Pierre Daum, Ni valise ni cercueil. Les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance, Paris, Solin-Actes Sud, collection « Archives du colonialisme », 2012, 403 pages, bibliographie, chronologie, préface de Benjamin Stora, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Saluons la parution du livre de Pierre Daum, qui vient après son Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-52), paru lui en 2009 chez le même éditeur, dans la même collection, créée après la fameuse loi du 23 février 2005 sur le rôle positif de la colonisation française, aujourd’hui abrogée.

Il est constitué de deux parties, la transcription de quinze témoignages, recueillis entre 2008 et 2010, d’hommes et de femmes restés en Algérie après 1962 (p. 107-408), et un texte de quatre-vingt pages (p. 23-103), véritable travail d’historien. L’auteur revient sur les questions controversées de l’année 1962 : la fusillade de la rue d’Isly à Alger, le massacre des pieds-noirs à Oran (5 juillet 1962) ou encore, plus rarement traités, la représentation politique des Européens dans l’Algérie indépendante, l’acquisition de la nationalité algérienne et la question des biens vacants. Avec bien sûr cette question centrale posée par le titre : combien de pieds-noirs sont restés en Algérie après la proclamation de l’indépendance ? Ils sont nombreux à avoir tenté l’expérience de l’Algérie indépendante, anciens militants du Parti communiste algérien (PCA) dont certains avaient pris fait et cause pour le FLN (Front de libération nationale), catholiques progressistes mais aussi petites gens qui n’avaient rien à se reprocher et qui, effectivement ne furent pas inquiétés dans cette Algérie nouvelle où l’ambiance était légère, joyeuse, comme jamais auparavant. Plusieurs des témoins interrogés expliquent cette incapacité de beaucoup de pieds-noirs à rester en Algérie par le racisme : « Ils n’acceptaient pas l’idée d’être commandés par des Arabes » (p. 341) ou encore : « L’état d’esprit colonial intégrait de facto un sentiment de supériorité. Mes parents étaient incapables de concevoir d’être commandés par des Arabes » (p. 382).

Ceux qui sont restés en 1962 – 200.000 alors que 800.000 ont été « rapatriés » en France – sont très divers, socialement, de la couturière de Birmandreis au grand médecin, la foi protestante chevillée au corps, des petits industriels ou petits commerçants aux instituteurs. Certain(e)s n’ont jamais quitté l’Algérie et s’apprêtent à y mourir. D’autres, partis dans un premier temps, sont revenus s’y installer, ainsi Cécile Serra, qui ne parvint pas à se faire à la froideur des Français(es) : « Le premier jour, dans l’escalier, j’ai croisé une dame. Je lui lance « Bonjour madame ! » Elle, du bout des lèvres, l’air dégoûté, me dit un tout petit bonjour. Trois jours après, elle passe devant moi comme une balle, rien, ni bonjour ni rien ! » (p. 404). D’autres enfin sont partis définitivement, la poussée islamiste des années 1990 en ayant terrorisé beaucoup, si bien qu’aujourd’hui il ne reste plus en Algérie que quelques centaines de pieds-noirs. Jean-Bernard Vialin par exemple, né en 1950, qui a fait sa carrière comme pilote à Air Algérie, vit toujours à Alger, se désolant malgré tout que « les femmes qui adoraient être séduisantes soient aujourd’hui bâchées (sic) de la tête aux pieds. Si encore c’était une religion qui élevait l’esprit, ajoute-t-il. Mais ce n’est que du rite. Limite TOC : Trouble obsessionnel compulsif »1. Un ouvrage dont la lecture peut se croiser avec celle de Catherine Simon2 sur ces Français venus se mettre au service du jeune État algérien en traversant la Méditerranée, mais dans le sens inverse des pieds-noirs « rapatriés ».

1Le lundi 26 novembre 2012, sur FR3, à minuit, a été diffusé le film documentaire de Géraldine Schwarz et Philippe Baron « Rester en Algérie », qui donne lui aussi la parole à certains de ces pieds-noirs qui ont fait le choix de rester en Algérie en 1962.

2Catherine Simon, Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969), Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2009. Lire la recension de cet ouvrage sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1584


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.