Vincent Badré, L’Histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école…, Monaco, Editions du Rocher, 2012, 304 pages, 21 euros.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Ces derniers temps, une polémique a enflé autour des nouveaux programmes d’histoire de l’enseignement secondaire, principalement centrée sur l’abandon supposé de l’histoire de France et de ses « grands hommes », qui a rebondi avec les critiques adressées au best-seller de Lorant Deutsch, Métronome. Le propos de Vincent Badré, s’il s’inscrit dans ce contexte, se veut plus large. Sous un titre à la fois mauvais (toute histoire est fabrication, reconstruction) et racoleur, il s’efforce de relever dans les manuels d’histoire du collège et du lycée toutes les simplifications ou silences intéressés. Et il est indéniable que certaines de ses remarques sont d’une réelle pertinence : la faible place des masses laborieuses, les révoltes et grèves de l’Antiquité étant totalement absentes ; l’accentuation de la stabilité des Etats que celle-ci postule ; les débuts de l’islam, d’une grande complexité ; la faible place de l’histoire économique de la Révolution française ; la non prise en compte du patrimoine d’un Paris ouvrier (sans citer L’Invention de Paris d’Eric Hazan, cependant) ; une construction européenne vue majoritairement comme positive[1]. A l’inverse, certaines de ses hypothèses sont totalement erronées. Vincent Badré postule ainsi un effacement de la violence dans les manuels, invoquant le silence sur la mort de Louis XIV (sic), alors qu’elle est au cœur des programmes de troisième.

Toutefois, au-delà du fait que son approche se révèle trop arc-bouté sur des exemples particuliers au détriment d’une vision plus générale et surtout plus concrète, qui ne dit rien de la question des horaires[2], du mélange que pratiquent les enseignants entre cours magistral et études de documents, des pratiques de ces derniers ou de la nécessaire problématisation de l’enseignement, le reproche le plus grave que l’on peut faire à Vincent Badré concerne son parti-pris idéologique. Il défend en effet très clairement la religion chrétienne -catholique en particulier-, et plus généralement la droite, tentant de noyer cet engagement dans un propos qui se veut plus consensuel et qui n’hésite pas à citer des auteurs d’une grande diversité, tel le collectif du CVUH. Cela nous vaut de singuliers développements. A le lire, la Bible des Hébreux accorderait ainsi un meilleur statut à la femme que les Grecs, alors qu’il ne cite comme exemples que certains mythes de l’Ancien Testament. Les évangiles canoniques sont également à ses yeux une source fiable pour l’étude de Jésus, dont l’historicité ne fait à ses yeux aucun doute, alors qu’il remet en cause celle de Mahomet !

Tout au long de l’ouvrage, on peut de la sorte repérer des éléments témoignant de l’attachement profond de l’auteur à la religion[3], de son regret de l’absence des subtilités théologiques pour des élèves de 10-11 ans au rôle essentiel de Jean-Paul II dans la chute des démocraties populaires, en passant par la défense de Pie XII, l’utilisation systématique du terme partial de saint, la déploration de l’absence de Clovis et de la mémoire chrétienne subséquente, l’opposition forcée entre catholicisme et totalitarismes, ou le fait de négliger les réelles destructions opérées par les Européens dans l’Amérique récemment découverte. Abordant l’époque moderne, il s’efforce de déconsidérer les philosophes des Lumières, esclavagistes, racistes voire défendant une éducation pré totalitaire, face à une Eglise catholique luttant contre l’esclavage. La Révolution française voit à la fois son importance réévaluée à la baisse -la Ligue ayant soi-disant mené une révolution inachevée en 1588, nonobstant les différences considérables de mouvements populaires en jeu et d’objectifs poursuivis- et stigmatisée, accusée d’antisémitisme[4] et de génocide en Vendée, les massacres perpétrés par les insurgés vendéens n’étant aucunement évoqués[5]. Sur le XXe siècle, on ne sera pas surpris de voir Vincent Badré trouver les nouveaux programmes trop favorables à Lénine -alors qu’ils en font le précurseur direct de Staline !-, lui-même en rajoutant via des remarques biaisées[6] et insister sur le statut de victime de l’Eglise orthodoxe vis-à-vis des bolcheviques. Il va jusqu’à justifier le coup d’Etat de 1936 en Espagne, et fait de Blanqui un pré fasciste. Tout cela pourrait faire sourire, tant la démarche est systématique et caricaturale, de surcroît non exempte de contradictions internes. Néanmoins, en mettant ses pas dans ceux de Jean Sévillia et de son Historiquement correct (chroniqué sur notre ancien site), Vincent Badré participe d’un mouvement plus général qui ne manque pas d’inquiéter, et nécessite d’énergiques contre-feux.


[1] « Ce plus grand nombre d’éléments en faveur du fédéralisme européen permet peut-être de construire une adhésion réflexe. Dans le fond de culture de celui qui aura tout oublié, il restera une impression favorable à la construction européenne. Sera-t-il pour autant capable d’un choix libre et résolu pour ou contre cette politique ? C’est bien moins assuré. », p.220.

[2] Ce qui rend sa lamentation sur l’absence de l’étude de Socrate et de sa mort en sixième d’autant plus savoureuse, et totalement irréaliste…

[3] « L’époque actuelle pousse à l’extrême l’idée que l’union naît de l’accord libre de deux volontés, au point de rejeter l’idée d’engagement durable » (sic), p.51.

[4] La « (…) volonté d’élimination de toute forme de religion pendant la première République » (p.96), affirmation erronée dans son dogmatisme, aurait également concerné les juifs, Vincent Badré ne citant en fait à l’appui de son accusation qu’une seule et unique déclaration d’un représentant en mission, alors qu’il n’évoque même pas l’émancipation des juifs réalisée au début de la Révolution.

[5] L’inévitable Reynald Sécher est bien sûr abondamment cité : à bien des égards, on pourrait considérer cette question d’un pseudo génocide vendéen comme une ligne de démarcation vis-à-vis des historiens réactionnaires et contre-révolutionnaires.

[6] Dont une reprise de l’accusation d’avoir reçu de l’argent allemand page 157.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.