Sébastien Fontenelle, Les briseurs de tabous. Intellectuels et journalistes « anticonformistes » au service de l’ordre dominant, Paris, La Découverte, collection « Cahiers Libres », 2012, 184 pages, 14 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sébastien Fontenelle est un habitué des critiques au vitriol de figures intellectuelles ou médiatiques considérées comme garantes de l’ordre en place, voire comme des « fourriers de la réaction ». On se souvient en particulier de sa Position du penseur couché, consacré à Alain Finkielkraut, et de sa participation au recueil Editocrates, salutaire remise à niveau de ces experts auto-proclamés ayant leur tribune attitrée dans les médias1.

Avec Les briseurs de tabous, Sébastien Fontenelle poursuit dans cette veine pamphlétaire, réutilisant au passage certaines données reprises des deux ouvrages ci-dessus. Il s’intéresse cette fois à la stigmatisation des musulmans orchestrée depuis une large dizaine d’années, rejoignant des travaux comme ceux de Thomas Deltombe (L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France (1975-2005)) ou Pierre Tevanian (Dictionnaire de la lepénisation des esprits). Il dénonce ainsi les discours, tendant à avaliser une supposée progressive islamisation de la France, tenus par Renaud Camus, relevant le soutien apporté à ce dernier par Alain Finkielkraut en 2001. On touche toutefois là à une des limites de l’essai : Sébastien Fontenelle semble déduire de ce soutien ponctuel un accord constant implicite entre les deux hommes, mais il ne cite jamais d’autres preuves pouvant laisser penser à une défense permanente de Renaud Camus (c’est d’ailleurs un problème similaire que l’on retrouve avec la défense d’Oriana Fallaci par Pierre-André Taguieff en 2002…).

Sébastien Fontenelle touche par contre plus juste lorsqu’il évoque les écrits ou déclarations d’un Michel Houellebecq ou d’un Eric Conan, à travers lesquels il retrouve un antisionisme de gauche qui ne serait que le masque de l’antisémitisme, ou un antiracisme paravent d’un véritable racisme. Le parallèle avec l’inversion du sens des mots chère à la « novlangue néolibérale » analysée par Alain Bihr est patent2. Sébastien Fontenelle relève également avec ironie que ces pseudo-rebelles – ainsi de Pascal Bruckner dénonçant la tyrannie de la repentance et de la culpabilisation – se posent généralement en victimes du discours dominant… dont ils sont en réalité partie intégrante ! Il souligne enfin que certains médias ont amplement relayé les clichés3 ou les raccourcis sur l’islam comme danger pour la France, sans jamais effectuer d’autocritique4, mais il le fait en reprenant ce terme d’islamophobie que l’on peut trouver inadéquat. Certes, Sébastien Fontenelle se plaît à rappeler que le terme a été inventé par des intellectuels dès le début du XXe siècle, et non au moment de la révolution islamique en Iran, mais c’est quand même bien cette dernière qui l’a remis au goût du jour alors qu’il avait pratiquement cessé d’être utilisé. De plus, ce terme pour le moins ambiguë, car susceptible de toutes les instrumentalisations, permet trop souvent de rapprocher racistes anti-arabes et anticléricaux adversaires de toutes les religions…

Les briseurs de tabous condense donc des rappels nécessaires sur un discours médiatique de plus en plus souvent réactionnaire et/ou conservateur, mais son manque d’analyses élargies et sa prose parfois quelque peu simplificatrice5 ont tout de même de quoi susciter une frustration légitime.

1Ces deux ouvrages sont chroniqués sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/situation%20politique%20en%20france.htm#fontenelle et http://www.dissidences.net/divers.htm#chollet

2 « La subversion de la réalité et des mots qui la désignent devient une norme, et fait dès lors un abri sous lequel maintes détestations peuvent être dites, et maintes vilenies exprimées » (p. 36). Lire Alain Bihr, La novlangue néolibérale, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_epistemologie.htm#bihr

3 Le magazine Marianne, en 2011, évoque « ce qui sépare l’Européen moyen, qui feuillette vaguement un magazine people ou un quotidien gratuit dans le métro, et son voisin psalmodiant sur le Coran » (p.93).

4 Ainsi d’Eric Zemmour et Ivan Rioufol, qui s’étaient laissé prendre à la manipulation du Bloc identitaire sur l’organisation du premier « apéro saucisson-pinard » prétendument appelé par une Française lambda…

5 Difficile de soutenir que la totalité de l’UMP soit à classer à l’extrême droite…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.