Christian Chelebourg, Les Ecofictions. Mythologies de la fin du monde, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, collection « Réflexions faites », 2012, 256 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Christian Chelebourg, professeur de littérature à l’Université de Nancy 2, livre avec Les Ecofictions un essai consacré aux fictions dérivées de la croissance des préoccupations écologiques au tournant des XXe et XXIe siècles. Ce qu’il dénonce comme la « totale confusion des registres entre science et fiction » (p. 64) l’amène à élaborer un vaste corpus, de livres mais plus encore de films, dont il ne nous retrace pas directement la genèse, mais qui a la particularité de faire se côtoyer romans de science-fiction et essais, films à grand spectacle et documentaires engagés.

Se succèdent au fil de son étude plusieurs grandes thématiques qui sont autant de manifestations de la peur de l’extinction en même temps que peur du changement. La pollution ouvre le propos, ce qui nous vaut d’intéressantes analyses d’un film d’animation sud-coréen, Sky Blue, où la pollution est directement liée à l’exploitation du Nord par le Sud, et du médiatisé Avatar, qui transpose une bonne part de l’hypothèse Gaïa1 de James Lovelock2. Sans oublier Le Parfum d’Adam de Jean-Christophe Rufin, transposition du radicalisme de l’écologie profonde. Au sujet du climat, l’auteur aborde l’engloutissement du monde visible dans le film Waterworld (1995) le bouleversement des saisons3, ou les liaisons dangereuses entre scientifiques et financeurs (via surtout le roman climato-sceptique de Michael Crichton, Etat d’urgence), jusqu’à la vision narcissique d’Al Gore dans son documentaire Une Vérité qui dérange (2006). La catastrophe met en valeur l’aspect proprement fantasmagorique des fictions visuelles, celles d’Hollywood tout spécialement, où l’empathie est souvent réduite à la portion congrue au profit du spectacle4, tandis que le thème de l’épidémie privilégie toujours le scénario du pire, mettant la technoscience en accusation. L’évolution via la réflexion sur la génétique et le clonage conclue ce tour d’horizon, à travers l’exobiologie, l’invasion extra-terrestre ou le remplacement de l’homo sapiens par un nouveau rameau5.

Plus généralement, si Les Ecofictions invite à la réflexion sur une matière fictionnelle riche et abondante, une partie importante du travail de Christian Chelebourg est marquée du sceau de l’hostilité à l’égard de « l’écologisme », interprété comme une foi, une forme de « (…) mystique du lien entre l’homme et la nature » (p. 29). Non sans excès proprement polémiques, puisque selon Christian Chelebourg l’écologie semble présenter un visage uniforme (aucune mention de l’écosocialisme, par exemple), humiliant l’être humain (il parle même de « tentation génocidaire » p. 39), antidémocratique, au point de présenter les menaces actuelles, dont le réchauffement climatique, comme une simple histoire que se raconterait l’humanité6… Cette concentration des feux de la critique sur l’écologie l’amène sans doute à négliger certaines pistes d’analyse, ainsi du lien entre la montée de l’irrationnel sensible dans plusieurs des films évoqués et le postmodernisme. Parmi les autres limites de l’essai de Christian Chelebourg, mentionnons une certaine tendance, sans toujours les exploiter pleinement, à sur-interpréter les œuvres retenues, en particulier via des parallèles mythologiques plus ou moins convaincants7, et une focalisation certaine sur les dernières décennies, sans mise en perspective des thèmes de la science-fiction, en particulier, depuis ses origines : on pense à l’exaltation du surhomme ou au thème ancien et répandu du savant fou8.

1Pour cette hypothèse scientifique, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypoth%C3%A8se_Ga%C3%AFa

2James Ephraim Lovelock est un scientifique et environnementaliste britannique. Il est spécialiste des sciences de l’atmosphère.

3 La théorie de l’hiver nucléaire, exprimée au début des années 1980, constitue selon lui le « chaînon manquant » entre les visions post-apocalyptiques et les écofictions.

4 « C’est au Pays des Merveilles qu’elles nous transportent bien plus que dans un monde en proie au chaos » (p. 135).

5 « Ainsi la rêverie féérique suscitée par la thérapie génique explique-t-elle que nos sociétés tendent à répondre par le surnaturel religieux aux peurs qu’engendre l’ingénierie génétique » (p. 192).

6 Il critique ainsi la croyance en un pouvoir démiurgique de l’humanité tel qu’il transparaîtrait des scénarios de terraformation… ou des travaux du GIEC ! [sur le GIEC, voir http://www.manicore.com/documentation/serre/GIEC.html ] Par ailleurs, la politique de la peur que le réchauffement climatique induirait, et qui faciliterait le contrôle des populations est par trop téléologique, sans envisager tous les possibles, dont les alternatives au capitalisme.

7 Le parallèle entre les écuries d’Augias et l’actuelle pollution industrielle nous semble ainsi bien trop artificiel, la bouse des chevaux pouvant difficilement être assimilée aux polluants industriels… De même, la transition de l’image du scientifique, censément passé de Prométhée à Hercule, pose question.

8 Voir en particulier l’anthologie Les Savants fous, Paris, Presses de la Cité, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.