Mark Millar (scénario) / Dave Johnson / Kilian Plumkett (dessin), Superman Red Son, St-Laurent-Du-Var, DC Comics / Panini France, 2010 (2003 pour l’édition originale), 250 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tout le monde connaît Superman, ce mythe moderne né aux lendemains de la crise de 1929 comme pour réaffirmer la confiance de l’Amérique en elle-même, et qui a su se renouveler jusqu’à aujourd’hui sous forme des traditionnelles bandes dessinées, mais également en format télévisuel et cinématographique. Parmi ces nombreuses déclinaisons, celle de Superman Red Son est assurément une des plus originales. Dans la trame temporelle imaginée par Mark Millar, en effet, la capsule kryptonienne transportant le bébé qui allait devenir Superman, au lieu de s’écraser dans le Kansas, chute à proximité d’un kolkhoze ukrainien. L’homme d’acier (amusant parallèle avec la signification de Staline) se retrouve donc fils du peuple, au service de l’URSS et de l’idéal communiste.

Plusieurs niveaux de lecture sont proposés. Le premier, qui s’adresse aux amateurs du genre super-héroïque, permet de découvrir des personnages emblématiques de l’écurie DC Comics sous un angle uchronique inédit. C’est ainsi que Loïs Lane est ici mariée à Lex Luthor, que Jeremy Olsen est un agent de la CIA, que The Green Lantern est une arme de destruction massive au service du gouvernement étatsunien, que Wonder Woman est devenue une alliée de la super URSS, que Brainiac, ennemi historique de Superman, en devient le bras droit, ou que Batman incarne le désir de liberté des Soviétiques (le fait d’ajouter une chapka à son masque frisant tout de même le ridicule !). L’aspect visuel est d’ailleurs un des éléments les plus réussis de l’album, avec les traditionnels affrontements au sommet et quelques clins d’œil savoureux : au-delà du logo porté par Superman sur le torse, remplacé par la faucille et le marteau, on peut citer la planche sur laquelle le super-héros évite un accident ferroviaire, faisant de lui le véritable mécanicien de la locomotive de l’histoire (sic).

Le second niveau de lecture, le plus intéressant, est de voir ce que Superman fait au service d’une autre idéologie et d’apprécier l’histoire alternative du monde qui en résulte. Malheureusement, c’est sur ce point que le scénario s’avère le plus faible. L’URSS et le communisme qu’elle est censée défendre apparaissent en effet comme une véritable coquille vide : aucune analyse n’est faite du système politique ou économique réellement existant, et le plus étonnant, c’est que Superman, en dépit de ses pouvoirs extraordinaires, ne découvre pas le fossé entre les idéaux généreux proclamés par la bureaucratie, en lesquels il semble sincèrement croire, et la réalité qui en est aux antipodes. Même Staline, malgré un caractère libidineux exacerbé et de nombreux enfants cachés (l’un d’eux étant même prévu pour lui succéder, ce qui ressemble bien peu au véritable Staline), est présenté sous un jour presque sympathique, en tout cas moins cynique et impitoyable que son alter ego réel. Par contre, aucune trace des autres grands dignitaires du régime. On ne comprend pas non plus les raisons qui semblent pousser la grande majorité des pays du globe à rejoindre le camp soviétique.

L’évolution de l’URSS à partir du moment où Superman en prend directement les rênes dévoile d’ailleurs plus clairement l’image de l’idéologie communiste que semble avoir Mark Millar, pur produit du contexte étatsunien de guerre froide. Le monde d’une perfection glacée et utilitaire que Superman met en place, véritable mécanique imposée d’en haut, évoque en effet fortement celui de Big Brother, enrichi de l’apport des neurotechnologies, loin, très loin, de toute émancipation des travailleurs par eux-mêmes. Par-là, Mark Millar semble avoir voulu non seulement rendre hommage à Orwell, mais également renvoyer dos-à-dos URSS totalitaire et États-Unis dirigés par Lex Luthor, pays au sein desquels la démocratie semble n’être qu’un alibi et la liberté LE bien précieux entre tous qu’il s’agit de conserver ou de (re)conquérir ; les États-Unis du Patriot Act sont probablement directement visés par ce dénouement. La relecture finale des origines de Superman, qui remplace la version traditionnelle par une boucle temporelle, s’avère toutefois aussi artificielle qu’inutile, tandis que la facilité que Superman a d’être dupé ou trompé en fait finalement quelqu’un plus humain que véritablement surhumain…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.