Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Montréal, Ecosociété, collection « Actuels », 2012, 264 pages, 19 €.

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage collectif regroupe principalement les communications d’un colloque tenu à l’Université du Québec en 2010 autour du thème gémellaire « capitalisme / anticapitalisme », quelques textes supplémentaires y ayant été ajoutés. La démarche, clairement assumée, est militante, les divers auteurs étant par ailleurs tous universitaires. Si les huit contributions ont été regroupées en trois ensembles – L’économie de marché en question, L’État et les autres systèmes d’exploitation, Capitalisme et culture –, nous préférons les traiter en suivant une autre démarche.

Plusieurs textes, en effet, sont des synthèses introductives à la pensée d’un auteur, sans réel apport théorique personnel. C’est le cas de Martin Petitclerc, qui s’intéresse à « Karl Polanyi, historien des mondes possibles », exposant les conceptions de cet intellectuel incontournable inspirées en partie du marxisme, parmi lesquelles on peut mettre en exergue la dénonciation du capitalisme comme antihumain, où l’économie s’aliène la totalité de l’existant, aux antipodes de l’idéal démocratique que Karl Polanyi défend. Un capitalisme qu’il ne considère absolument pas comme une étape inévitable, une nécessité historique, ce qui invite à des scénarios uchroniques, et n’est d’ailleurs pas nécessairement si opposé à la vision d’un Karl Marx (pensons à son hypothèse d’un passage du féodalisme au socialisme en Russie via le mir ou obchtchina c’est-à-dire la commune rurale ancestrale[1]), moins en tout cas que la sphère de la production perçue comme n’étant pas le déterminant principal avant l’avènement du capitalisme. Une approche intéressante mais qui, en l’état, laisse au lecteur un sentiment d’inachevé. Mélissa Blais et Isabelle Courcy, pour leur part, présentent les thèses du féminisme matérialiste, essentiellement celui de Christine Delphy. Apparues dans les années 1970 mais n’ayant connu un réel regain d’intérêt qu’en ce début de XXIe siècle, elles sont loin de faire l’unanimité, principalement du fait du caractère pour le moins audacieux de certains concepts, les « classes de sexe » ou le « mode de production domestique » en particulier. Anouk Bélanger, enfin, s’intéresse de manière bien trop brève à un théoricien de la culture, contemporain et compatriote de E.P. Thompson et Eric Hobsbawm, à savoir Raymond Williams, défenseur d’un « matérialisme culturel » au sein duquel la culture, représentation de la société, est une véritable force matérielle.

Les autres contributions sont plus originales en ce sens qu’elles apportent une réflexion inédite sur des sujets variés. Parmi les plus intéressantes, celle de Marcos Ancelovici est une réflexion autour du slogan des Indignés « Nous sommes les 99% » (repris d’ailleurs par le NPA). Le propos est centré sur l’Amérique du nord, et l’auteur montre bien que derrière l’efficacité médiatique et mobilisatrice de la formule, il y a bien une réalité, celle de l’enrichissement d’une minorité, qui est d’ailleurs encore plus sensible pour les 0,1%. Marcos Ancelovici insiste également sur les silences de ce slogan, les classes sociales, la question de la « race » (la sur-représentation des « blancs » dans le mouvement Occupy est-elle vraiment une donnée pertinente ?) et celle des sexes, témoignant au passage de la forte influence de ces problématiques outre-atlantique[2]. Son hypothèse d’un succès de ce slogan en Amérique du nord en rapport avec la marginalité du discours de classe mérite que l’on s’y attarde. Pour sa part, le coordinateur de l’ouvrage propose une analyse anarchiste renouvelée sur l’État[3]. Fidèle à la tradition historique dont il se réclame, il présente le système étatique comme une forme à part entière de domination et d’exploitation (non sans une certaine ambiguïté, en parlant de « classe gouvernante »), allant jusqu’à accuser l’État providence de jouer contre l’autonomie populaire et l’autogestion.

Moins novateur, David Mandel livre toutefois une très bonne synthèse sur le thème de la transition au capitalisme en Russie après la fin de l’URSS. Le tableau de cette Russie livrée à la Stratégie du choc est en effet terrible, le pouvoir politique y gardant toujours la première place. C’est lui, en effet, qui impulsa la constitution d’une bourgeoisie au prix d’une expropriation frauduleuse gigantesque des biens collectifs, conservant sous sa dépendance cette classe parasitaire en la protégeant de l’éventuelle colère d’un peuple grand perdant du changement. Eric Pineault livre une longue réflexion sur les crises financières vues comme normes du capitalisme actuel. L’occasion de rappeler des fondamentaux de l’analyse marxiste et d’insister sur l’hégémonie d’un capital financier d’un nouveau type, articulé sur une nouvelle forme d’exploitation des salariés via la dette (celle des ménages et celle des États). On retiendra en outre son relatif pessimisme (ou réalisme, c’est selon) qui le conduit à ne pas qualifier la crise actuelle d’anticapitaliste, à la différence de celle des années 1930. Luc Bonenfant, enfin, se livre à une critique du slam à travers l’artiste québécois Ivy, qualifiant ce genre de réactionnaire, du fait de son caractère pleinement intégré à la société de marché et de la prédominance de la forme sur le fond. Son échantillon pour le moins restreint limite toutefois drastiquement l’impact de son analyse.

Par-dessus le marché ! est donc un recueil quelque peu disparate, à l’image de ces autres ouvrages collectifs (chroniqués sur notre ancien site) que sont Y a-t-il une vie après le capitalisme ? et Postcapitalisme, dont le principal mérite semble être une invitation à le dépasser, le transcender.

 

 


[1]              Sur cette question, on peut se reporter à un article très documenté de Maximilien Rubel sur http://www.marxists.org/francais/rubel/works/1947/rubel_19470500.htm

[2]              Remarquons également les tentatives éditoriales pour acclimater en France ces problématiques, en particulier autour de la « race », dans les sciences humaines : voir sur ce blog les contributions de Dissidences sur Race et capitalisme, http://dissidences.hypotheses.org/982 et http://dissidences.hypotheses.org/979 et Les féministes blanches, http://dissidences.hypotheses.org/2849

[3]              Francis Dupuis-Déri laisse d’ailleurs à cette occasion passer une erreur importante, en faisant de tous les trotskystes des défenseurs de l’URSS analysée comme un capitalisme d’État… (p.132)



Citer ce billet
dissidences (2013, 14 mars). Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Montréal, Ecosociété, collection « Actuels », 2012, 264 pages, 19 €. Dissidences : le blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.