rôle supposé d’une société secrète n’est pas reprise), mais sociologique, à partir d’une biographie en japonais et en anglais (il n’y a quasiment rien en français) et d’entretiens avec des cadres nationaux et locaux du Nippon kaigi. Il est néanmoins souligné qu’une forte culture du secret entoure l’organisation. Nippon kaigi se distingue soigneusement, par ailleurs, par son style et ses modes d’action (mais pas au fond véritablement par ses valeurs), de l’extrême-droite notamment dite des « camions noirs » que l’on voit aux abords des grandes gares, un haut parleur hurlant « de vieux chants militaires ». Si cette dernière est marginale, Nippon Kaigi vise et semble atteindre une certaine centralité.

Après avoir présenté les différentes campagnes par lesquelles depuis 1945 l’extrême-droite japonaise s’est manifestée (par exemple pour le rétablissement de la datation selon les ères impériales), l’auteur montre combien Nippon kaigi, l’organisation fédératrice la plus importante, se situe au premier plan ; il en fait la genèse en détaillant certaines composantes religieuses qui ont contribué à sa naissance et en en analysant la cohérence idéologique, puis le lobbying politique « entre fantasmes et réalités ». Dégageons succinctement quelques aspects.

Nippon kaigi présente une organisation nationale structurée de près de 40 000 membres avec une présence locale effective et capable d’initiatives dans les départements ; il est doté d’une revue mensuelle interne, Nippon no ibuki (Le Souffle du Japon), d’une puissante Amicale de parlementaires ; il intègre de nombreuses femmes. La prise de décision serait plutôt collégiale. Le lobby intervient notamment pour essayer de peser sur les décisions des législateurs et pour promouvoir ses valeurs auprès de la population, à travers des campagnes de mobilisation, des pétitions, à l’occasion des campagnes dites de « commentaires publics » – pratique par laquelle le gouvernement japonais sonde l’opinion lors de la phase de préparation d’un texte de loi –, des rassemblements, des caravanes traversant le pays, des ateliers que l’auteur qualifie d’ « éducation populaire ». L’objectif, entièrement assumé, de redonner fierté aux Japonais, conduit à décliner un certain nombre d’engagements et de prises de position que l’auteur passe en revue et dont il analyse les argumentaires, par moments confinant à une pensée qualifiée d’orwellienne (du type « la guerre c’est la paix » ). Nippon kaigi adopte des positions révisionnistes en matière historique, avec la minoration ou la négation des crimes de l’armée impériale, comme le Sac de Nankin de 1937, ou la prostitution forcée dans des régions conquises. Il réclame un changement de la Constitution pacifiste de 1947, tout particulièrement de son article 9 qui stipule que le Japon renonce à la guerre comme moyen de résoudre des conflits (même si le Japon a des forces d’auto-défense) ; il se prononce en faveur des intérêts de la nation japonaise conçue comme un corps homogène sur les différends territoriaux avec la Chine (archipel de Senkaku en mer de Chine orientale), la Corée du sud (îlots de Takeshima et île de Tsushima), et avec la Russie autour des Territoires du nord (comme on appelle au Japon les îles Kouriles au nord d’Hokkaido, prises par l’armée soviétique en 1945) ; il s’oppose au droit de vote des étrangers aux élections locales. Nippon kaigi défend des valeurs sociétales conservatrices, promouvant ainsi une relation entre sexes marquée par la « différenciation » : dans cette logique, les deux sexes ont leurs particularités propres ; les femmes sont censées être plus aptes à s’occuper des enfants – « les militants du lobby nationaliste en veulent pour preuve que ce sont elles qui les mettent au monde » (p. 102) ; l’individualisme d’origine occidental est critiqué ; le lobby nationaliste réclame que l’éducation nationale promeuve des valeurs comme le patriotisme (allant jusqu’à se référer au Rescrit impérial sur l’éducation de 1890 « qui mettait l’accent sur les devoirs du citoyen à l’égard du pays ») ; il projette l’image d’un âge d’or passé idéalisé, fondé sur la famille de trois générations vivant sous un même toit, telle qu’elle existait encore dans les années 1950/1960.

La clef de voûte du lobby est la révérence à l’empereur et à la Maison impériale. Dans la version littéraliste du shintoïsme d’État tel qu’il a été construit avec la Restauration de Meiji et démantelé par l’occupant américain, l’empereur est supposé être le descendant d’une lignée ininterrompue de 126 souverains remontant au premier empereur Shinmu, lui-même supposé être le descendant de la déesse du soleil Amaterasu. Ce mythe n’est pas, semble-t-il, à proprement parler professé, mas il n’est pas non plus déconstruit (un interlocuteur de l’auteur établit habilement une comparaison avec le thème de la virginité de Marie dans le christianisme). En matière de relation avec les États-Unis, Nippon kaigi fait preuve de suivisme : il ne prône pas une opposition à l’Amérique ; la menace, qui était auparavant pour la droite et l’extrême-droite japonaises le communisme, est aujourd’hui la Chine continentale, plus encore que la Corée du nord et la Russie. Dans la continuité de ce positionnement au moins tactique (l’auteur parle d’un « pis-aller ») le lobby nationaliste ne réclame pas le démantèlement des bases militaires américaines qui suscitent, à Okinawa, une importante opposition.

La place du religieux, tel qu’il se présente dans le contexte historique japonais, est particulièrement frappante dans la structuration du lobby (même si des associations non religieuses en sont également membres). Thierry Guthmann aborde cet aspect dans son historique du lobby et y consacre ensuite un chapitre entier : « Religion et nationalisme ». D’une part, la colonne vertébrale de l’organisation et l’une de ses sources structurantes est l’association des sanctuaires shinto (« Jinja honchô »), qui regrouperait 79 000 sanctuaires sur les 85 000 sanctuaires shinto que compte le Japon , même si seule une partie des sanctuaires est mobilisable dans les faits par l’organisation; on note aussi la présence de représentants des plus grands sanctuaires du shintoïsme (Ise, Meiji, grand sanctuaire très touristique inauguré en 1920 à Tokyo, qui a également eu un rôle dans la naissance du lobby, et lui fait des dons) ou le sanctuaire de Yasukuni. Ce dernier, dédié aux esprits des Japonais morts à la guerre, et où figurent des criminels de guerre, suscite des polémiques intérieures et des tensions avec les voisins anciennement colonisés lors de visites des politiciens – visites (telle celles de premiers ministres) que Nippon kaigi soutient pleinement. D’autre part, Nippon kaigi intègre, y compris dans son conseil d’administration, des représentants de « nouvelles religions » (shinshûkyô). L’histoire du lobby témoigne de cette imbrication : des étudiants appartenant à l’une de ces nouvelles religions, Seishô no ie (« Accueil des progrès infinis ») fondée en 1930 par Taniguchi Masaharu (qui soutenait le militarisme, et dont les Américains ont interdit après-guerre la publication des textes) ont créé à partir de 1967, en s’inspirant des modes d’action de leurs adversaires d’extrême-gauche (la Zengakuren) alors hégémoniques sur les campus, des syndicats d’étudiants d’extrême-droite qui remplirent la prouesse de remporter les élections étudiantes à Nagasaki. Une organisation issue de la dynamique de ce milieu, la Commission pour la concertation de la jeunesse japonaise, ou encore l’ancien adepte de Seishô no ie et ex-leader étudiant d’extrême-droite Kabashima Yûzô (devenu secrétaire général de Nippon kaigi) illustrent cette imbrication. Seishô no ie s’est, depuis, mis en retrait de la politique (même si plusieurs anciens de cette secte étaient dans l’entourage d’Abe) mais douze nouvelles religions, dont l’auteur fait la liste et présente les croyances, participent au lobby nationaliste. Toutes, au-delà de leurs différences (certaines se rattachent au bouddhisme du Sûtra du Lotus, d’autres aux croyances shinto, il y a même une religion chrétienne d’origine japonaise : Makuya (« Tarbernacle »)) vouent un profond respect à l’empereur et à la Maison impériale. On notera parmi ces sectes de plus ou moins grande envergure (les chiffres du nombre d’adeptes sont gonflés et invérifiables) Sûkyô Mahikari (« Religion suprême de la véritable Lumière »), fondé en 1978, qui a une présence à l’étranger parfois non négligeable (ce fut le cas, indiquerons-nous ici, aux Antilles françaises, et actuellement au Brésil, où Bolsonaro a en 2019 décrété une « journée nationale de Sûkyô Mahikari) » et dont, selon les observations de Tamotsu Sugano, auteur en 2016 d’un livre sur Nippon kaigi, des cars entiers d’adeptes fournissent parfois la clientèle des spectateurs (et à l’occasion des électeurs) à des rassemblements de Nippon kaigi dans des grandes villes japonaises. On a là, probablement, une des clefs de compréhension des relations entre hommes politiques de droite, sectes (« nouvelles religions ») et Nippon kaigi. De nature quasiment religieuse est enfin, comme on l’a indiqué, la clef de voûte idéologique du Nippon kaigi : la référence (et révérence) absolue à l’empereur et à la Maison impériale.

L’approche de Thierry Guthmann, méthodique et précise sur les différentes dimensions historiques, sociologiques et idéologiques de ce lobby, permet de mieux se repérer dans des aspects parfois peu connus de la politique intérieure et de la société japonaises, y compris dans le domaine religieux. La place de Nippon kaigi se situe dans un cours historique plus large Sans doute des pôles critiques demeurent : c’est le cas du syndicat enseignant de gauche Nikkyôso, « vieil ennemi » de Nippon kaigi, qui le qualifie de « cancer » ; le manga historique hostile à l’empereur Gen d’Hiroshima, de Keiji Nakazawa, qui avait été retiré en 2013 de l’accès libre dans les écoles de la ville de Matsue, a été à nouveau autorisé à la suite d’une plainte. Mais globalement l’opinion s’est, au Japon, droitisée ces dernières décennies. Un ancien militant d’extrême-droite le remarque : « Lorsque nous autres étions étudiants et que nous parlions d’ « indépendance de la défense » ou de « nucléarisation des forces armées », on nous traitait immédiatement et systématiquement de « fascistes » ou de « militaristes ».(…) aujourd’hui (…) les revues qui sans complexe publient ce genre de prise de position remplissent les rayons.  Les choses sont complètement différentes d’il y a 40 ou 50 ans ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.