Warren Ellis (scénario), Raulo Caceres (dessin), Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island (Captain Swing and the Electric Pirates of Cindery Island), Paris, Bragelonne – Milayd, collection « Milady Graphics », 2012 (édition originale 2010), 15, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le britannique Warren Ellis est un des scénaristes de comics les plus réputés et les plus engagés de ces dernières décennies, à l’instar de son compatriote Alan Moore (V pour Vendetta, La Ligue des gentlemen extraordinaires). Surtout actif dans l’univers des super-héros, il est également romancier à ses heures perdues, et signe en outre des œuvres moins typées, comme ce Captain Swing. De ce patronyme légendaire donné à des briseurs de machines agricoles dans l’Angleterre de la première moitié du XIXe siècle, Warren Ellis a fait un véritable personnage précurseur, qui lutte pour l’émancipation du peuple et la fin de son exploitation. La force de ce Captain Swing vient de sa maîtrise de l’énergie électrique, déclinée dans des armes létales qui ne tuent – généralement – pas et dans un navire volant qui lui permet de se déplacer.

Au-delà du steampunk1, Warren Ellis s’inspire ici du capitaine Nemo de Jules Verne, mais également du romantisme révolutionnaire de William Morris (la défense de l’artisanat face à l’industrie aliénante et dépersonnalisante, aux échos très actuels2), couplé à la vision des pirates comme combattants libertaires (on pense aux travaux de Marcus Rediker3). Loin de tout manichéisme, le scénario met en scène une double opposition : celle du Captain Swing aux puissants, aux possédants qui restent dans l’ombre, et celle des policiers métropolitains émergents (les fameux bobbies) face à leurs précurseurs, les bow street runners, soumis à l’autorité des magistrats, souvent corrompus. Le dessin, qui alterne avec des pages de textes explicatives du contexte historique, privilégie des teintes volontairement sombres – l’action est exclusivement nocturne –, où la seule couleur est celle de l’électricité, ainsi que celle des entrailles des morts, une dimension légèrement sanglante. La prédominance de l’action s’inscrit graphiquement dans l’esprit des comic books.

Avec Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island, Warren Ellis manifeste une confiance affirmée dans les potentialités de la science, le Captain Swing souhaitant la mettre à la portée de tous sans attendre, ce qui explique cette anticipation des découvertes liées à l’électricité. Cette absence de technoméfiance s’accompagne surtout d’une histoire qui laisse le lecteur sur sa faim, tant le potentiel seulement survolé de cet univers apparemment uchronique aurait mérité une série à part entière. L’énigme policière qui ouvre l’album est en effet résolue de manière assez sommaire, et l’allusion à la météorite qui aurait donné le pouvoir aux dirigeants de la société, surnommés les sélénites, véritable symbole du capital inhumain, n’est jamais explicitée dans le détail. On retiendra néanmoins cette matérialisation d’un mythe combattant, le costume de Captain Swing passant d’ailleurs de main en main, comme pour signifier la permanence de la lutte des opprimés.

2 On peut ainsi lire « Le savoir doit être libre » du Captain Swing comme un éloge des logiciels libres et d’un internet autogéré.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), préface de Julius Van Daal, Paris, Libertalia, 2011 et en collaboration avec Peter Linebaugh, L’Hydre aux mille têtes : l’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Paris, éditions Amsterdam, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.