André Corten, L’État faible. Haïti et République Dominicaine, Québec, Mémoire d’encrier, 2011, 397 pages, 24,55 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Paru initialement à la fin des années 1980, cet ouvrage avait fait débat, en analysant le parcours et la situation de ces deux pays – Haïti et la République Dominicaine –, partageant une même île. L’écart social, économique, qui apparaissait alors entre les deux parties de l’île, n’a cessé de se creuser depuis. Cette réédition est enrichie d’une nouvelle introduction et d’importantes contributions externes, dont les plus intéressantes concernent Haïti, et permettent de remettre en perspective l’impact du séisme du 12 janvier 2010 et les écueils, impasses de la reconstruction.

Les conceptions utilisées par Corten – « indifférenciation sociale (pas de classes, mais une masse paupérisée non structurée) » et « transnationalisation des besoins » – peuvent être discutées, mais elles ouvrent des pistes intéressantes. De même, il éclaire le problème des travailleurs haïtiens dans les champs de la République Dominicaine – et leur double exploitation, y compris par le régime haïtien – ainsi que la situation problématique du modèle de production et de pouvoir dès l’indépendance, en 1804. Par ailleurs, lorsqu’il aborde la question de la faiblesse et de la fragilité de l’État, il ne tombe pas dans les travers d’un discours d’expertise managériale, si commun dans les instances internationales, et le relie à une histoire et à des luttes sociales. Il est dommage cependant que les spécificités du duvaliérisme (régime dictatorial mis en place à Haïti par François Duvalier [« Papa doc »] de 1957 à 1971, et poursuivi par son fils Jean-Claude Duvalier [« Baby doc »] jusqu’à ce qu’il soit chassé du pouvoir en 1986) et du trujillisme (du nom du dictateur militaire, Rafael Trujillo, au pouvoir en République Dominicaine de 1930 à 1961) n’aient pas été développées.

Mais l’actualité de cet essai tient principalement aux ajouts de l’introduction et des deuxième et troisième parties, qui concernent Haïti aujourd’hui. Corten rappelle les profondes inégalités qui structurent – et déstructurent – Haïti, où « les 80% d’exclus sont toujours regardés à travers les yeux des 20% restants » (p. 16). Pour sa part, Rubén Silié revient sur le rôle décisif – pour le meilleur et, plus souvent, pour le pire – de la communauté internationale : « d’une manière ou d’une autre, elle est intervenue dans tous les grands événements politiques et sociaux de ces cinq lustres (…). Depuis la chute de la dictature, on ne connaît aucune situation difficile qui ait trouvé une issue sans la participation internationale » (p. 261). De son côté, Laënnec Hurbon décrit avec intelligence le double phénomène de dévalorisation et de relativisation des institutions, et affirme, pessimiste, que « tout se passe comme si ce désastre [le séisme du 12 janvier 2010] ne suscitait aucune urgence dans les solutions, l’État s’en allant comme un frêle esquif qui ouvre la voie aux divers colporteurs de prophéties, de révélations et d’apocalypse, mais aussi aux groupes et clans assoiffés de pouvoir et d’argent facile » (p. 285). Enfin, Sabine Manigat analyse le hiatus, depuis la seconde moitié des années 1980,entre la dynamique et les luttes des mouvements populaires, d’un côté, et la scène politique, les partis politiques, peu représentatifs et organisés, de l’autre. Plus positivement, elle note « l’acceptation et [de] la légitimation rapide, mais consistante » de l’exercice citoyen du vote et des élections depuis la fin de la dictature (p. 289).

Ce livre offre donc un regard historique et des outils d’intelligibilité pour revenir sur l’histoire d’une île et plus particulièrement de Haïti, par-delà les intenses et éphémères emballements médiatiques qui ont suivi le tremblement de terre de 2010.


 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.