Jean-Jacques Marie, Les Femmes dans la révolution russe, Paris, Seuil, collection « Documents », 2017, 384 pages, 21 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Jacques Marie, pour le centenaire des révolutions russes, a fait paraître pas moins de deux ouvrages : La Guerre des Russes blancs[1], sur la guerre civile, et une étude plus originale, centrée sur les femmes. Il a pour ce faire mobilisé une large bibliographie, témoignages divers, dont un grand nombre inédits en français, sources littéraires, etc… Après une ouverture évoquant les grévistes de l’industrie textile qui furent à l’origine de la révolution de février 1917, il revient sur une périodisation longue, se concentrant sur la seconde moitié du XIXe siècle (sans aborder les femmes des décabristes, donc, pourtant marquantes dans la geste de l’opposition au tsarisme). C’est l’occasion, comme avait pu également le faire Orlando Figes[2], de rappeler la situation de profonde infériorité vécue par les femmes, en proie en particulier à des violences physiques.

C’est toutefois dans cette même période que des femmes issues de milieux aisés manifestent un désir d’émancipation croissant, qui prit la forme entre autres du populisme et de son rêve d’aller vers le peuple, non sans goût du martyr parfois. Les personnages les plus connues, Sofia Perovskaïa, une des responsables de l’assassinat du tsar Alexandre II, ou Elisabeth Dmitrieff, combattante de la Commune de Paris[3], ne sont qu’un échantillon des nombreuses figures évoquées par Jean-Jacques Marie. Citons par exemple Vera Karelina, organisatrice des femmes dans l’organisation syndicale de Gapone, et adhérente active d’une nouvelle structure créée en 1905, l’Union des femmes pour l’égalité des droits (proche des Cadets), critiquée par Alexandra Kollontaï pour le caractère interclassiste et bourgeois de sa direction. Il aurait toutefois été intéressant de connaître la proportion exacte de femmes dans les divers mouvements révolutionnaires du temps, et de la mettre en perspective avec d’autres situations nationales. Sur toute cette période pré-1917, l’étude est également une bonne synthèse sur l’histoire des luttes et du mouvement ouvrier.

L’année 1917, justement, est celle d’une mobilisation massive des femmes[4], celle de la conquête du droit de vote également[5], mais Jean-Jacques Marie montre bien d’une part les résistances masculines, y compris au sein des milieux militants, d’autre part l’engagement en faveur de la guerre d’une bonne partie des femmes les plus actives, que ce soit Maria Botchkareva et ses bataillons de femmes combattantes, ou Ekaterina Brechko-Brechkovskaïa, SR surnommée « la grand-mère de la révolution ». La prise du pouvoir par les bolcheviques conduit à braquer le projecteur encore davantage sur cette éminente figure qu’est Alexandra Kollontaï[6], initiatrice d’une vaste législation en faveur des femmes – mariage civil, reconnaissance égale des enfants légitimes ou illégitimes, deux semaines de congés payés par an, etc… –, et qui fut pour cela excommuniée par l’Eglise orthodoxe. Toutefois, loin de se limiter à l’exaltation d’une œuvre incontestablement progressiste, Jean-Jacques Marie insiste sur sa difficile voire impossible mise en œuvre pratique, en raison du poids des mentalités traditionnelles (surtout dans les campagnes) et de la centralisation des énergies au profit de la guerre civile et de la simple survie des populations, ne laissant que de bien faibles moyens afin de mettre en place les équipements collectifs nécessaires (cantines, crèches, etc…). Il évoque également la lutte contre la prostitution, qui se résuma souvent à mettre les prostituées au travail et à les enfermer dans des camps. Sur la guerre civile, d’ailleurs, un chapitre est consacré aux femmes des deux camps impliquées dans la lutte politique et militaire, telle Larissa Reisner[7].

La période de la NEP ne permit pas d’améliorer substantiellement la situation des femmes, un véritable conflit de générations se faisant jour dans les campagnes avec des parents plus conservateurs. Les mœurs connurent néanmoins une profonde mutation, permise entre autres par l’autorisation de l’avortement en 1920. Les adhérentes féminines du Parti bolchevique, qui n’étaient que de 2% fin 1917, passèrent d’ailleurs à 7% en 1920, et à 15% en 1925. Mais le véritable tournant fut, selon Jean-Jacques Marie, le virage stalinien : les années 1930 furent ainsi marquées par la hausse constante du prix de l’avortement (jusqu’à son interdiction pure et simple) ou des frais du divorce, et par la suppression des sections féminines des partis communistes. L’auteur insiste également, pour la période stalinienne de l’après-guerre, sur la répression qui s’abattit particulièrement sur les femmes, dont nombre furent envoyées au goulag. La période postérieure à la mort de Staline est toutefois trop rapidement survolée, et sans doute l’ouvrage pêche-t-il un peu par sa tendance à insister de manière très (trop ?) appuyée sur le négatif. La conclusion reconnaît pourtant que le mariage civil, l’avortement, la facilité du divorce ou le congé maternité très protecteur dans la Russie de Poutine sont bien des héritages pérennes de la période soviétique.

[1] Nous en avons proposé une recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8535

[2] Voir la recension de son maître livre : https://dissidences.hypotheses.org/8146

[3] Voir la recension de la BD qui lui a été récemment consacrée : https://dissidences.hypotheses.org/6738

[4] Un Congrès des musulmans de Russie, réuni au mois de mai, exprima également des demandes de revendications émancipatrices pour les femmes. Par la suite, en dehors d’une législation autorisant le mariage des filles à partir de 13 ans dans les Républiques à majorité musulmane (un progrès tout de même comparativement à la situation antérieure !), trop peu de choses sont dites sur le travail féministe en direction de ce public spécifique.

[5] Rien n’est toutefois dit des comités de ménagères, manifestation parmi tant d’autres de la vitalité auto-organisatrice de la population russe.

[6] Je me permets de renvoyer à mes deux articles sur sa postérité, l’un paru dans le volume 15 de Dissidences (« La seconde mort d’Alexandra Kollontaï ?), l’autre sur notre blog (« La résurrection d’Alexandra Kollontaï ? », https://dissidences.hypotheses.org/6896).

[7] Jean-Jacques Marie avait déjà abordé cette figure, comme celle de Maria Spiridonova, dans l’ouvrage collectif Des Vies en révolution. Ces destins saisis par octobre-17, Paris, Don Quichotte, 2017. Notons d’ailleurs une anecdote savoureuse concernant Larissa Reisner, qui se heurta aux résistances bureaucratiques de la Tchéka de Petrograd…



Citer ce billet
dissidences (2023, 9 mars). Jean-Jacques Marie, Les Femmes dans la révolution russe, Paris, Seuil, collection « Documents », 2017, 384 pages, 21 €. Dissidences : le blog. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/np7y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.