François-Xavier Seren, C’est quoi ce travail, Paris, HC Éditions, 2011, 115 pages, 24,5 €.

Compte rendu de Georges Ubbiali

François-Xavier Seren embrasse le métier de photographe en 1980. Il est l’auteur de plusieurs expositions qui l’ont fait reconnaître comme un professionnel de talent. Il commence sa carrière, en 1989, par une exposition sur la noblesse, qu’il poursuit par plusieurs autres, dont une, intitulée « Voyage à l’intérieur de la noblesse », remarquée dans le cadre du Festival international de la photographie sociale, en 2008. Dans cet opus, il se propose de replacer l’humain au centre du travail. La méthode choisie consiste, à partir d’une courte série de questions reproduites en vis-à-vis, à présenter un ensemble de photographie d’individus, en noir et blanc. Idéalement, ces travailleurs sont photographiés, non pas en situation de travail, mais dans leur environnement de travail. La série commence avec Michel Amandry, directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France. Ainsi qu’on le constate, François-Xavier Seren propose une interprétation extrêmement large du travail, assez éloignée de tout ouvriérisme ou de toute réduction au travail manuel. Le texte ne se contente pas d’être un prétexte à la photographie, mais permet, souvent, de pénétrer plus avant dans la conception du travail pour les individus photographiés. A chaque cliché, se joue une situation et un rapport personnel au travail. Se succèdent ainsi un éboueur de la ville de Paris, une directrice de structure associative, des artistes de diverses sortes, un professeur de lettres classiques, un éducateur, un fonctionnaire de police à la retraite, un rédacteur en chef, une chef de cabine, un chef d’entreprise de BTP, etc. Le moins que l’on puisse dire est que la plupart des travailleurs ainsi photographiés n’ont pas la « tête » de l’emploi, sauf quand ils revêtent le costume de leur profession. Difficile pour la chef de cabine, dénomination officielle d’hôtesse de l’air, d’échapper à sa fonction. Il en va de même pour René Gaillard, moine bénédictin. Pour les autres, le lecteur risque d’être surpris. L’officier de police a une tête de SDF, le trader ressemble furieusement à un étudiant et qui pourrait deviner que le graveur exerce ce type de métier ? C’est donc à un décentrement permanent du regard auquel invite cet ensemble de photographies. Décentrement d’autant plus fort que si les questions posées sont toujours les mêmes, les formats dans lesquels les photographies sont exposées varient d’une page à l’autre. Tantôt en pleine page, tantôt en format plus réduit, tantôt sur fond noir, tantôt, encore, en deux ou trois exemplaires, la mise en page permet de faire varier la focale sur ces travailleuses et travailleurs. C’est donc bien la disparité des situations de travail et des individus qui en sont les acteurs qu’offre ce regard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.