Nathalie Chauvier, Poésies, Bruxelles, Maelström, collection « Compact », 2012, 154 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Il y a toujours quelque scrupule à parler de poésie sous un angle qui n’exclut pas le politique. Alors, dans quel sens, comme l’écrit Tom Nisse dans son quatrième de couverture, peut-on parler à propos de Nathalie Chauvier d’« une voix unique, révoltée et mordante » ?

Il y a parfois une drôlerie, une joyeuseté absurde et prosaïque, qui rappelle certains poèmes du surréaliste Benjamin Péret :

« Si les chicons disparaissaient sous le gratin,

si tu te cachais quelque part dans les filets de fromage.

Si mes jambes étaient un livre

et toi le signet à la bonne page,

si j’étais la page déchirée et toi le mot manquant » (p. 44).

C’est le plus souvent une souffrance, une désespérance et, avec Encensoir pour Élisabeth, parmi les plus beaux poèmes d’amour à une mère, qui lui a été arrachée, rendue toute entière à son « tourment », « s’en allant survivre / sur d’autres parallèles / laissant derrière toi les foules de suspects » (p. 108) :

« Ma petite maman, ma petite paix,

entre deux guerres, on s’aime toujours,

même assez fort pour que ce soit lamentable » (p. 19).

Mais ce sont aussi l’ironie, le rire léger, les peut-être d’un sourire ou d’un plaisir, de la « solitude à deux », d’un temps « qui n’a pas encore eu le temps » (p. 42), d’une vie grave, qui ne se prend pas encore au sérieux :

« On jette aux requins des bouées

de sauvetage.

On sacrifie des gosses aux éperviers

des villes.

Les cages et les prisons se goinfrent

d’hommes et d’oiseaux » (p. 41).

Si nombre de poèmes sont hantés par les fantômes (p. 91), par la peur des passants mal aimés et des jours mal vécus, plus d’une fois, Nathalie Chauvier retourne cette malédiction en solitude amoureuse, en complicité avec les vaincus, en une « ballade aigre-douce » tunisienne, « nostalgique d’un monde spontané et gratuit » (p. 77), et en combat conséquent contre Dieu et le diable qui ont « cogité le coup ensemble, en nous laissant comme une ignoble boîte de farces et attrapes » (p. 6). Au gré des deux photos, de la chronologie et de la postface, qui accompagnent ses poèmes, on se l’imagine aujourd’hui, telle qu’elle se projetait à quinze ans, quand elle aurait les « cheveux blancs » :

« On y verra encore le soleil de tes quelques ans

et tes yeux pétilleront encore

comme des milliards d’étoiles » (p. 41).

Ou comme cette « grande dame froide et hautaine », assise sur un banc autour des étangs d’Ixelles, faisant « le point de ses urgences » (p. 122)… Car si Nathalie Chauvier nous touche, c’est surtout par cette urgence de vivre et d’aimer qui passe, trébuche et parfois se relève dans ses poèmes. Peut-être est-ce alors à partir de ce point que la poésie se marie le mieux à la révolte. « Mais je ne crie pas seulement pour moi » (p. 43), nous prévient-elle. Ce cri désespérément partagé, mêlé au rire, aux larmes et au murmure d’une poésie qui n’était pas seulement pour elle, nous demeure précieusement nécessaire et intact.

 

 

 

 
https://youtu.be/gJ7OOQHqJtQ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.