Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, BDIC/ Gallimard, 2012, 140 pages, 24 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Catalogue d’exposition, l’ouvrage est aussi le manifeste d’une recherche collective : quand le politique s’écrit dans la rue.

Le pari est d’abord celui de déconstruire le sens commun de l’objet : ici l’affiche est moins image que texte. Elle est le politique de la rue, se comprend en réseau dans l’affrontement partisan des affichistes. Elle informe, mobilise, communique plutôt que de n’être que propagande. L’affiche est là une de ces formes brèves de l’imprimé depuis peu investie par les historiens[1]. Selon l’avocat Henri Ballot, en 1916, « l’affiche fait parler les murs, (…). Le journal est un imprimé, l’affiche est un acte. Un acte vaut mieux que l’écrit ».

Après une courte présentation des collections d’affiches de la BDIC et de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, l’ouvrage se structure classiquement en trois ensembles. L’affiche se présente d’abord comme un outil « d’affirmation de la démocratie et de l’urgence politique ». Six articles éclairent ce caractère, présent dès les placards et affiches politiques de la Révolution (J.-L. Chappey), mais essentiel pour se saisir du mode de gouvernement de la Commune à suivre (J. Rougerie). Dès la Révolution, l’affiche s’impose comme une forme démocratique de conquête de l’espace public : l’affiche est là texte, forme immédiate de communication politique par l’écrit (les journaux s’affichent, se « placardent » d’ailleurs) : l’affiche texte « Les trois urnes ou le salut de la patrie » vaut la guillotine à Olympes de Gouges, considérée comme « un attentat à la souveraineté du peuple » (M. Gouiran). Outil essentiel des gouvernements, elle est un lien direct avec l’opinion publique pour Auguste Comte (D. Reynié), accélérant le temps de la communication politique quand celui-ci mute sous l’effet des dépêches télégraphiques, créant du lien dans une société atomisée par l’occupation prussienne aux lendemains de la Commune. A ce premier parcours de l’affiche politique, la seconde partie du volume ajoute une lecture davantage centrée sur la matérialité de l’affiche dans la ville : « imprimer, diffuser, lire ». L’approche est novatrice, usant pour l’affiche de catégories analytiques déjà utilisées pour l’histoire de l’édition, de la presse. L’affiche est bien là texte plus qu’image, et les notions de chaînes d’écritures, de réseaux d’affichistes utilisées ne peuvent qu’enrichir l’histoire politique. Plus attendue, mais tout aussi éclairante, la troisième partie s’intitule « Action ! Voter, résister, militer, agir » et propose de courtes focales sur le XXe siècle, s’intéressant à la rupture graphique de Mai 68, gage de renouvellement de l’affiche politique. Si l’article consacré à « La Résistance, une parole libre, éclairante et mobilisatrice » (G. Krivopissko) convainc, on regrettera qu’il ne fut pas précédé de pages dédiées à l’antifascisme de front populaire où l’affiche joua un rôle important. Le regret signale tout l’intérêt de compléter ce premier tour d’horizon de l’affiche-action, d’investir les collections au titre de recherches sur une écriture du politique.


[1]              http://dissidences.hypotheses.org/2727


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.