Roger Ekirch, La grande transformation du sommeil. Comment la révolution industrielle a bouleversé nos nuits (Sleep we have lost : pre-industrial slumber in the British Isles / The modernization of western sleep : or, does insomnia have a history ?), Paris, éditions Amsterdam, 2021 (édition originale des articles en 2001 et 2015), traduction et préface de Jérôme Vidal, postface de Matthew Wolf-Meyer, 200 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Une découverte révolutionnaire : c’est par ces mots que Jérôme Vidal qualifie le résultat de l’enquête historique menée par l’historien britannique Roger Ekirch, jusqu’à présent peu connu chez nous. Et il est vrai que sa mise en évidence d’une dichotomie entre le sommeil pré-moderne, fractionné, et le sommeil de la modernité, plus resseré, a de quoi surprendre. Elle permet surtout de montrer que le sommeil, comme tout ce qui caractérise l’humain, est déterminé socialement. Cet ouvrage, inédit dans sa forme, est constitué de deux articles publiés à des moments différents dans les revues The American Historical Review et Past & Present.

Le premier article essaye donc de cerner les critères du sommeil ayant précédé la révolution industrielle. Partant du souci exprimé d’un bon lit et d’un sommeil profond, de 7 à 8 heures, Roger Ekirch insiste sur tous les éléments qui allaient à rebours de cet idéal. Car contrairement à ce que certains imaginent, en évoquant un sommeil d’antan plus apaisé et réparateur, bien des obstacles se dressaient contre lui : douleurs des maladies physiques moins bien soignées, peur vis-à-vis des risques d’incendie ou de vol, manque de confort des plus pauvres… Autant de données qui généraient une probable fatigue chronique, particulièrement chez les exploités. Surtout, Roger Ekirch, en s’appuyant sur de multiples traces, passages de livres, tableaux, reconstitue le modèle type du sommeil qui, selon lui, a prévalu depuis au moins l’époque antique (le christianisme ne fit que se couler dans ce moule, en instituant la prière nocturne). Un premier sommeil, de 3 à 3,5 heures ; un état de veille après minuit, pouvant durer une heure environ ; un second sommeil, d’une durée équivalente au premier. Pour expliquer cette fragmentation, Roger Ekirch incrimine l’absence de lumière artificielle, ou tout au moins sa force moindre, qui poussait les individus à se coucher plus tôt, ouvrant à cette fragmentation de leur sommeil. Une réalité d’ailleurs moins sensible, selon les traces historiques, chez les représentants des catégories aisées, qui avaient justement les moyens de disposer d’une lumière artificielle plus soutenue. Ce temps de veille en milieu de nuit était mis à profit pour fumer, faire l’amour, réfléchir, discuter, voire même travailler (y compris pour des activités de délinquance). Il permettait aussi, apparemment, de se saisir davantage de ses rêves, un révélateur de soi durant ce temps plus libre et détendu que pendant la journée et ses multiples contraintes. Il y aurait certainement beaucoup à approfondir sur cette question des rêves, leur appréhension, leur appropriation, et le recul avancé de ces derniers à notre époque.

Le second article, justement, se penche plus particulièrement sur le passage de ce sommeil ancestral au sommeil qui est le nôtre aujourd’hui. S’appuyant sur des publications diverses, étatsuniennes et britanniques, datant aussi bien du XIXe que du XXe siècles, Roger Ekirch montre que l’heure du premier coucher fut progressivement repoussée, dans le même temps où la durée du premier sommeil allait croissante (atteignant 5 à 6 heures). Cette double évolution entraina une réduction subséquente du second sommeil et du temps de veille. Les causes de ce changement, urbain d’abord, sont à chercher dans la vie nocturne accrue des villes, le fonctionnement de certaines entreprises 24 heures sur 24, et surtout dans le développement de la lumière artificielle. Parallèlement, un souci hygiéniste se fit jour, recommandant de se passer de second sommeil au profit d’un lever matinal, accompagné d’exercices physiques, une préconisation associée à la valorisation économique promue par le capitalisme (« le temps c’est de l’argent »). L’exemple de certaines innovations apparues au milieu du XIXe siècle, comme le « lit réveil-matin » (p. 99), censées faciliter ce lever matinal, a de quoi laisser songeur ! Cette mise en perspective historique amène Roger Ekirch à percevoir différemment la question de l’insomnie contemporaine. Autrefois, seules les difficultés d’endormissement étaient évoquées, avant que l’insomnie comme problème de réveil en milieu de nuit ne s’impose… alors même que les conditions de sommeil ont été radicalement améliorées par la modernité. Peut-être faut-il simplement voir dans l’insomnie un reliquat, une réapparition de la forme précédente de sommeil, notre sommeil consolidé étant très récent à l’échelle de l’histoire humaine.

Il y a là un champ encore à explorer, mais qui suscite indéniablement la réflexion. Matthew Wolf-Meyer, dans sa postface, en dresse d’ailleurs un tableau partiel, insistant sur ce qu’il nomme l’« impérialisme temporel » que le capitalisme industriel aurait imposé à l’humanité soumise à ses règles. De quoi approfondir la discussion, complexifier également les enjeux mis en avant par un Jonathan Crary dans 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil1, livre d’ailleurs critiqué par Jérôme Vidal pour son simplisme…

1

Il est chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8438



Citer ce billet
dissidences (2022, 5 novembre). Roger Ekirch, La grande transformation du sommeil. Comment la révolution industrielle a bouleversé nos nuits (Sleep we have lost : pre-industrial slumber in the British Isles / The modernization of western sleep : or, does insomnia have a history ?), Paris, éditions Amsterdam, 2021 (édition originale des articles en 2001 et 2015), traduction et préface de Jérôme Vidal, postface de Matthew Wolf-Meyer, 200 pages, 17 €. Dissidences : le blog. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://dissidences.hypotheses.org/15160

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.