Karl-Alexandre Zimmer, Débats et perceptions : « l’islam » au miroir du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale et de sa section française. Le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan, mémoire de Master 1 Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2011, 157 pages.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En guise de prélude à son mémoire de Master 2 sur La révolution islamique au miroir de la Quatrième internationale (chroniqué sur notre blog), Karl-Alexandre Zimmer s’était penché sur l’intervention soviétique en Afghanistan à compter de décembre 1979, afin d’y repérer les perceptions trotskystes d’un « islam au sens politique » (p. 32). Une problématique qui s’inscrit d’emblée dans une démarche comparatiste longue, courant de 1977 à 1985, appuyée principalement sur un corpus à base de presse et de bulletins intérieurs.

Pressé par le temps, Karl-Alexandre Zimmer n’a toutefois pas utilisé toutes les sources qu’il avait à sa disposition, présentées dans les copieuses annexes, spécialement les numéros d’Inprecor (revue de la Quatrième internationale) et de Rouge (hebdomadaire de la Ligue communiste révolutionnaire – LCR), pourtant tous dépouillés mais non mis à profit. Le lecteur reste donc en partie frustré, d’autant que certaines intuitions ou hypothèses ne sont pas développées, ainsi du trotskysme perçu comme histoire de nœuds… A travers les analyses proposées, on perçoit en tout cas la place d’abord secondaire d’un islam considéré essentiellement comme une arme de propagande (« (…) « l’islam politique » ne doit pas être interprété comme une authentique menace, même si elle peut le devenir », p. 57), et la vigueur du débat suscité par cette intervention de l’Armée rouge.

Au-delà de l’indiscipline au sein de la LCR qui en aurait résulté – qu’il conviendrait en réalité de relativiser et de mettre en perspective –, et que Karl-Alexandre Zimmer attribue à l’importance de la composante guévariste face à la tentative de greffe bolchevique (reprenant ainsi les termes de Jean-Paul Salles[1]), on retiendra l’idée selon laquelle la position initiale du Secrétariat unifié, qui n’appelait pas au retrait des troupes, s’expliquerait par une volonté de conciliation vis-à-vis d’un Socialist Workers Party (SWP) rendu d’autant plus important par la scission internationale de 1979. Ce dernier, de concert avec la section néo-zélandaise, s’opposait à un islam réactionnaire tel qu’il existait en Afghanistan, au Pakistan ou en Arabie saoudite, dans le même temps où il soutenait l’islam censément progressiste d’Iran. C’est à partir du CEI[2] de mai 1981 que le retrait est explicitement défendu, visiblement sous l’influence déterminante des militants Tariq Ali et Gilbert Achcar[3], selon lesquels un pouvoir musulman serait moins nuisible qu’une guerre longue…

En plus d’être partiel et donc insuffisamment abouti, ce travail souffre malheureusement d’un trop grand nombre de fautes d’orthographe et d’erreurs plus ou moins gênantes. Si celles concernant Dissidences sont secondaires[4], il est plus surprenant de voir la grande scission de 1952-1953 se voir attribuée comme cause le vol du matériel du Parti communiste internationaliste (PCI) majoritaire (p. 25), ou les spartacistes être qualifiés de tendance du SWP dans la seconde moitié des années 1970 (p. 50). Les perceptions de l’islam politique – au sein des organisations trotskystes mais aussi des autres familles de l’extrême gauche –, du mitan des années 1970/1980 à nos jours, méritent des travaux bien plus approfondis, précis et documentés que cette ébauche. Ils permettraient certainement de comprendre certaines recompositions idéologiques actuelles.


[1]              Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, 425 p.

[2]              Comité exécutif international, instance de direction du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale.

[3]              On lira certains textes concernant cette question dans le recueil de Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste, Lausanne, Éditions Page deux, coll. « Cahiers libres », 2003, 355 p. De cet auteur, nous avons chroniqué Les Arabes et la Shoah, sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#achcar

[4]              Le BLEMR devient BLERM sans d’ailleurs que la lettre M ne soit explicitée, Jean Vigreux se retrouve responsable fondateur de Dissidences (alors qu’il n’a jamais fait partie du collectif), et les principaux animateurs en seraient aujourd’hui Jean-Paul Salles et Jean-Guillaume Lanuque… (p. 16)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.