Baltasar Porcel, La révolte permanente, Clamecy, Balzac éditeur, 2011, 212 pages, 24 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Au point de départ de cet ouvrage se situe le récit de Joan Ferrer. Ce dernier livre à l’écrivain espagnol Baltasar Porcel1, dont plusieurs livres ont été édités par Actes Sud, l’évocation de sa vie de militant révolutionnaire anarchiste. Adapté par la traductrice, ainsi qu’il est indiqué dans une note de l’éditeur, cette autobiographie racontée (un millier de pages, cinquante bobines de magnétophone), publiée préalablement en catalan, est devenue un roman. Organisé en quatre parties, le récit permet de suivre la formation d’un rebelle, né à la fin du XIXe siècle, dont le destin bascule lors de la guerre civile espagnole, dont il est un protagoniste de premier plan. Dès les premières pages, le ton est donné. Il s’agit bien dans ce livre « de bruit et de fureur », tant la misère sociale dans laquelle le personnage évolue suscite une série de réactions violentes de la part de son entourage. Par les hasards de l’existence, le narrateur parvient à suivre des études qui lui donneront accès, plus tard, à la presse éditée par le courant anarchiste, puisque, comme il le dit, il était un des rares à pouvoir rédiger. Ce témoignage permet de suivre l’effort des anarchistes au début du siècle pour éduquer, par la propagande, la classe ouvrière. Avec son récit, c’est une plongée de l’intérieur dans le courant communiste libertaire qui est proposée. De nombreuses anecdotes permettent d’approcher l’ambiance qui régnait alors dans ce milieu. On rit parfois de l’audace, mais aussi de la joyeuse désorganisation qui règne dans la CNT (Confédération nationale du travail), le syndicat anarchiste. Si le récit se lit avec plaisir, tant les rebondissements sont légion, en revanche, l’approche est moins heureuse quand il s’agit d’analyser les positionnements et les réalisations du courant libertaire, une fois la guerre civile commencée. Le narrateur se fait le porte voix de la vision officielle de la CNT selon laquelle c’est la guerre qui a empêché les anarchistes de pouvoir mener à bien leur œuvre révolutionnaire. N’est-ce pas plutôt, autre hypothèse, l’action de la CNT elle-même qui contribua largement à cet échec ? L’analyse que rapporte l’auteur se limite souvent à des suppositions : « Si nous avions fait ceci », « si nous avions fait cela »… Symptomatique apparaissent ainsi des formulations du style : « Nous aurions pu donner l’assaut à la Généralité et dissoudre les partis politiques ; la Catalogne, à l’exception de Lerida, du fait des détachements militaires, serait tombée alors aux mains de la CNT (…). Il ne fallait rien faire qui puisse aggraver notre situation dans la guerre. (…). Nous nous sommes retirés, les communistes eux, se sont maintenus » (p. 136-137). Exilé par la suite en France, le narrateur exerce divers petits métiers durant la guerre, et finit par travailler à la construction du mur de l’Atlantique à Bordeaux. Après la guerre, il devint le directeur du journal de la CNT (Solidaridad Obrera) jusqu’en 1954, avant que les autorités françaises n’interdisent sa publication. Mais les années 50 et suivantes sont évoquées très rapidement en conclusion, sans que l’on parvienne à savoir ce que fut l’action de ce militant. Ce livre, bien que présenté comme un roman, ce qu’il est indubitablement, n’en recèle pas moins plusieurs informations sur des aspects peu abordés dans d’autres récits. Ainsi, à plusieurs reprises, le narrateur revient sur l’usage du catalan et le rapport honteux au castillan (p. 143 par exemple). Il permet également de mieux saisir le fonctionnement de la presse anarchiste en Catalogne, grâce au rôle de premier plan qu’a pu jouer Joan Ferrer. Enfin, on retiendra les intéressantes descriptions de l’organisation et du fonctionnement des camps de détention en France, après la défaite. Un ouvrage utile et suggestif.

1L’écrivain catalan-espagnol Baltasar Porcel est décédé le 1er juillet 2009, à Barcelone, à l’âge de 72 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.