Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, « collection Historiques », 2012, 235 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Le premier communisme français à nouveau en librairie

Julien Chuzeville consacre une biographie à Fernand Loriot, l’un des – et non « le » – fondateurs du Parti communiste. Le titre dit la tonalité du projet : Fernand Loriot fut oublié, Julien Chuzeville propose de redécouvrir son rôle. Effacée de l’historiographie communiste, la figure de Loriot occupe pourtant les index de la littérature historique sur la question. Plus que l’oubli donc, il faudrait sans doute, hors de feue l’historiographie partisane stalinienne, évoquer à son propos une place estompée par les analyses. Le choix biographique, par sa focale, renouvelle la perspective des études sur le premier communisme français.

Une biographie qui pointe le parcours de cet instituteur et l’interroge : celui-ci passe « du socialisme (1901-1906) au syndicalisme révolutionnaire (1906-1914), au pacifisme révolutionnaire (1915-1919), au communisme (1919-1928), et enfin de nouveau au syndicalisme révolutionnaire (1928-1932) (p. 189) ». La conclusion semble ouvrir sur une clé de lecture absente auparavant : la permanence de l’engagement syndicaliste révolutionnaire dans ce parcours. De bonne facture, l’ouvrage se cantonne plutôt, jusqu’à cette conclusion davantage problématisée, au récit d’une trajectoire biographique dont l’horizon serait le premier communisme français via le Comité de la Troisième Internationale. Cette centralité du Comité constitue sans doute le talon d’Achille d’un travail scrupuleux mais trop étroitement focalisé sur une stricte perspective d’histoire politique en forme de parcours. Si le lecteur trouve dans la combinaison du récit et des notes de bas de page toujours bien informées matière à comprendre l’action de Fernand Loriot, cette dernière peine cependant à acquérir l’épaisseur que lui prête le titre. Il manque au texte des fenêtres contextuellement plus ouvertes pour donner à la figure de Loriot toute sa place dans une historiographie enfin en cours de renouvellement sur les origines du communisme français1. J’en vois trois, principalement.

Au ras du projet biographique, c’est cette frange du syndicalisme révolutionnaire et du monde des instituteurs (les « primaires ») dont relève Ferdinand Loriot qui gagnerait à être davantage explorée. Il y a là une clé de compréhension de son militantisme syndical et politique, lui qui apparaît « pédagogue de la révolution plus que tribun » (p. 87). Sa défiance envers toute carrière politique – qui scelle pour partie sa trajectoire – procède autant du refus de parvenir chevillé à l’ethos syndicaliste révolutionnaire (comme Martinet, Monatte…) qu’au sens des frontières sociales propre au monde des instituteurs2. Ce détour anthropologique aurait permis de marquer davantage la singularité de la silhouette de Fernand Loriot dans la « bigarrure » du premier communisme. Il repérait également des effets de réseaux qui ne sont pas seulement politiques : ainsi, par exemple, du rôle de Marcel Martinet à la Préfecture de la Seine, direction de l’enseignement où chaque jeudi se réunissaient les instituteurs pacifistes, ainsi aussi de ce militantisme de « pairs » qui caractérise le Comité pour la IIIe Internationale.

Pour autant c’est bien sur la question du pacifisme révolutionnaire et de la SFIO que la perspective de fondation du PC gauchit par trop l’analyse. La lutte pacifiste est une lutte en soi, tissée par les réseaux dans l’horizon d’une opinion publique à convaincre. En focalisant le travail militant de Loriot dans la seule arène de la lutte d’une minorité pacifiste clivée et d’une majorité sur la défensive, la perspective éditoriale de cette activité s’échappe. Les citations de Romain Rolland appelaient pourtant ces développements autour d’une histoire renouvelée de la presse pacifiste révolutionnaire dont Fernand Loriot, comme d’autres – Monatte, Rosmer, Martinet, Guilbeaux – est un pôle. Le combat de cette presse dans un espace public oblitéré par le fait national construit le succès de la minorité pacifiste et le retournement de 1916 (largement antécédent donc aux révolutions russes). Cette lutte construit une weltanschauung distincte du syndicalisme révolutionnaire auquel pourtant elle tient en grande partie : tous les débats de la Vie Ouvrière d’après-guerre (Faut-il adhérer au PC ?) participent de cette logique. La dynamique même du Comité pour la IIIe Internationale participe de ce travail propagandiste. L’appréhender aux feux de l’événement nécessitait sans doute un détour plus conséquent sur la structuration de la majorité socialiste qui retarde sur la minorité, sur l’appréhension de Zimmerwald et Kienthal par celle-ci, comme par la CGT, et le durcissement des oppositions : en remarquant alors que c’est la droite de la SFIO (Rosenthal, Bourgin notamment) qui scissionne la première. En remarquant également que la forme du comité est alors la forme ordinaire des différentes tentatives de reconfiguration du socialisme français sur la base de l’expérience de la guerre plus que des révolutions russes. En toute logique alors, le Parti communiste peut se fonder tout en conservant les tendances, et la mésentente (Dunois par exemple) s’établir sur les 21 conditions.

Ici se situe le nœud interprétatif de la biographie dont la conclusion, comme le compte rendu de François Ferrette3 rend compte. Il y a « mésentente », « malentendu », lors de la fondation du Parti communiste et la séquence de bolchevisation entre 1924 et 1926 vaut rupture par le biais du léninisme tel que théorisé par Staline. Le véritable PC cesse d’être et la réalité du communisme français se retrouve dans le mouvement communiste tel que théorisé par Souvarine (les oppositions de gauche). Soit. On retrouve là, mais gauchie et reportée à la séquence 1924-1926, la réflexion d’Annie Kriegel sur la « greffe » du communisme sur le mouvement ouvrier français : le stalinisme serait ce greffon, l’expulser en rendant compte historiquement des origines françaises du communisme permettrait sinon de refonder celui-ci, tout au moins de dépasser l’écueil déligitimant des « crimes du communisme ». Pour dialectique que soit cette opération historique, elle implique de prendre en compte comme telle la lutte pacifiste comme expérience structurante. A ce point de l’analyse se repose et la question de la SFIO, et la question du syndicalisme révolutionnaire. Pour François Ferrette lecteur de Julien Chuzeville l’échec signifié par la bolchevisation tient à la faiblesse de la formation marxiste des protagonistes français ; l’auteur de la biographie ne va pas si loin, mais souligne tout autant l’étiolement du PCF faute de forces révolutionnaires. L’analyse historique devient là procès, singulièrement sous la plume de François Ferrette s’appuyant d’ailleurs sur une vulgate imposée par le stalinisme français à propos du marxisme de la SFIO, reprise ensuite au mitan des années 70 par Daniel Lindenberg4… Ce sont dans ces termes que s’est tramé en partie l’oubli du rôle de Fernand Loriot. De facto, revenir aux racines françaises du communisme impose la centralité de la lutte pacifiste et des mutations qu’elle engendre dans le syndicalisme révolutionnaire, à moins d’oublier le second et rabattre la première sur le seul rôle de la minorité longuettiste. Il y a là un chiasme qui brise le continuum de l’analyse, implique de se situer dans l’œil de la guerre. Le travail de Romain Ducoulombier autour de la thématique régénératrice visait en partie à renouveler ces lectures. On peut ne pas partager toutes ses conclusions5. La biographie de Fernand Loriot permet une autre lecture, à condition de ne pas la situer dans l’horizon du premier communisme français mais bien dans celui de la lutte pacifiste dont ce dernier découle. On lira ainsi, au défaut de son titre, ce beau travail.

1 Cette historiographie en cours de renouvellement se situe à la charnière du militant (François Ferrette, La véritable histoire du parti communiste, Paris, Demopolis, 2011) et d’une historiographie scientifique qui tend à s’éloigner du paradigme totalitaire (Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010).

4Vincent Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SFIO, à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, janvier/ mars 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.