Jean-Philippe Depotte, Le crâne parfait de Lucien Bel, Paris, Denoël, 2012, 496 pages, 22 €.

Apparu dans le monde de l’édition en 2010, Jean-Philippe Depotte s’est rapidement imposé avec des romans mêlant habilement histoire et fantastique (Les Démons de Paris, Les Derniers jours de Nostradamus). Son troisième livre se déroule pour sa part en pleine Commune de Paris, à laquelle se retrouve mêlé, en grande partie contre son gré, le soldat Lucien Bel, pacifiste patenté qui, lors du conflit contre la Prusse à l’été 1870, a refusé de fusiller un prisonnier ennemi, retournant son arme contre son propre officier. Avec ses deux camarades, Henri et Martial, ils participent quelques mois plus tard à la tentative de récupération des canons de la Butte Montmartre, qui déclenche la révolution parisienne. Tiraillé entre Henri, fidèle au gouvernement officiel de Versailles, et Martial, qui se rallie aux insurgés, Lucien est victime d’un accident de tir lors d’une dispute. Il est alors emmené à l’hôpital de la Pitié, où officie le professeur Delestre. A son réveil, Lucien découvre qu’il a subi une opération du crâne, désormais équipé de trois plaques métalliques, et toutes ses tentatives pour fuir se terminent par des évanouissements précédés de mystérieuses visions d’une autre vie que la sienne, le ramenant constamment dans cet hôpital, un des points fixes de son séjour parisien, jusqu’à ce qu’il réussisse finalement à briser ce lien au moment où débute la semaine sanglante.

Jean-Philippe Depotte possède un indéniable talent de raconteur d’histoire, et sa prose se lit avec plaisir et aisance. Son tableau d’une autre époque est à la fois évident et authentique, tandis que plusieurs de ses descriptions font mouche (ainsi des aliénés qui veillent Lucien à chacun de ses réveils hospitaliers). En bon auteur de roman historique, l’auteur s’amuse à faire intervenir des figures connues, que ce soit le photographe Félix Nadar, le poète Eugène Pottier, le peintre Émile Courbet et même Karl Marx pour un bref épilogue où ce dernier apparaît davantage comme quelqu’un voulant tirer la Commune à lui que comme faisant preuve d’une empathie sincère à l’égard de ses martyrs… Si les erreurs inconscientes sont rares[1], Jean-Philippe Depotte s’amuse à bousculer l’histoire réelle, comme lorsqu’il imagine « L’Internationale » élaborée en pleine Commune de Paris (alors que seules ses paroles datent de ce moment), ou les Amazones de la Seine, un groupement de femmes révolutionnaires qui n’a en réalité été qu’un rêve. Quant à l’élément science-fictif, il est véhiculé par le professeur Jean-Baptiste Delestre, artiste réel que Jean-Philippe Depotte mue ici en chirurgien, reprenant sa théorie de la physiognomie – le physique comme reflet de l’âme[2]. Il peut ainsi offrir une réflexion sur la science du temps, en imaginant les expériences visant à mieux comprendre le fonctionnement de l’âme, basé ici sur la chaleur, Delestre parvenant avec l’aide de Nadar à cartographier l’âme d’une personne en repérant les différentes températures régnant à l’intérieur de sa boîte crânienne, jusqu’à transplanter l’âme de quelqu’un dans le cerveau d’un autre par la simple manipulation de ces mêmes températures. C’est ici un certain scientisme et une science mise au service des classes dominantes qui sont critiqués, avec cette idée de pouvoir guérir les pulsions révolutionnaires d’un individu.

Mais ce qui transparaît aussi assez largement dans Le Crâne parfait de Lucien Bel, c’est la grande méfiance de l’auteur à l’égard de toute tentative révolutionnaire concrète. La Commune est surtout présentée par ses côtés les plus sombres, jusqu’à certains aspects de sa légende noire : femmes à la poitrine dénudée, alcool imbibant largement les communards, un banquier juif stigmatisé et victime de crachats, la loi des otages, la limitation de la liberté de la presse dans les derniers temps du soulèvement… Inversement, Jean-Philippe Depotte n’évoque pratiquement pas l’œuvre politique et sociale de la Commune, à commencer par la séparation de l’Église et de l’État, sinon de manière accessoire (l’incorporation de l’allemand Siebel à la Garde nationale), et ses efforts démocratiques sont surtout l’occasion de brocarder leur inefficacité (fort taux d’abstention aux élections, discussions sans fin, faillite économique de la Fabrique d’armes du Louvre autogérée, p. 315). En fait, l’auteur renvoie dos à dos les dirigeants versaillais (capables de truquer une photographie pour servir leur propagande) et communards, qui poursuivent leurs propres intérêts égoïstes, classifient les individus en supérieurs et inférieurs, sans tenir compte d’un peuple dont la principale préoccupation est de vivre en paix[3]. Une condamnation des idéologies, accusées d’être mortifères, qui est en parfaite connexion avec l’époque actuelle, celle des lendemains de la chute du mur de Berlin, de la fin de l’URSS et de la criminalisation des révolutions. Lucien Bel incarne à merveille cette volonté de réconciliation et d’harmonie sociale, chère déjà à un Rosny aîné, puisqu’il refuse une révolution qui fasse couler le sang, et tente de jouer l’arbitre entre Henri le versaillais terroriste et Martial le communard assassin. Jean-Philippe Depotte romancier historique de garde[4] ?

Jean-Gui


[1]              L’oubli de l’existence d’un président de la République sous la IIe République, la IIIe n’étant pas celle qui inaugure la fonction.

[2]              Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Physiognomonie

[3]              « Les Parisiens veulent la paix. Le reste, les grands mots, la justice, la liberté : en vérité, ils s’en foutent » (p.188) ; « (…) toute cette folie qui pousse les uns à cracher sur les autres au prétexte qu’ils sont riches, allemands, calotins ou je ne sais quoi d’autre » (p.107) ; Même les bourgeois sont « De braves gens, dans le fond : enlevez leurs beaux habits et ils sont comme vous et moi » (p.181).

[4]              Sur les historiens de garde, sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3036


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.