Eric Hazan, Une histoire de la Révolution française, Paris, La Fabrique éditions, 2012, 416 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec cet ouvrage inédit, l’éditeur et écrivain Eric Hazan nous propose une synthèse vulgarisatrice de qualité sur la Révolution française, qu’il a choisi de clore au moment de Thermidor. La Fabrique avait d’ailleurs déjà publié plusieurs ouvrages en lien avec cette thématique, parmi lesquels une sélection d’écrits de Robespierre (Pour le bonheur et pour la liberté. Discours choisis), une réflexion de Sophie Wahnich sur la Terreur (La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme) et la réédition de La réaction thermidorienne d’Albert Mathiez.

Le plan adopté est classiquement chronologique, Eric Hazan s’autorisant parfois des excursi sur un sujet particulier, et le récit qu’il nous livre est d’une grande fluidité, en plus de se révéler passionnant. Une Histoire de la Révolution française se place, à un siècle de distance, dans la lignée de l’étude majeure de Pierre Kropotkine, La Grande Révolution (chroniqué dans notre revue électronique). C’est en effet le peuple qui est au cœur de l’intrigue, l’auteur ne cachant pas sa profonde empathie avec lui et avec sa ferveur révolutionnaire, s’opposant à toute lecture qui voit dans la Révolution française la matrice des totalitarismes à venir. Nulle surprise, donc, de voir qu’Eric Hazan est en désaccord avec l’idée d’une évolution déjà aboutie sous l’Ancien Régime. Dans le tableau qu’il dresse de la France à la veille du « tsunami » révolutionnaire, on notera l’accent mis sur l’influence culturelle, celle des sociétés de lecture, mais également de l’Antiquité romaine ou de Paul et Virginie ! Au fil de son exposé des événements, le sens du détail est un des points forts de l’auteur, ainsi de la participation active du public dès l’ouverture des États généraux. Après les avancées profondes de 1789, Eric Hazan qualifie la période qui court de l’automne 1789 à l’été 1792 de « reflux de la Révolution » face à l’offensive des possédants, cette dernière s’incarnant en particulier dans le massacre délibéré du Champ de Mars ou dans les lois Le Chapelier1.

Parmi les mises en perspective précieuses, citons l’abolition des privilèges le 4 août 1789 sous condition de rachat et d’indemnisation (déjà au centre du livre de Pierre Kropotkine), les nuances apportées à la sacro-sainte Déclaration des droits de l’homme et du citoyen2, l’absence d’un réel soutien populaire initial au projet de guerre concrétisé en avril 1792, et même, plus original, la critique des aspects antidémocratiques de la constitution de 1793 ou le scepticisme vis-à-vis d’un complot ayant conduit à Thermidor. Il relativise également la Terreur, qui lui « (…) apparaît donc comme un assemblage artificiel d’événements très différents (…) ce qui est infiniment plus discutable, c’est de considérer la Terreur comme une théorie du gouvernement, un système délibérément choisi et proclamé » (p. 283). L’empathie vis-à-vis du peuple laborieux se retrouve également dans la vision portée sur les massacres de septembre 1792, qui incrimine surtout la lenteur de la justice à l’égard des défenseurs des Tuileries. Par ailleurs, aux côtés d’octobre 1789, du 10 août 1792 ou de mai-juin 1793, Eric Hazan met l’accent sur les journées des 4 et 5 septembre 1793, moment majeur de pression populaire conduisant à l’adoption du maximum. Il fait enfin un sort aux légendes noires de Marat et de Robespierre, démontrant en particulier l’inanité de l’accusation visant ce dernier comme tyran sanguinaire…

Le point qui fait assurément le plus débat dans l’exposé, c’est la notion de révolution bourgeoise. Les arguments avancés par Eric Hazan pour refuser ce qualificatif manquent en effet cruellement de substance : l’absence du terme « bourgeoisie » ne suffit pas à valider la non existence de sa réalité, et la stigmatisation du vocable « réactionnaire » pour des paysans révolutionnaires et des sans-culottes qui refusaient objectivement le capitalisme alors ascendant fait fi d’une évolution alternative et plus complexe. Il aurait sans doute été louable d’au moins discuter la thèse de Daniel Guérin dans Bourgeois et bras-nus (Les Nuits rouges, 1998). Le seul défaut formel de cet ouvrage, à conseiller comme première lecture sur la période, tient à des appels de notes de bas de page régulièrement déficients. On pourrait également relever quelques manques dans la bibliographie3, mais cela n’affecte pas en profondeur la clarté et la richesse de cette histoire générale.

1 L’assemblée législative est d’ailleurs synthétisée par les termes « inexpérience et légèreté », p. 138. A contrario, « (…) la Convention est la première et la seule assemblée nationale française où le peuple ait pu faire entendre directement sa voix » (p. 186).

2 « Elle est rédigée dans un moment troublé où le lien n’est pas encore rompu entre les modérés et l’aile marchante de l’Assemblée, ce qui explique les prudences et les contradictions d’un texte qu’il faut lire comme un instantané, comme le reflet d’un moment et non comme un tout cohérent à graver dans le marbre. Il était d’ailleurs prévu qu’elle serait revue et complétée une fois la Constitution achevée » (p. 75).

3 Ainsi de l’ouvrage d’Arno J. Mayer, Les Furies. 1789.1917, Paris, Fayard, 2002 (chroniqué dans le n° 11 de Dissidences-BLEMR).

Compléments

L’interview d’Zric Hazan sur Rue 89 au sujet de son livre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.