17 janvier 2013 – Centre Georges Chevrier Journée d’étude : La décennie 70 en France. Inflexion, retournement, restauration politique ? Organisateurs : Vincent Chambarlhac (CGC), Jean-Numa Ducange (université de Rouen)

Présentation :

L’étude des événements de 1968 et de la décennie qui suivit a considérablement progressé, ce dont témoigne l’abondance des publications pour le quarantième anniversaire du “joli mois de mai”. La présente journée entend se concentrer plus spécifiquement sur les recompositions idéologiques à l’œuvre au cours des années 1970, souvent évoquées mais peu étudiées dans leur ensemble, et sur leur rapport au champ politique.

Des courants aussi divers que l’école de Francfort, la deuxième gauche autogestionnaire dans son rapport à la refondation du PS, l’extrême-gauche qui conteste l’hégémonie du Parti communiste (et de manière plus générale la référence à des auteurs alors très en vogue comme Foucault et Althusser…) s’ils ont chacun leur spécificité, s’inscrivent dans une même séquence qui redéfinit de manière décisive les débats intellectuels et politiques de la France contemporaine, et dont les héritages constituent un élément majeur pour comprendre les mutations ultérieures des années 1980-1990 dont François Cusset esquissa la topographie intellectuelle [1] . De nouvelles orientations politiques se font jour qui, par les stratégies d’acteurs qui les façonnent, valent discours d’ordre et symétriquement péjoration des horizons d’attente antérieurs. Au procès du grand soir comme du marxisme léninisme s’additionnent des aggiornamento, ou l’imposition de nouveaux paradigmes à gauche, comme l’idéologie antitotalitaire [2] .

Les communications, centrées sur les enjeux de ces débats, présenteront la façon dont ces derniers se définissent à travers l’action d’acteurs concrets (militants, universitaires, traducteurs, journalistes…) dépendant d’une conjoncture politique et sociale en plein bouleversement (nouvelles générations, restructurations économiques et recompositions politiques…). Elles associeront historiens et philosophes préparant actuellement des travaux sur ces questions.
10h – 12h30
Introduction. Jean Numa Ducange

 

  • Michael ChristoffersonL’historiographie américaine de la gauche française des années 1970
  • Frédéric Thomas« Changer la vie ». Éléments pour cerner les recompositions politiques autour d’un mot d’ordre
  • Vincent ChambarlhacQuand nommer scelle un échec : la « Deuxième gauche »

14h – 17h

  • Vincent Chanson – Théorie critique et crise du marxisme : Sur une certaine réception française de L’Ecole de Francfort
  • Isabelle GaroLa philosophie comme politique : Foucault et Althusser
  • Ludivine Bantigny Les temps de l’engagement. Conscience historique et temporalités spécifiques dans la Ligue communiste révolutionnaire des années 1970
  • Fanny Bugnon« Venger Pierre Overney ? » Controverses autour d’un mot d’ordre (1972-1986)

 

Les actes de la journée seront publiés dans le volume 13 de la revue Dissidences
(http://dissidences.hypotheses.org/)

Cette journée organisée par le Centre Georges Chevrier s’inscrit dans une série de trois manifestations organisées autour de la venue de Michael Scott Christofferson.

  • Le lundi 14 janvier à l’Université de Rouen (GHRIS)
  • Le jeudi 17 janvier à l’université de Bourgogne (CGC)
  • Le samedi 19 janvier dans le cadre du séminaire Marx « Séminaire Marx au XXIe siècle » à Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CHSPM).

 

Les actes de la journée du 16 seront publiées par les Cahiers du GRHIS,  la journée du 19 janvier constituera le volume 13 de la revue Dissidences éditées au Bord de l’Eau.

Les interventions sont en écoute ici


[1] François Cusset, La décennie. Le grand cauchemar des années 80, Paris, La Découverte, 2006.

[2] Michaël Scott Christofferson, Les intellectuels contre la gauche, Marseille, Agone, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.