Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

En ces temps de crise généralisée qui touche tous les secteurs y compris celui de l’édition, il demeure encore (et heureusement) de bonnes surprises et l’ouvrage, pour ne pas dire le pavé, dirigé par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky en fait assurément partie. En effet, réunir pas moins de soixante-dix contributeurs – et autant de chapitres – pour retracer deux siècles d’histoire des mouvements sociaux en France relève d’un véritable pari éditorial de la part de La Découverte. Historiens, sociologues, politologues, historiens de l’art et économistes participent de cette entreprise ambitieuse et proposent au lecteur un panorama exhaustif  des différents mouvements sociaux français du XIXe siècle à nos jours, sans ignorer les interactions étrangères et internationales.

La définition volontairement large donnée au mouvement social et adoptée en avant-propos par les deux directeurs de la publication – « interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales et à générer pour cela des identités collectives et des sentiments d’appartenance » – permet d’embrasser tous les courants : mouvement ouvrier évidemment mais également mouvements de jeunesse, de chômeurs, de minorités sexuelles, écologistes, catholiques, paysans, immigrés, féministes, artistiques, altermondialistes, de (extrême)-droite  etc…

Quatre parties chronologiques (1814-1880 : Apparition ; 1880-1930 : Affirmation ; 1930-1970 : Institutionnalisation ; 1980 à nos jours : Recomposition) qui suivent une structuration similaire – « Repères et influences », « Temps forts » et « Émergences » – composent l’ensemble de cet imposant ouvrage et donnent à voir à la fois la diversité des mouvements ainsi que leur encrage national (voire local) et/ou leurs influences extérieures. Si les auteurs avertissent que ces découpages peuvent être discutés, à la lecture, il apparaît que ces choix s’avèrent au contraire très cohérents et justifiés dans la construction du propos dont on imagine les difficultés qu’il a fallu surmonter pour le rendre homogène.

Si les « incontournables » de la lutte sociale sont bien présents tels 1848, la Commune,1936 ou 1968, l’intérêt de ce livre réside d’une part dans l’étude de mouvements moins connus (le luddisme « à la française », les barricades de 1832, les adresses et pétitions, les mouvements xénophobes) ou plus récents (la Marche des « beurs », le mouvement des précaires, la grève des travailleurs sans-papiers, les nouveaux usages de la grève, la désyndicalisation) et d’autre part, dans le croisement des approches disciplinaires, des jeux d’échelles et des temporalités.

A l’exception de quelques contributions dont on peut douter de l’adéquation avec le titre du livre, telles les campagnes électorales sans mobilisation politique, la qualité de cette entreprise collective à valeur encyclopédique est indiscutable. Le défi est (brillamment) relevé et il est certain qu’il deviendra très rapidement l’ouvrage de référence sur la question, si ce n’est déjà fait.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.