John Hackett, La Troisième Guerre mondiale (The Third World War. A Future History), Paris, Le Livre de poche, 1979 (édition originale 1978), 480 pages.

 Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

En apparence, ce livre, écrit par un général britannique, ressemble à ces divers essais cherchant à anticiper sur les évolutions supposées de la géopolitique mondiale. Mais lorsque l’on se plonge dans l’ouvrage lui-même, le doute ne subsiste plus : il s’agit bien d’une œuvre de science-fiction, uchronique à rebours, mais qui imagine un futur possible en inventant des documents fictifs (témoignages de militaires, rapports adressés aux dirigeants étatsuniens et soviétiques, articles de journalistes…), et en poussant même la malice jusqu’à écrire un prologue explicatif censé avoir été rédigé peu de temps après cette fameuse Troisième Guerre mondiale afin de tenter d’en comprendre les causes et le déroulement.

Le propos est en tous les cas très technique et pointu, sec même, en particulier sur tout ce qui concerne la chose militaire (armement, structures de commandement), et se rapproche davantage des Derniers et les premiers d’Olaf Stapledon que du 1984 d’Orwell, pour en rester aux îles britanniques. Écrit en pleine aube de la « guerre fraîche », La Troisième Guerre mondiale fait l’éloge des militaires occidentaux et exprime des idées clairement ancrées à droite, anticommunistes mais également anti-syndicales (l’exemple du Royaume-Uni est logiquement développé) et néo-libérales. John Hackett imagine qu’au milieu des années 1980, l’Afrique du sud (tout comme l’Union indienne, d’ailleurs) a éclaté en plusieurs républiques, noires ou blanches, le bloc de l’Est ayant, dans le même temps, poursuivi son expansion au cœur du continent (une anticipation clairement influencée par la situation en Afrique à l’époque de rédaction).

Surtout, il voit dans l’URSS une puissance offensive, alors que la politique de la bureaucratie au pouvoir, sauf en de rares exceptions, visait avant tout la conciliation avec le bloc de l’Ouest plutôt qu’une supposée victoire mondiale d’un marxisme ossifié et instrumentalisé. C’est d’ailleurs la poursuite de cette expansion au Moyen-Orient (rien moins que l’Égypte, l’Irak et une bonne partie de la péninsule arabique se retrouvant sous l’influence de l’URSS !) couplée à une agitation en Europe de l’Est qui pousse les forces du Pacte de Varsovie à attaquer la RFA en août 1985. Au-delà de quelques anticipations plutôt bien repérées (la Jamaïque devenue socialiste, à défaut de Grenade ; le soulèvement polonais et la fragilité finale du bloc soviétique, avec des soulèvements demeurant fidèles à l’idéal socialiste, l’auteur étant marqué par les révoltes de Berlin-Est, de Hongrie ou de Tchécoslovaquie ; la sécession des diverses républiques soviétiques ; les tentations sécessionnistes des Républiques d’Asie centrale, cause essentielle de l’intervention en Afghanistan ; le poids croissant de l’électronique dans les armements en particulier), La Troisième Guerre mondiale est une défense de l’Occident parfois caricaturale (pas de nette critique de l’apartheid, un dédain méprisant à l’égard des noirs africains ou un éloge de la couverture télévisuelle de la guerre à l’Ouest qui fait sourire) et un plaidoyer en faveur d’un renforcement des forces militaires alors stationnées en Allemagne de l’Ouest. A noter d’ailleurs que l’auteur, malgré ses analyses régulièrement solides qui le conduisent à des anticipations pertinentes, estime impossible une réunification des deux Allemagne, désormais trop distinctes, sous-estimant la volonté des peuples eux-mêmes.

En dépit de ces points contestables, La Troisième Guerre mondiale a le mérite de nous rappeler que l’existence des armes nucléaires ne met pas fin aux affrontements plus conventionnels, le conflit débutant de la sorte pour se muer tardivement en une guerre nucléaire. Reste que le pullulement des sigles et termes techniques incitent à conseiller ce roman avant tout aux amateurs de wargames.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.