Chroniques d’une Italie en crise

Antonio Incorvaia et Alessandro Rimassa, Génération 1000 euros, traduction de Damien Zalio, Lyon, La Fosse aux ours, 2011, 192 pages, 17 €. Vladmiro Polchi, Blacks out : 20 mars, à 00.01h. Un jour sans immigré, traduction de Marc Porcu, Lyon, La Fosse aux ours, 2012, 192 pages, 17 €.

Un compte rendu de Julien Hage

Les éditions lyonnaises La Fosse aux Ours accueillent dans leur catalogue italien, déjà fort des plumes de Mario Rigoni Stern, de Luigi Pintor ou de Renzo Biasion, deux romans contemporains consacrés à la crise économique qui frappe la péninsule : Génération 1000 euros et Blacks out. D’une grande actualité, les deux ouvrages portent témoignage de la réalité sociale de la crise dans les pays méditerranéens, encore relativement mal connue chez nous où elle fait surtout figure d’épouvantail  – qu’on en juge d’après les reportages sur la Grèce, d’un manichéisme qui n’a rien à envier aux préjugés d’un Tintin au Congo –, tandis que l’Europe compte aujourd’hui plusieurs millions de jeunes précaires et que la jeunesse française n’est en rien épargnée. D’un point de vue formel, ces livres s’inscrivent tous deux dans l’essor d’un nouveau genre romanesque, mâtiné d’une forte dimension documentaire inspirée du cinéma et de la télévision et dont l’écriture doit également beaucoup aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ils correspondent également au retour dans la littérature italienne d’une veine néoréaliste, déjà sensible avec le plus classique D’Acier de Silva Avallone (Liana Levi, 2011), qui connut il y a peu quelque écho critique en France.

Écrit à quatre mains, Génération mille euros fut d’abord publié en feuilleton sur un blog communautaire en 2005, avant de devenir un livre culte en Italie et de faire l’objet d’une adaptation cinématographique en 2009, sous la forme d’une comédie à succès par Massimo Venier. Le roman décrit le quotidien à Milan de quatre jeunes diplômés à leur entrée sur le marché du travail, confrontés, malgré leur qualification et leur compétence, à des contrats à durée déterminée et à des salaires de misère, ne dépassant pas 1000 euros, un chiffre désormais considéré comme la norme de l’entrée dans la vie active. Si l’on parle de « génération précaire » en France, en Italie l’on désigne en effet ces jeunes salariés par le terme de « milleuristi » ou « G1000 » et en Espagne par le néologisme similaire de « mileuristas », popularisé depuis le livre éponyme d’Espido Freire, qui connut un immense écho en 2006 à la suite d’une série d’articles dans le quotidien El Pais. D’une écriture accessible et pleine d’ironie, l’ouvrage livre le tableau implacable de jeunes travailleurs exerçant de hautes responsabilités dans la publicité, les médias ou le tourisme, sans jouir des salaires correspondants, demeurés l’apanage ostensiblement cruel de leurs devanciers. Tributaires d’un mode de vie de déclassés, peinant à cristalliser des vies affectives partagées, ils sont hantés par la subsistance matérielle et le leitmotiv de l’argent qui détermine d’infinies – et combien vitales !– stratégies de consommation en quête d’aubaines : colocation dans des grandes métropoles, voyages et transports low cost, à l’affût de la moindre promotion alimentaire. Autant de contraintes qui motivent les rêves d’émigration de nombreux jeunes diplômés italiens, encore cantonnés chez leurs parents, bien au-delà de la trentaine.

Blacks out ! est une fable à la fois satirique et documentaire narrant le désarroi des Italiens confrontés à une grève aussi inopinée que totale des immigrés qui fige complètement la marche de l’économie et de la société, et ce, à toutes les échelles et dans tous les domaines : des entreprises au ralenti, plus de Calcio faute de joueurs, des églises sans prêtres et des familles désemparées, subitement privées des centaines de milliers d’employés, de garde-malades ou de baby-sitters. Revendiquant une « docu-fiction », dans laquelle il insère des extraits d’articles et d’études, à l’instar du remarquable livre de Fabrizio Gatti, Bilal sur la route des clandestins (Liana Levi, 2008), le journaliste Vladimiro Polchi s’est nourri de  l’hebdomadaire Metropoli, le journal de l’Italie multiethnique, désormais défunt, et de l’association italienne Journalistes contre le racisme. Documentant le débat pour le moins passionné qui agite la société italienne sur la question du travail et de l’immigration, le livre dénonce le paradoxe d’une opinion publique sensible aux sirènes xénophobes de la formation Forza Italia de Berlusconi et de la Ligue du Nord de Bossi, stigmatisant avec virulence les immigrés comme des boucs émissaires, alors que ces derniers jouent dans la société italienne un rôle tout à fait irremplaçable, du fait de la démographie déficitaire et de la structure économique du pays.

Ces deux livres délivrent le diagnostic d’une Italie en proie à la récession autant qu’à la régression, et l’on peut sans doute y lire en creux le sens de la révolte du mouvement des Indignés. Mais ils décrivent avant tout sous une forme humoristique – et sans plus de perspectives utopiques – le parcours du combattant des jeunes et des immigrés dans une société crispée par la crise, arc-boutée sur les valeurs d’un confort matériel désormais de plus en plus inaccessible et qui invoque les mânes d’une tradition surannée pour conjurer la violence économique et sociale qui la déstabilise. Alessandro Rimassa, ainsi promu porte-parole des précaires qualifiés de son pays, avançait par ailleurs – optimisme désespéré ou finalement conforme à un monde barbare – que les générations futures, peut-être plus adaptables, sinon plus cyniques à terme, souffriraient moins de leur condition. À quel prix :  nul doute qu’ici « l’humour est la politesse du désespoir » (Boris Vian).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.