Pierre Lévêque, Souvenirs du XXe siècle, tome 1, Jeunesse et formation d’un historien (1927-1963), tome 2, Carrière universitaire et action politique, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de mémoires », 2012, 246 et 224 pages, 24 et 22 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

En deux tomes, Pierre Lévèque, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, livre ses mémoires. Entreprise en 2008, leur rédaction répond à une demande familiale. L’ouvrage épouse la forme du récit de vie, scindée en deux moments, deux tomes : la jeunesse et la formation d’un historien (1927-1963), la carrière universitaire et l’action politique (de 1963 à nos jours).

Comment lire ces mémoires ? Sans doute anecdotique pour un lecteur non averti, le premier tome emprunte la logique de composition de ses premières pages à un exercice autobiographique aux vertus documentaires. Si l’historien n’est pas exactement en surplomb de l’écriture, de courtes notations et incises indiquent une volonté de situer les souvenirs, de les discuter à l’épreuve d’une littérature historique arpentée professionnellement. Les pages consacrées à la Seconde Guerre mondiale l’illustrent, la remémoration d’une enfance entre Yzeure et Talant atteste d’un souci d’une histoire sociale attentive au monde rural, soucieuse de courtes notations sur les transformations du monde urbain. Mais le sel de ce premier tome revient aux années de formation. Pierre Lévêque, jeune agrégé côtoie – lorsque sa santé le permet – d’autres historiens en devenir, agrégatifs puis agrégés, comme lui : François Furet, Emmanuel Le Roy-Ladurie. S’il n’est jamais très longtemps parisien, et bien davantage dijonnais dans ses études, Pierre Lévèque livre un tableau vivant de ce monde étroit de l’histoire au détour des années 50, où les sujets de thèse se discutent entre Ernest Labrousse, Jacques Droz… Politiquement, bien que venu d’une famille d’instituteurs marquée par la SFIO, Pierre Lévêque est communiste – comme la génération d’historiens à laquelle il appartient. Son communisme se conçoit et se construit en miroir de la décolonisation, par aversion sans doute également avec la politique suivie par Guy Mollet ; il rompt tardivement avec le PCF (1961) quoique en son for intérieur, il ne semble jamais avoir acquiescé aveuglément au stalinisme. Sa rupture avec le PCF survient deux ans avant son entrée à l’Université comme assistant (1963).

Ici débute le tome second de ses mémoires. S’il combine au récit de recherches menées sur le socialisme bourguignon par la participation au Maitron [Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier], sur la Bourgogne méridionale de 1848, la description de ses activités politiques, ce sont celles-ci qui colorent l’écriture. Derechef ex-communiste, Pierre Lévêque se rapproche à pas comptés du socialisme, d’abord par la CIR (Convention des institutions républicaines), puis en militant du parti socialiste, dans une ville de Dijon alors gouvernée par la droite où s’illustre pour le Chanoine Kir, et se dispute, à droite, sa succession. Le récit est vif, quoique systématiquement porté à l’euphémisme sur le rôle joué dans les coulisses par Pierre Lévêque, cheville ouvrière de cette rénovation du socialisme dijonnais. Cet effacement, qui participe sans doute d’une composante du socialisme des instituteurs (le refus de parvenir), une utile histoire du socialisme démocratique en Côte-d’Or fournie en annexe permet de le relativiser. Où l’on voit là que l’historien est plus à l’aise avec la synthèse que dans l’exercice mémoriel.

C’est ainsi qu’il faut sans doute alors lire ces deux tomes : en appui d’autres lectures historiques, pour cerner un témoin engagé et arpenter, avec lui et en province, les coulisses d’une histoire politique des intellectuels trop souvent réduite à la scène parisienne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *