Paul Nizan, Essais à la troisième personne, roman, préface d’Anne Mathieu et François Ouelett, appareil critique d’Anne Mathieu, Paris, Le Temps des Cerises, collection « Roman des libertés », 2012, 132 pages, 14 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Pour tout « nizanien » qui se respecte, ou plus simplement pour tout lecteur de Paul Nizan, celui qui a lu la verve incarnée d’Aden Arabie, celui qui a lu le sapement des valeurs de la bourgeoisie dans Antoine Bloyé, ou encore pour celui qui a compris ce qu’il écrivait au sujet des dimanches après-midi qui prennent tristement fin dans Le Cheval de Troie, ou encore celui qui se trouvait aux côtés de Rosenthal dans La Conspiration, pour tout ceux-là, la parution d’un écrit inédit de Paul Nizan (1905-1940) est un événement majeur.

Plus généralement il devrait l’être pour tout amateur de littérature française du XXe siècle ou encore pour tout militant communiste. On ouvre donc avec une certaine fébrilité ce livre et déjà on est surpris, mais ravi, qu’il soit doté d’un appareil critique, en notes de bas de page, d’Anne Mathieu, ce qui rend la lecture de ce petit roman plus claire, l’inscrivant ainsi dans son temps (les années 1920) et dans l’espace littéraire à venir, Aden Arabie notamment, dont Nizan puisera des scènes dans ce présent roman. C’est donc un beau travail que nous présente ici Le Temps des Cerises, tant sur la forme que sur le fond.

La préface développe la vie de Paul Nizan dès 1922, date de son entrée à l’hypokhâgne de Louis-le-Grand, ses rencontres avec Georges Politzer, Simone de Beauvoir, et Jean-Paul Sartre, en insistant sur la période 1925-1927, années de la production du roman en question, qui débouche sur la rédaction entre 1927 et 1929 d’Aden-Arabie. On notera également en fin de volume une précieuse et utile chronologie de l’œuvre et de la vie de l’auteur. Quant au roman et à son intrigue c’est encore un roman dans la veine bourgeoise, où les questions existentielles sur l’engagement dans une vie de famille et dans les conventions sociales sont en discussion.

André et François Clouet sont deux frères antinomiques, dont une discussion à propos d’une jeune femme les oblige à la rupture : « François renonça avec une facilité merveilleuse à sa fraternité et, en même temps qu’elle, aux légendes de la fraternité ; le passé partagé avec André est d’un coup oublié » (p. 42). On voit poindre la figure du bourgeois décrite par Nizan : « Il [André NDLR] souhaitait enfin se marier. Il voulait être un homme marié, comme il était déjà électeur, ingénieur des Mines, lieutenant de réserve » (p. 44). C’est un roman de jeunesse où amour et amitié s’unissent en se galvanisant, où tout semble immortel et où la verve encore contenue commence à déborder des lignes : « Les gens qu’ils rencontraient étaient des Français, des membres de la moins émouvantes des nations. La France gisait entre quatre mers, ses montagnes, son Rhin comme une femme morte, une grande femme. Les politiques, les patriotes, les vieillards, les financiers, tous les hommes qui vivaient sur les cadavres lui avaient fait des blessures où tout son sang avait coulé. Son langage qui avait été le plus lourd… que Descartes, que Leibniz même avaient parlé, ne servait plus qu’à Raymond Poincaré, aux maréchaux membres de l’Académie Française, à André Gide » (p. 124).

« Nous n’aurons jamais le roman de sa rupture avec le parti communiste » (p. 36) concluent Anne Mathieu et François Ouellet dans leur introduction, avec regret. On peut souhaiter qu’un jour, peut-être, au détour d’un arbre des Ardennes belges, on retrouve l’ultime roman de Nizan, Une soirée à Somosierra, enterré par son ami le sergent Hutchings. Néanmoins, est-ce vraiment nécessaire, dans ce nouveau siècle où le communisme est tant voué aux gémonies, de déterrer ce manuscrit ? Bien entendu, on peut regretter cette absence dans l’œuvre. Paul Nizan n’a jamais eu à revenir sur son engagement, une balle le frappa à la tempe le 23 mai 1940.

Cette balle anéantit ainsi, dans la force de l’âge, celui que l’on considère comme le plus grand intellectuel communiste français, et ce malgré Louis Aragon qui fera amende honorable, bien des années après la parution de son roman Les Communistes, dans lequel Patrice Orfilat/Paul Nizan personnifie la figure du traître par excellence.

Nizan a démissionné du Parti communiste en septembre 1939, s’est engagé comme agent de liaison auprès du XIVth Army Filed Workshop, dans le nord de la France et par un après-midi funeste, l’écrivain tomba. Que serait-il devenu ? Nul ne le sait, mais ce qu’il fut aux yeux de l’histoire, c’est éternellement cet écrivain communiste des Chiens de Garde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.