Tokunaga Sunao , Le quartier sans soleil, Paris, Yago, 2011, 254 pages, 19 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec ce nouvel ouvrage, on dispose, à notre connaissance, d’un second opus de la littérature prolétarienne japonaise de l’entre-deux-guerres. En effet, le succès de la publication du Bateau-usine de Kobayashki Takiji a incité les éditions Yago à republier, dans une traduction légèrement modifiée, cet ouvrage qui recueillit à son époque  un certain succès puisque l’on compte une première édition chez Rieder en 1929 et une seconde aux Éditions Sociales Internationales (ESI, éditions du PCF), en 1933. Le lecteur appréciera d’ailleurs la présence de la préface de l’édition de 1933, qui fournit quelques indications précieuses pour la compréhension du contexte d’édition de cette œuvre, informations complétées par quelques pages de la traductrice, en fin d’ouvrage. Paru préalablement en feuilleton dans Senki,  la revue de l’Association des écrivains prolétariens japonais, ce roman raconte la grève de l’imprimerie Kyôdô en 1926. Tokunaga Sunao a directement participé à cette lutte comme travailleur de cette imprimerie. Son récit est basés sur le recueil d’une documentation de première main sur cette grève de plus de trois mille ouvriers imprimeurs. C’est donc l’œuvre d’un ouvrier que les éditions Yago donnent à lire aujourd’hui, mais d’un ouvrier épousant les formes de cette littérature prolétarienne si féconde internationalement dans les années trente. Difficile de se faire une idée précise du style initial, du fait des problèmes de traduction. Que penser par exemple d’une phrase comme celle-ci : « Et la grande fabrique restait morne et silencieuse, tel un colossal cadre d’hippopotame » (p. 135), ou, un peu plus loin (p. 165) : « La fabrique semblait indifférentes et froide comme une femme qui boude » ? Il semble que l’auteur se soit largement inspiré de références animalières pour décrire ses scènes. Ainsi : « Le chirurgien était assis par terre et les pans de sa blouses s’étalaient comme les ailes ouvertes d’un papillon blanc » (p 213), ou, plus attendu : « Le grand Capital découvrit sa face de vampire » (p. 223). En tous les cas, ce n’est pas du point de vue stylistique que ce roman se lit avec un intérêt soutenu, mais plutôt comme un témoignage de l’intérieur de la condition ouvrière. C’est une grande fresque de la lute du petit peuple contre l’emprise du grand patronat. Le récit est cruel et sans concession. Car Sunao nous fait pénétrer dans les arcanes de la lutte, de la misère ouvrière mais également des dissensions internes au comité de grève. Le récit est particulièrement âpre et sans concession, la fin de lutte se conclut d’ailleurs tragiquement pour les ouvriers. La grève est aussi l’occasion de sortir du lieu de travail et de présenter le quartier dans lequel vivent les ouvriers typographes, ainsi que leur famille. Un livre puissant, sur une dimension largement méconnue du monde ouvrier nippon.



Citer ce billet
dissidences (2013, 14 mars). Tokunaga Sunao , Le quartier sans soleil, Paris, Yago, 2011, 254 pages, 19 €. Dissidences : le blog. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/noit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.