Maximilien Le Roy, Dans la nuit, la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, 183 pages, 25, 5 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali et Christian Beuvain

Il faut tout d’abord souligner la qualité d’édition de cette bande dessinée. Inspirée du récit d’Albert Clavier, De l’Indochine coloniale au Vietnam libre (Indes savantes, 2008)[1], cet ouvrage bénéficie non seulement d’un avant-propos par le dessinateur, où ce dernier raconte les circonstances d’écriture du livre, et d’un court cahier photographique en fin de volume permettant de se familiariser avec les acteurs, Albert Clavier et Oanh, mais également d’un long entretien illustré d’une dizaine de pages avec l’historien Alain Ruscio. Cet éclairage historique permet au lecteur de découvrir le contexte général de la colonisation et de l’impérialisme français en Indochine. L’histoire racontée par Maximilien Le Roy[2] commence en 1943, en France occupée, par une manifestation au son de l’Internationale contre l’occupant nazi à laquelle le tout jeune Henri participe, contre l’avis de son frère aîné qui a déjà rejoint les rangs de la Résistance. Après la guerre, Henri s’engage et est envoyé en Indochine. Sa motivation ? S’éloigner de la misère familiale et partir à l’aventure. D’où le choix de la « coloniale » et l’attrait du voyage. Il déchante rapidement à l’occasion d’une halte à Djibouti lors de sa traversée en direction de l’Indochine. Ce qu’il découvre durant l’escale dans une colonie n’a pas grand-chose à voir avec la mission civilisatrice rabâchée sur les bancs de l’école. Le racisme le plus cru des « petits blancs » l’atteint profondément, au même titre que la misère qui submerge le quartier indigène. Son unité est affecté à Lang-son, à la frontière chinoise. Il y fait la connaissance d’un jeune vietnamien, professeur de français, Bat. Lequel Bat se révèle, par la suite, être un militant du Vietminh[3]. La réalité de la guerre coloniale l’amène à prendre la décision, qui va faire basculer son existence toute entière. Il décide de déserter, en s’appuyant sur les réseaux de Bat, et de rejoindre l’ennemi. Sans jamais prendre les armes contre l’armée française, il  partage pendant de longs mois le sort des combattants vietminh, avant d’accepter de s’occuper du contact avec les soldats français prisonniers dans les camps du vietminh[4]. Devenu commandant de l’armée populaire vietnamienne, une fois la défaite française consommée, il s’occupe de la presse du Vietnam indépendant, en devenant journaliste et photographe à la revue Vietnam en marche.     Parlant vietnamien, il est parfaitement intégré à la société, y fondant un foyer, même s’il ne se sent guère à l’aise dans la vie politique de ce nouvel État. Finalement il finit par quitter le Vietnam. Mais, condamné à mort par contumace en 1950 comme déserteur, il ne peut pas rentrer en France, immédiatement, séjournant alors dans les pays de l’Est. Finalement, en 1966, une loi d’amnistie est votée qui lui permet de rentrer dans l’hexagone en 1968. C’est cette histoire exceptionnelle que raconte ce récit aux tons olivâtres. Selon Alain Ruscio, ils furent plusieurs dizaines à avoir ainsi franchi le cap du ralliement à l’ennemi. Parmi ceux qu’on appelait les « soldats blancs de Hô Chi Minh »[5], on compte également des Maghrébins[6] et des Allemands antifascistes[7] qui avaient rejoint la Légion pour combattre le nazisme. Sur les rayonnages des bibliothèques, cet album rejoint l’intégrale de Franck Giroud et Lax, Les Oubliés d’Annam[8] qui raconte également cette épopée de militants communistes étrangers ayant rallié la cause du communisme vietnamien.


[1]    Cette bande dessinée, l’inspirateur ne la lira pas, car il mourut quelques mois avant la fin de sa réalisation.

[2]    Maximilien Le Roy est également l’auteur de la BD Faire le Mur (Casterman, 2010), l’histoire vraie d’un réfugié palestinien qui, par passion amoureuse, franchit le mur qui marque la frontière avec la Cisjordanie, ainsi que d’un hommage à David Thoreau, La Vie sublime (Le Lombard, 2012).

[3]    Le Vietminh est l’organisation politique vietnamienne, créée en 1941 par le Parti communiste indochinois, dont le but était l’indépendance du Vietnam. Ses leaders sont Hô Chi Minh et le général Giap.

[4]    On ne peut que rapprocher cette histoire de celle de Georges Boudarel : lire son Autobiographie, Paris, Éditions Jacques Bertoin, 1991, 439 p.

[5]    Jacques Doyon, Les soldats blancs de Hô Chi Minh, Paris, Fayard, 1973, 521 p.

[6]    Dans son ouvrage Poussières d’empire, Nelcya Delanoe évoque ces Marocains passés au Vietminh (PUF, 2002, 222 p.).

[7]    On peut lire l’histoire de ces ralliés intellectuels et communistes de langue allemande, qui ont fui le nazisme, ont combattu dans les rangs vietminh puis sont partis s’installer dans les pays de l’Est, dans l’étude de Heinz Schütte, « Les Doktors germaniques dans le Viet Minh », Aséanie, n° 15, vol. 15, 2005, p. 61-85, ou sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/asean_0859-9009_2005_num_15_1_1846

[8]    Franck Giroud, Lax (Christian Lacroix), Les Oubliés d’Annam, Luçon, Éditions Dupuis, coll. « Aire libre », 2000, 118 p. Comme dans l’article de Heinz Schütte et l’ouvrage de Jacques Doyon, on retrouve la figure mythique de Erwin Borchers dit Chien Sy ou Chen Si (Le Combattant), devenu commissaire politique et lieutenant-colonel du Vietminh, après avoir créé une cellule communiste au sein de la Légion étrangère !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.