Éric Coquerel, Au cœur du Front de gauche, Paris, Arcane 17, 2012, 266 pages, 19 €.

Compte rendu de Georges Ubbiali

Éric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche, fut un des proches conseillers de Jean-Luc Mélenchon durant la récente campagne présidentielle de 2012. C’est donc un homme du sérail qui relate les conditions d’apparition du Front de Gauche (rassemblement du Parti communiste français, du Parti de gauche, de la Gauche Unitaire et de nombreuses autres petites composantes). L’ouvrage est rédigé comme un journal et l’on suit pratiquement jour par jour l’activité et l’évolution politique de ce milieu qui va finalement donner naissance au Front de gauche. En un court chapitre préliminaire, Éric Coquerel rappelle que son premier engagement s’est situé à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) au début des années 80, alors qu’il était encore lycéen. Son évolution politique l’amène à rompre avec cette organisation en 1998, pou rejoindre, avec quelques autres, dont François Morvan, l’équipe rédactionnelle d’une petite revue, Utopie Critique. Cette dernière était au départ une revue dans la mouvance dite « pabliste »1, pour se rapprocher peu à peu de conceptions républicaines. C’est d’ailleurs dans cette direction que se situe Éric Coquerel, grand admirateur de Jaurès, de la primauté populaire et du fondement républicain de cette entreprise. A l’occasion de la candidature de Jean-Pierre Chevènement en 2002, il s’engage au Mouvement des citoyens (MDC), tout en ne partageant pas l’orientation d’union des « républicains des deux rives » (droite et gauche) que prône le MDC, contrairement à son camarade Morvan qui commence son périple aboutissant à devenir le vice-président de Debout la République, le parti du souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Souhaitant maintenir l’ancrage à gauche, Éric Coquerel participe en 2003 à la création du Mars (Manifeste pour une alternative républicaine et sociale), une des composantes provenant de l’éclatement à répétition du MDC. C’est en juin 2003 à l’occasion de « l’appel Ramulaud », nom du café dans lequel se réunissent à l’issue du 21 avril 2002 une série d’individus représentatifs de la gauche non socialiste, que l’auteur situe la préhistoire du Front de gauche. Le récit de la gestation du rassemblement peut alors commencer, par le chapitre qui couvre la période octobre 2004/29 mai 2005, autour de la campagne contre le Traité européen, qui débouche sur une victoire du NON. La question qui se pose immédiatement est celle du prolongement politique de l’unité acquise avec les composantes de gauche ayant participé à la campagne d’opposition. C’est à partir de ce constat que « l’autre gauche » se manifeste (Mars, Gauche républicaine, une autre partie du MDC, PRS [Pour la républicaine sociale, le courant interne de Jean-Luc Mélenchon au PS], le PCF, les Alternatifs et quelques personnalités). Manque une composante importante, la LCR, que personne n’a pris la peine d’inviter. Malgré cela, les divergences sont encore importantes. Éric Coquerel explique ainsi pourquoi le Mars refuse d’intégrer PRS, avec lequel les convergences sont fortes, du fait des positionnements souverainistes de Mars. La séquence suivante est celle de l’échec. Elle court de juin 2005 à mai 2007, l’échéance présidentielle. Il n’est pas possible ici de rapporter la multitude des rencontres et discussions dont fait état l’auteur dans son ouvrage. Le récit en est dense, passionné, toujours éclairé. Au final, il n’y aura pas de candidat commun porteur du courant du non de gauche, mais trois : Marie-George Buffet, Olivier Besancenot et José Bové. On apprend au passage que toutes les tentatives ont été faites, y compris, de la part de Mars, d’essayer de débaucher le philosophe et essayiste Michel Onfray. A l’issue de cette séquence, c’est l’échec. Mais la LCR, arrivée en tête des trois candidats, avec 4,08% se leurre sur ce score. Elle confond ce score, honorable relativement (1, 32 % pour José Bové et 1,93% pour Marie-George Buffet) et implantation sociale. La LCR tente de capitaliser son rôle central, permis par ses résultats électoraux, par la création quelques mois plus tard du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). De son côté, « l’autre gauche » doit gérer les ruines. La situation se débloque avec le choix réalisé par Jean-Luc Mélenchon de scissionner du Parti socialiste et de nouer une alliance privilégiée avec un Parti communiste en position de faiblesse. L’analyse des conditions de rupture d’avec le Parti socialiste et de formation du Parti de gauche constitue des passages vraiment intéressants du récit, car le dépassement du noyau PRS est clairement explicité. Selon Éric Coquerel, le NPA refuse l’alliance possible pour les élections européennes et s’engage dans une stratégie isolationniste qui l’amène à la déconvenue de l’élection de 2012 : « Le NPA aurait pu prendre en toute logique le leadership d’une alliance au long cours. Mais au lieu de cela, en refusant la démarche unitaire que nous leur proposons, ils vont commettre la première d’une longue série d’erreurs » (p. 137). Pour autant, l’élargissement du Front de gauche n’est pas une sinécure et Éric Coquerel souligne les difficultés qui se multiplient. En effet, au-delà de la Gauche unitaire, d’autres composantes de l’« autre gauche » se montrent beaucoup plus rétifs : c’est le cas des Alternatifs, de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE) ou encore du Mouvement d’action et de réflexions critiques (MARC). Le résultat des élections européennes, en juin 2009, montre que le basculement du rapport de force électoral en faveur du Front de gauche (FDG) est en marche. Le PCF confirme la stratégie du FDG à l’issue des élections européennes. Reste à envisager l’étape de la présidentielle, après l’épisode des régionales, qui voit l’écart se creuser entre le NPA et le FDG, au profit de ce dernier. A partir de ce moment là, l’histoire est beaucoup plus connue et on laissera le lecteur découvrir les épisodes nombreux et savoureux que narre avec verve l’auteur. Mais, si sur le fond, cette histoire est celle d’une success story, Éric Coquerel ne cache rien des difficultés permanentes et des tensions qui animent le couple central PCF/PG. Ainsi l’épisode, tout à fait significatif, des élections sénatoriales, où le PCF et le PG négocient chacun de leur côté avec le PS, apparaît très représentatif des difficultés politiques qui persistent. Les discussions, séparées encore, avec le PS à propos des circonscriptions à risque (lorsque le Front national risquait de l’emporter face à une gauche divisée) aux législatives de 2012, montrent bien là encore les failles, toujours possibles au sein du Front de gauche. L’avenir dira naturellement quelle place celui-ci occupera dans le paysage politique à la gauche du PS. En attendant, Éric Coquerel nous livre une stimulante analyse de son apparition, contribuant à verser la pièce importante d’un témoin de premier plan, pour une histoire à écrire.

1Pour une brève histoire de cette mouvance, nommée d’après un ancien dirigeant de la Quatrième internationale, Michel Raptis dit Pablo, voir http://www.iisg.nl/archives/docs/pablisme-histoire.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.