Les nécrologies des militant(e)s de Lutte Ouvrière : le parti en son miroir.

par Jean-Paul Salles

Au cours des huit dernières années, l’hebdomadaire Lutte Ouvrière (LO) a publié 22 nécrologies consacrées aux militant(e)s qui venaient de mourir : 15 hommes et 7 femmes.

12 étaient ouvriers ou ouvrières, 3 employé(e)s de banque-assurances, 2 enseignant(e)s, 1 bibliothécaire, 1 divers, 3 dont la profession n’est pas indiquée.

Certain(e)s étaient de très ancien(ne)s militant(e)s, parfois depuis 1958 pour le plus ancien, Pierre Varenne (Dupré), un des animateurs de la « feuille de boîte »[1] de l’usine Renault à Boulogne-Billancourt. Est notée leur fidélité, « fidèle parmi les fidèles » pour P. Varenne (LO n°1894, 19 novembre 2004). La fierté d’être ouvrier, ou ouvrière, est également très valorisée : « Fier d’être ouvrier, dévoué à sa classe », pour Alain Le Faou (LO n°2046, 19 octobre 2007). Un dévouement à « la classe », une intégration à celle-ci qui induit le fait que certains, comme cet ouvrier de l’industrie chimique, longtemps exposé à l’amiante et mort d’un cancer de la plèvre, ne sont pas épargnés par les maux qui frappent les ouvriers (LO n°2240, 8 juillet 2011, Roland Bégot). Cette fierté d’être ouvrier se conjugue avec « le sens de la camaraderie », l’attention aux autres (par exemple Louis Ohran, LO n°2126, 1er mai 2009). C’est avec « ténacité », « combativité », « simplicité », « droiture, pugnacité, énergie, dynamisme » mais aussi « simplicité, gentillesse, chaleur humaine, disponibilité », « grande rectitude », « bon sens » que ces militant(e)s de LO ont mené leur vie. L’humour est parfois noté comme une qualité, mais « humour et rigueur » pour Alain Chapelot (LO n°2013, 21 novembre 2008).

Mais il est une qualité qui est aussi beaucoup valorisée, c’est la curiosité intellectuelle, et notamment l’amour des livres. Livres de Marx et de Lénine pour Claude Jurquet (LO n°1896, 3 décembre 2004), ou romans pour Jeanne Clertant (LO n°2055, 21 décembre 2007) qui avait en plus le talent de « transformer en dévoreur de romans celui qui n ‘avait jusque-là jamais ouvert un livre ». Parfois le rédacteur, toujours anonyme, se fait lyrique à propos des livres, « merveilleux accès à d’autres époques, à d’autres mondes, à d’autres vies » (LO n°2140, 7 août 2009, Sylvie Moyen).

Plus rarement est notée et valorisée la passion pour la peinture chez Claude Jurquet ou Alain Chapelot, ou encore Jean-Pierre Demangeat, ce dernier s’y adonnant également (LO n°1907, 18 février 2005).  Une fois seulement est noté chez un militant « cultivé, curieux de tout », le goût du voyage, passion pardonnée car « il aimait faire partager ce qui le passionnait » (LO, 16 mars 2007, Teddy Sapin).

Souvent aussi est noté l’amour de la vie chez ces militant(e)s, et parfois avec précision. C’est ainsi qu’on apprend que les militant(e)s aiment les fleurs, les plantes, la nature en général, et pour l’une d’entre elles les chats, les chiens et les oiseaux (LO n°2288, 8 juin 2012, Elisabeth Podgorny).

Pour certain(e)s, cet amour de la vie s’étendait jusqu’à leur famille. On apprend qu’un des militants était actif chez les parents d’élèves (LO n°2126, 1er mai 2009, Louis Orhan) et qu’un autre « a su conjuguer vie professionnelle, politique et syndicale, tout en menant une vie de famille avec Maryse et leur fils Régis » (LO n°2240, 8 juillet 2011). Quant à Elisabeth Podgorny, une dirigeante nationale, qui vivait en couple mais n’avait pas eu d’enfant, sa notice dit « qu’elle adorait les enfants, ceux de sa famille avant tout » (sic), une famille qui n’a pas à se plaindre d’elle puisque « elle a toujours été là quand il le fallait » (resic) (LO n°2288, 8 juin 2012).

Une telle insistance n’est pas anodine, venant d’un parti souvent accusé d’exiger beaucoup de ses militant(e)s. Un parti qui, s’il n’interdit pas à ses militant(e)s d’avoir des enfants, remarque, sous la plume de son dirigeant Hardy que : « Les enfants, il n’est guère possible de les élever correctement et de leur assurer la tendresse et la présence voulues tout en menant une vie militante à un certain niveau d’activité. A moins d’avoir une bonne ou d’en laisser toute la charge à sa compagne ou à son compagnon, ce qui est bien plus rare. Nous n’interdisons donc pas à nos militants d’avoir des enfants. Ce choix leur appartient, mais avoir et élever des enfants, si on n’est ni riche ni aidé par des domestiques, empêchera de se qualifier réellement et de se consacrer à notre lutte »[2].

Notons enfin que dans une nécrologie, il est fait allusion sans drame à l’homosexualité de la militante décédée, l’auteur du billet assurant « sa compagne » de « ses pensées affectueuses » (LO n°2100, 31 octobre 2008, Catherine Martinet).

Bien sûr, au cours  de ces huit années, d’autres militants ou anciens militants sont morts, sans bénéficier de nécrologie dans l’hebdomadaire Lutte Ouvrière. Nous connaissons au moins le cas de l’un d’entre eux, Daniel Benard, qui appartenait au noyau fondateur de l’organisation. Ayant quitté LO et créé une autre organisation quelques années avant sa mort, il est absent de la rubrique nécrologique de l’hebdomadaire. Ayant noté l’importance de la « fidélité » pour ce courant, une telle absence n’a rien d’étonnant. Malgré tout, l’organisation n’a pas jugé indigne de cette rubrique un militant, Jean-Pierre Demangeat, appartenant lui aussi au noyau fondateur de VO/LO. Bien qu’il ait manifesté parfois « découragement » et « scepticisme » – il a même milité dans la Fraction –, « sa fidélité aux idées révolutionnaires, caractéristique de sa vie … ne pouvait faire aucun doute » (LO n°1907, 18 février 2005).

La décision de consacrer à tel ou telle militant(e) une notice nécrologique n’est donc pas laissée au hasard. La direction, au nom de critères non écrits mais que nous pouvons imaginer, décide ou pas d’inscrire tel ou telle à ce qui apparaît comme le tableau d’honneur de l’organisation. Il serait intéressant de faire la même recherche sur d’autres organisations qui, comme la LCR/NPA, consacrent aussi des notices nécrologiques à leurs militant(e)s décédé(e)s


[1]              Les feuilles de boite sont les bulletins d’entreprise des militants de Lutte ouvrière. Elles sont un des moyens de construire et d’organiser la propagande.

[2]              Robert Barcia alias Hardy, La véritable histoire de Lutte Ouvrière, Paris, Denoël, 2003, p. 225.



Citer ce billet
dissidences (2013, 14 mars). Les nécrologies des militant(e)s de Lutte Ouvrière : le parti en son miroir. Dissidences : le blog. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://dissidences.hypotheses.org/2955

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.