Cipriano Mera, Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, 2012, 325 pages, 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il aura fallu plus de 35 ans entre la décision de traduire ces mémoires et la publication effective. On dispose désormais, en français, du témoignage absolument capital de Cipriano Mera. Hormis quelques spécialistes de la guerre d’Espagne, personne ne connaît ce nom. Il s’agit pourtant d’un des dirigeants, militaires – ceci expliquant sans doute cela –, de plus haut rang, du mouvement anarcho-syndicaliste espagnol. Né en 1897, Cipriano Mera est maçon de profession. Au moment du coup d’État franquiste, il est emprisonné à Madrid, pour ses activités syndicales. Libéré par ses camarades, il rejoint les milices confédérales mises sur pied pour combattre les troupes de Franco. Alors que rien ne le prédisposait à ce rôle, il fait montre d’une capacité stratégique certaine, participant à plusieurs batailles importantes autour du front de Madrid, se faisant remarquer pour ses qualités militaires, y compris par des militaires professionnels ralliés à la République. Il participe, avec la colonne de Durruti, à la défense de Madrid, bataille dans laquelle il s’illustre de manière héroïque. Mais, au fur et à mesure que la guerre civile se développe, il se rapproche politiquement des thèses républicaines (largement inspirées par le Parti communiste espagnol, qu’il abhorre pourtant) de la nécessité de discipliner et militariser les milices. Face à la fuite du gouvernement, y compris des ministres cénétistes de Madrid pour Valence, son choix est fait : il est nécessaire « d’accepter la formation d’une armée, avec par obligation, la discipline (…) ». L’autodiscipline n’est plus suffisante, les lois de la guerre doivent s’imposer. En même temps que ce constat de nature militaire, il rallie les thèses d’une suspension du processus révolutionnaire. Six mois après le début de la guerre civile, « nous dûmes reconnaître que la révolution à laquelle nous avions cru fermement dans les temps nous avait échappé. Il nous restait l’objectif de gagner la guerre (…) » (p. 125). Cette option n’est d’ailleurs pas dénuée d’arrière-fond politique sur l’évolution rapide de la CNT puisque « la militarisation supposait l’abandon de nos principes les plus chers ! Certainement, mais ces principes avaient déjà été violés avec l’entrée de militants de la CNT au gouvernement, décision adoptée qui plus est par quelques militants sans l’accord de toute l’Organisation » (p. 126). Promu chef du quatrième corps d’armée, celui qui défend Madrid, il continue à faire preuve de qualités militaires insoupçonnées, au point que jusqu’aux derniers moments ce front ne sera jamais percé par les forces nationalistes, multipliant pourtant les offensives. Une très large partie du récit est composé des batailles ou des affrontements auxquels il est confronté. On lira avec intérêt la narration de la bataille de Gualadjara, un des épisodes les plus intéressants de la guerre, car non seulement il s’agit d’une des rares victoires républicaines, mais surtout parce qu’elle fut obtenue contre les troupes italiennes, envoyées par Mussolini. Mera livre d’ailleurs un bilan beaucoup moins positif que ce que l’on peut trouver dans une certaine historiographie. Non seulement les troupes fascistes étaient fort peu motivées, mais surtout les troupes républicaines furent incapables d’exploiter la victoire en une offensive stratégique qui aurait permis d’enfoncer le front et modifié le sort de la guerre. Par-delà l’évocation de tels ou tels aspects, son récit est crucial également car Méra fut une des chevilles ouvrières du coup d’État (création d’un Conseil national de défense en mars 1939) appuyé par la CNT contre le gouvernement socialiste dirigé par Negrin, largement pro-communiste, quelques semaines avant l’effondrement final. Sur cet ultime rebondissement, qui relèverait du comique, si les conditions n’avaient pas été celles, tragiques, d’une défaite du camp progressiste, Mera fournit de nombreuses indications. Il réfute d’ailleurs l’expression « coup d’État ». Selon lui, « la constitution du Conseil national de défense, ne représenta pas du tout un coup d’État, il s’agissait purement et simplement de remplir un vide et d’obtenir une paix convenable » (p. 234). On peut sans problème lui laisser la responsabilité de son assertion. Enfin, la dernière partie, l’exil, exprime là encore un grand intérêt. En effet, contrairement à la majorité de ceux qui ont pu s’exiler, Mera ne s’est pas dirigé vers la France, mais vers l’Algérie, puis le Maroc français. En effet, son rang militaire lui a permis de quitter, parmi les derniers, le sol espagnol, en avion, en direction, brièvement, de l’Algérie. De ce point de vue aussi, son témoignage déroge fortement des récits multiples sur l’exil hexagonal. On dispose donc là d’une histoire des rapports entre les autorités françaises et la petite colonie d’exilés espagnols dans les colonies. Finalement, Mera est expulsé vers l’Espagne durant la guerre, en 1942, échappe à l’exécution, passe plusieurs années en prison, avant de rejoindre la résistance intérieure (sur laquelle il est particulièrement cinglant), avant de franchir, en 1947, clandestinement, et définitivement, les Pyrénées. Reprenant son métier de maçon, il poursuit son engagement dans les milieux libertaires en exil, avant d’en être exclu, dans des conditions et pour des raisons pas très facile à comprendre en suivant son récit. C’est ce destin exceptionnel à plus d’un titre (l’histoire connaît peu d’exemples de manœuvres dirigeant un corps d’armée !), éclairant sur des aspects souvent mal connus du processus révolutionnaire espagnol, que raconte Mera, avant de disparaître en 1975.

Il serait tout à fait regrettable que les lecteurs passent à côté du caractère décisif de ce récit au prétexte qu’il est édité par un tout petit éditeur, dont on doit au contraire saluer le courage éditorial.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.