Bernd Gehrke, Gerd-Rainer Horn (dir.), 1968 und die Arbeiter. Studien zum « proletarischen Mai » in Europa, VSA-Verlag, 2007, Hambourg, 334 p.

Un compte rendu de Michel Christian

En éditant ce recueil de contributions, fruit d’un séminaire financé par la confédération des syndicats allemands, Bernd Gehrke et Gerd-Rainer Horn ont voulu mettre en œuvre le projet à la fois scientifique et militant d’une histoire européenne des ouvriers et de leur action dans le contexte de ce qu’on appelle en France « les années 1968 ». Ils soulignent ce faisant que l’histoire de 1968 est très souvent restée concentrée sur les mouvements étudiants, quand elle n’a pas été ramenée à une simple étape de la « modernisation » de nos sociétés. Les éditeurs de ce volume veulent au contraire retrouver à la fois la dimension ouvrière de l’événement tout comme sa dimension contestataire, en mettant l’accent sur son caractère transnational souvent sous-estimé.

C’est pourquoi cet ouvrage se propose d’aborder le phénomène à l’échelle européenne, afin d’œuvrer à la confrontation et au rapprochement d’historiographies nationales formant un paysage européen très éclaté. Ces historiographies varient en effet beaucoup entre les pays qui ont connu des événements de grande ampleur (pays latins comme la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal) et ceux où la contestation ouvrière a été plus discrète (comme l’Allemagne), mais aussi entre pays capitalistes et pays socialistes, car la fin de la Guerre froide n’a pas homogénéisé les questionnements. Il y a ainsi un contraste entre une historiographie occidentale qui a exploré les questions de genres, le rôle des migrations et a réfléchi à la pertinence même de la notion de « classe ouvrière » et une historiographie des ex-pays de l’Est, dans laquelle les ouvriers sont appréhendés en bloc en tant que classe, dont tout ce qu’on souhaite savoir concerne sa contribution à la stabilité ou à l’instabilité des régimes.

La confrontation des points de vue nationaux – c’est l’un des mérites de l’ouvrage – conduit à abandonner la focalisation sur l’année 1968. Dans presque tous les pays étudiés (la France l’étant assez peu ici), la fin des années 1960 et le début des années 1970 sont une époque de combativité ouvrière accrue : dès 1962 en Espagne avec le mouvement des « comités ouvriers », au cours des années 1960 en Allemagne de l’Ouest, avec la multiplication diffuse des grèves sauvages qui aboutit à la grande vague de grève de 1969, entre 1969 et 1974 en Belgique, alors que l’année 1968 y avait été parfaitement paisible, mais aussi en Pologne avec les émeutes ouvrières de 1970.

Au-delà des décalages chronologiques, il y a donc bien un phénomène commun : la multiplication des conflits ouvriers organisés par le bas, souvent en marge des organisations syndicales et lourds de potentialités insurrectionnelles lorsqu’ils éclatent dans des contextes dictatoriaux. En France, cette spontanéité ouvrière rencontre un fort écho chez les théoriciens de l’autogestion, qui passe alors pour une alternative aux apories entre théorie et pratique comme entre socialisme et capitalisme. Si l’on fait l’effort de confronter les différentes contributions, on s’aperçoit que deux facteurs récurrents semblent avoir favorisé cette combativité : le facteur générationnel d’une part : ces mouvements semblent avoir été à l’Ouest comme à l’Est, particulièrement le fait de jeunes nés après 1945 ; le facteur social d’autre part : ce sont les secteurs traditionnellement les moins intégrés, où dominent ouvriers peu qualifiés et femmes, qui se signalent alors par leur plus forte combativité.

Ces conflits produisent des effets communs dans tous les pays d’Europe de l’Ouest au début des années 1970 : augmentation significative du salaire réel et diminution du temps de travail. On pourrait ajouter que ces tendances ne sont pas sans faire écho au développement des politiques sociales dans les pays du bloc soviétique à partir des années 1970. A l’Ouest, on observe en outre une transformation des relations professionnelles par la remise en question de l’autorité établie. Pour Peter Birke, qui généralise à partir du cas allemand, il y a là une décomposition par le bas du taylorisme, dont il ne faut pas sous-estimer la dimension émancipatrice. On peut toutefois se demander si cette émancipation ne pose pas du même coup les bases de formes de domination nouvelles, plus affinées, personnalisées, impliquant non plus l’obéissance, mais la coopération des sujets qu’elle entend soumettre.

L’objectif de l’ouvrage est atteint dans la mesure où ses éditeurs précisent dès l’introduction qu’il ne s’agit pas de produire une histoire exhaustive des ouvriers et de l’action ouvrière au tournant des années 1970. Certaines questions revenant dans différentes contributions auraient cependant pu être abordées de manière plus directe. Pourquoi, par exemple, comme le constatent les éditeurs, les « mai prolétaires » caractérisent-ils les pays latins plus que les autres ? A quelle structure sociale ou à quelles pratiques de l’action politique cela renvoie-t-il, notamment dans le temps long ? Pourquoi également ne pas avoir inclus des pays où les mobilisations ouvrières n’ont a contrario pas été importantes ? Les facteurs d’une telle stabilité auraient aussi un sens. De plus, les tendances communes entre pays d’Europe de l’Ouest et pays d’Europe de l’Est, qui s’expliquent notamment par des matrices communes, sociales et générationnelles, devraient être mises en évidence de manière plus systématique. Cela pourrait contribuer à sortir d’une interprétation unilatéralement politique de l’histoire des groupes ouvriers dans les pays de l’Est. Enfin, par intérêt scientifique aussi bien que militant, les rapports et tensions entre « ouvriers » et « intellectuels » (étudiants, mais aussi cadres d’entreprise), abordés dans quelques-unes des contributions, gagneraient à être étudiés de manière plus systématique : ils renvoient à une perception mutuelle et à un différentiel de capital social qui se révèlent être à la fois un moteur et une limite de la mobilisation commune, à l’Est comme à l’Ouest, aujourd’hui comme hier.

Michel Christian


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.