Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, Paris, Gallimard / Julliard, collection « Archives », 1980, 272 pages, 6,20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tout au long de sa carrière d’historien, le regretté Marc Ferro (1924-2021) est revenu à plusieurs reprises sur le sujet de sa thèse, la révolution russe. Outre La Révolution de 1917, donc, paru au moment du cinquantenaire de l’événement, il y eut quelques livres sur les derniers Romanov et cet ouvrage de l’excellente collection « Archives », dont l’Omnibus sorti en 2011, 1917. Les Hommes de la révolution, prolonge et élargit en partie la démarche1. Devenu un classique, il s’agit d’une grille de lecture de la révolution d’octobre, principalement, et de l’enchaînement d’événements ayant conduit à la mise en place d’un régime totalitaire (terme que Marc Ferro endosse), qui s’articule autour de trois idées centrales : l’abandon précoce de tout idéal démocratique « classique », l’absence d’une responsabilité unilatérale des bolcheviques, et le rôle joué par toutes les autres institutions concurrentes des partis, qui conduit à une superposition d’identités chez les individus. Un éloge de la complexité, donc, qui prend appui sur une sélection de documents relativement variés.

Dès la fondation du soviet de Petrograd, Marc Ferro souligne en effet la prédominance quasiment séminale des organisations, en lieu et place des masses anonymes et agissantes. Un des grands intérêts des documents choisis, c’est d’ouvrir à des situations locales, celle du soviet de Saratov en particulier. Ainsi, dans cette toile de comités de toutes sortes qui recouvre la Russie en cette année 1917, la formation de milices populaires suscite des discussions, sur la participation des femmes, le versement ou non d’une indemnité, ou le rejet des anciens membres de la police tsariste… De même, l’essor des mouvements coopératifs, des syndicats et des comités d’usine sont des caractéristiques fortes de la période, avec, tout au long de l’année 1917, une radicalisation de nombre de ces structures (comités d’usine, comités de quartier et gardes rouges) par rapport au soviet de Petrograd, devant le refus de concessions de la part des possédants, ce qui les pousse à incarner autant de « centres autonomes de pouvoir » (p. 80). Mais très vite, Marc Ferro souligne l’apparition d’un processus de bureaucratisation par en haut, du fait de l’action des partis, et par en bas, avec le choix de permanents rémunérés, qui accompagne (ou génère) l’étiolement de la vie démocratique dans ces structures de base. Un processus analysé et critiqué très tôt par certains, tels les communistes de gauche bolcheviques2, mais qui expliquerait en partie la victoire d’octobre, convergence entre les bolcheviques et ces comités divers en concurrence avec le gouvernement provisoire, et donc expression d’une majorité populaire.

Marc Ferro parle à ce sujet d’« un absolutisme à foyer double » (p. 138), présentant surtout des témoignages allant dans ce sens3, et n’illustrant pas suffisamment le positionnement bolchevique proprement dit ni le contexte allant dans le sens d’une dramatisation des événements. Absolutisme, en effet, dont la dimension moins connue concerne les soviets disséminés dans tout le pays. Le rapport fait par Georges Gurvitch, futur grand sociologue, devant le Comité exécutif du IIIe Congrès des soviets début 1918, est particulièrement passionnant pour comprendre le réseau des soviets qui couvre le territoire de l’ancien empire russe et les pratiques de chacun. Car ce sur quoi Marc Ferro insiste, c’est sur le manichéisme dont feraient preuve les prolétaires et paysans représentés dans ces soviets, favorables à un pouvoir absolu et parfois au rejet des socialistes-révolutionnaires et des mencheviques. Une fois les bolcheviques au pouvoir, apparaît un phénomène de dessaisissement progressif des comités d’usine au profit des syndicats, qui tient en grande partie au souci, de la part des nouveaux dirigeants, de rétablir un minimum d’efficience économique par le biais de la centralisation. Des poches d’autonomie peuvent toutefois subsister, ainsi que l’illustre le cas d’une usine de chevrotine et de cartouches de Moscou, dont un texte bilan de 1918 est reproduit (p. 201).

La dernière analyse d’importance du livre concerne l’évolution ultérieure du Parti bolchevique. Marc Ferro, en effet, privilégie une explication sociale au phénomène de bureaucratisation, qu’il attribue aux changements opérés dans le recrutement des membres du Parti : c’est la plébéianisation de ce dernier (allant de pair avec une ruralisation et une russification) qui aurait été la source principale d’une bureaucratisation conservatrice dans ses valeurs, loin de tout idéal socialiste. Il y a là, incontestablement, des réflexions stimulantes, incontournables afin de construire la compréhension la plus large qui soit de la révolution russe.

1Démarche qui est également reprise et résumée dans un de ses derniers livres, L’Aveuglement. Une autre histoire de notre monde, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6577

2Voir notre recension de Kommunist : https://dissidences.hypotheses.org/8877

3Conduisant parfois à quelques simplifications, ainsi de l’interdiction des menchéviques dès 1918, alors que la réalité est plus nuancée.



Citer ce billet
dissidences (2022, 5 novembre). Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, Paris, Gallimard / Julliard, collection « Archives », 1980, 272 pages, 6,20 €. Dissidences : le blog. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.