Grandizo Munis, De la guerre civile espagnole à la rupture avec la Quatrième Internationale (1936-1948). Textes politiques – Œuvres choisies. Tome 1, Paris, Editions Ni patrie ni frontières, 2012, 412 pages, 12 euros.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Parallèlement à la publication de sa revue Ni patrie ni frontières (régulièrement chroniquée dans notre Revue des revues), Yves Coleman s’est associé avec l’hispanique Comité d’édition des œuvres de G. Munis et propose un premier tome copieusement garni consacré aux écrits de cette figure révolutionnaire importante du XXe siècle, saluée comme un esprit libre et un communiste radical authentique. D’abord trotskyste, Munis effectue une critique de certains des fondements du trotskysme qui l’amène vers le communisme de gauche, courant politique plus communément appelé « ultra-gauche ». Si l’essentiel des textes proposés sont inédits et traduits de l’espagnol, on en trouve également quelques-uns issus des archives de Ngo Van[1], avec une certaine variété : articles, lettres, tracts ou textes de discussion interne[2]. Ils sont précédés par une présentation générale de Munis, de ses principales positions – contre le capitalisme d’État et le stalinisme, pour un parti révolutionnaire étroitement lié à sa classe et à sa liberté, et pour un État ouvrier ne contrôlant pas la production économique, aux mains des travailleurs auto-organisés – et une autre du trotskysme espagnol dans les années 1930 et 40, marqué par la division.

Un premier ensemble est constitué par des articles des bolcheviques-léninistes espagnols durant la guerre civile (rappelons que l’ouvrage de Munis sur cette période, Leçons d’une défaite, promesse de victoire, récemment réédité par les éditions Science marxiste, a été chroniqué sur notre ancien site). Sans surprise, ceux-ci s’affrontent au Front populaire, critiquent le POUM et dénoncent l’action criminelle du stalinisme[3]. Ils y opposent le front révolutionnaire du prolétariat, et loin d’idéaliser l’action des masses, soulignent « l’atomisation des pouvoirs » des comités à partir de juillet 1936 face à un État bourgeois en voie de reconstitution.

L’autre grand ensemble, le plus important quantitativement parlant, concerne la montée des divergences avec la ligne majoritaire de la IVe Internationale. On connaît en effet généralement l’acte de rupture de Grandizo Munis et Benjamin Péret après le IIe Congrès mondial de 1948, mais ce sont tous les principaux jalons de la polémique qui nous sont ici proposés (sans le versant contradictoire, toutefois). A cet égard, « Le Socialist Workers Party et la guerre impérialiste », daté de novembre 1944, est un des textes les plus intéressants. S’appuyant sur les déclarations de James P. Cannon[4] au procès de Minneapolis[5] (dont une partie fut publiée par la revue du Courant communiste internationaliste (CCI) du Parti des travailleurs (PT)[6], La Vérité), Munis critique l’interprétation de la politique militaire prolétarienne, l’absence de lutte effective contre la guerre de la part du SWP, le travail au sein de la Résistance armée et les illusions entretenues sur les capacités révolutionnaires du stalinisme. Se devine déjà sa critique radicale des syndicats, mais également une certaine tendance à avancer des certitudes bien tranchées (ainsi de la révolution qui serait nécessairement plus facile dans un pays vaincu par le fascisme[7]). La critique se fait plus globale et large dans « Les révolutionnaires devant la Russie et le stalinisme mondial » (1946), puisqu’un changement de la politique défendue par la IVe Internationale à l’égard de l’URSS est revendiqué. La puissance soviétique est analysée comme un capitalisme d’État tout aussi impérialiste que les autres, qui plus est agent contre-révolutionnaire encore plus dangereux que la bourgeoisie, et qui n’appelle donc aucune défense, même critique.

Le fossé se creuse encore avec les instances de direction de l’Internationale, accusées de bureaucratisme et d’opportunisme, en particulier dans la préparation du IIe Congrès mondial, non démocratique selon Munis (approuvé d’ailleurs par Natalia Sedova Trotsky). Son « Rapport sur le Congrès mondial », auquel il participe malgré tout, est un autre texte des plus intéressants, tout comme les diverses prises de position de l’Union ouvrière internationale, constituée après la scission d’avec la IVe Internationale, et membre d’un Comité international de la gauche marxiste. Le volume se clôt d’ailleurs de la sorte non en 1948, mais en décembre 1950. Le second tome est attendu par les spécialistes des marges et dissidences communistes.

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              Ngo Van (1913-2005) est un militant vietnamien anticolonialiste, trotskyste puis communiste conseilliste, dans la mouvance de l’ultra-gauche. Son dernier ouvrage, Au pays d’Héloïse, est chroniqué dans notre revue électronique: http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=584

[2]              Seule inconnue dans la présentation, les « Amendements proposés par le camarade Munis » en décembre 1945, dont on ignore à quel texte ils s’appliquent.

[3]              « Si la Révolution fut vaincue, si la guerre est une déroute, et si Franco soumet aujourd’hui les travailleurs à l’esclavage et à la répression, l’unique responsable, le précurseur de Franco, est le gouvernement du Front populaire et son principal représentant, le stalinisme » (p. 120).

[4]              James Patrick Cannon  (1890-1974), militant étatsunien, est une des figures marquantes du trotskysme mondial. Il est le secrétaire national du Socialist Workers Party des États-Unis de sa fondation, début janvier 1938, à 1953.

[5]              Il s’agit d’un procès intenté d’octobre à décembre 1941 contre 28 dirigeants du SWP, dont James P. Cannon et les leaders de la célèbre grève des camionneurs de Minneapolis à l’été 1934. Ils sont jugés pour sédition par un tribunal fédéral.

[6]              Le Parti des travailleurs (novembre 1991-juin 2008) regroupe dans son courant principal, le CCI, une des trois grandes familles trotskystes en France, qu’on appelle de manière familière mais non historique, les « lambertistes ». Le PT devient en juin 2008 le Parti ouvrier indépendant (POI).

[7]              Il en est de même par la suite au sujet de l’inévitable guerre mondiale entre les deux blocs, ou de l’étatisation généralisée du capitalisme.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.