Lilian Alemagna, Stéphane Alliès, Mélenchon le plébéien, Paris, Robert Laffont, 2012, 370 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Deux jeunes (27 et 33 ans) journalistes réunis pour écrire le portrait du dirigeant du Front de gauche, candidat à la présidence de la République en 2012, et en treize chapitres, l’exercice est bouclé et réussi. Il faut reconnaître que le travail d’investigation est sérieux. Plus de cent entretiens ont été conduits à travers la France, les écrits ont été disséqués et les archives (essentiellement de presse) ont été dépouillées, tout ce travail permettant de proposer un portrait de Jean-Luc Mélenchon. Natif du Maroc, la famille du jeune Jean-Luc s’installe dans le Jura. Étudiant après 1968, Jean-Luc Mélenchon s’engage dans le militantisme, dans l’UNEF (Union nationale des étudiants de France), au sein du courant dit « lambertiste », c’est à dire l’Organisation communiste internationaliste (OCI). Il occupe rapidement des responsabilités importantes en cette période d’effervescence estudiantine. Mais son sens de l’indépendance l’amène à rompre avec ce courant. Il revient dans le Jura, avant de prendre sa carte au Parti socialiste, d’être repéré comme un jeune prometteur et de rallier la capitale, où plus exactement l’Essonne, sous l’égide de Claude Germon. Il devient dirigeant de cette importante fédération, apprenant rapidement à gérer un appareil qu’il modèle pour ses ambitions. A la fin des années 80, Jean-Luc Mélenchon se rapproche d’un autre jeune prometteur, en provenance de l’autre courant trotskyste, celui de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire), Julien Dray. Ensemble, ils créent et animent la Gauche socialiste, le courant de gauche du PS. Les chapitres du livre consacrés au développement et à l’échec final de ce courant sont parmi les plus intéressants, et sans doute les plus méconnus de son parcours politique. L’échec de Lionel Jospin en 2002 signe la fin de la Gauche socialiste. Jean-Luc Mélenchon lance alors son propre courant, véritable parti dans le parti, le PRS (Pour la république sociale). Les ultimes chapitres portent sur la sortie du PS et la création du Parti de gauche. On assiste en direct (ou quasiment) aux manœuvres qui conduisent Jean-Luc Mélenchon et son équipe à quitter le Parti socialiste, entraîné selon eux dans le social-libéralisme. La suite est nettement plus connue puisqu’elle réside dans les tractations avec le Parti communiste pour construire le rassemblement du Front de gauche et, in fine, la désignation de Jean-Luc Mélenchon comme candidat à la présidentielle. Publié avant le premier tour de l’élection, le livre ne raconte pas la vigoureuse campagne menée par celui que ses biographes caractérisent de « plébéien ». On pourrait discuter du qualificatif pour un dirigeant qui a passé la plus grande partie de sa vie politique dans l’appareil socialiste, puis l’a prolongé sous les ors du Sénat. En tous les cas, le portrait est réussi et permet de mieux cerner quelques aspects de sa personnalité. C’est également une plongée dans l’univers des socialistes, dont le lecteur découvrira qu’il s’apparente à un monde sans pitié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.