Michel Onfray, Les Freudiens hérétiques. Contre-histoire de la philosophie 8, Paris, Grasset, 2012, 400 pages, 20,90 €.

Compte rendu par Jean Guillaume Lanuque .

Après une trilogie consacrée au XIXe siècle (L’Eudémonisme social, Les Radicalités existentielles et La Construction du surhomme, tous chroniqués sur notre ancien site ou dans notre revue électronique), Michel Onfray poursuit sa revisitation d’un patrimoine philosophique plus ou moins méconnu, vertébré par l’hédonisme. Ce n’est d’ailleurs pas moins de deux tomes qui paraissent coup sur coup couvrant une grande partie du XXe siècle. Le premier, Les Freudiens hérétiques, se veut clairement complément de son livre critique consacré à Sigmund Freud, Le Crépuscule d’une idole[1]. Complément, mais également reprise, tant ce huitième volume semble remettre sur le métier les mêmes critiques à l’égard du « père » de la psychanalyse (et en prolongement de Jacques Lacan et sa « secte »), alors que le sujet central prétend traiter du freudo-marxisme.

Nonobstant l’absence de certaines figures, absence qui n’est pas explicitée (on pense surtout à Herbert Marcuse, un peu cavalièrement rangé dans les penseurs autoritaires[2]), Les Freudiens hérétiques présente trois personnalités d’importance. La plus obscure est assurément celle d’Otto Gross (1877-1920), un médecin érudit, qui brûle la chandelle par les deux bouts, au cours d’une vie marquée par la transgression, l’opposition au père et l’addiction aux drogues. Michel Onfray le qualifie de premier freudien de gauche, de par son opposition à toute répression sexuelle. Partisan d’une « lecture matérialiste et immanente » (p. 44) des troubles psychiques, Otto Gross – tout comme Wilhelm Reich, d’ailleurs – est également le défenseur d’une révolution contre la société répressive, nourrissant une nostalgie certaine pour un matriarcat originel en grande partie fantasmé (ce que Onfray ne souligne malheureusement pas, ignorant les travaux de Christophe Darmangeat[3]).

Le plus gênant, toutefois, réside dans la tendance de l’auteur à brosser une réalité à coups de serpe, d’une manière trop souvent binaire (l’opposition qu’il dresse entre Lénine et Lounatcharsky est par trop caricaturale). Il fait ainsi du XXe siècle celui du « nihilisme européen » (p.15), développant une pure sidération devant les pyramides de cadavres dont il est scandé, et affirmant une continuité directe entre Lénine et Staline[4]. L’hypothèse est certes traditionnellement celle de tout un pan du mouvement anarchiste, mais elle le conduit ici à évacuer drastiquement une bonne partie des espoirs engendrés par la vague révolutionnaire de la fin des années 1910, y compris parmi les anarchistes de tous les pays, au point de traiter ensemble bolcheviques et fascistes[5]. Un certain nombre d’erreurs factuelles parsèment également l’exposé, ce qui s’avère toujours un peu gênant[6].

Le gros de l’ouvrage est cependant consacré à deux figures d’importance. Wilhelm Reich (1897-1957) est sans doute la plus singulière et la plus attachante, lui qui vécut une jeunesse difficile, marquée par l’omniprésence de la sexualité et une culpabilité vis-à-vis de sa mère, lui également qui eut à subir, à partir des années 1930, une hostilité tous azimuts. A l’instar d’Otto Gross, Wilhelm Reich se place en opposition à Freud, prônant la libération sexuelle et faisant de la société capitaliste la source des névroses. Doué d’une profonde empathie pour les défavorisés, auprès desquels il s’engagea résolument dans sa pratique médicale aussi bien que militante[7], il plaça l’orgasme et le corps au centre de sa réflexion[8]. Erich Fromm (1900-1980), par contraste, présente un itinéraire biographique plus apaisé. D’origine juive allemande, adhérent dans l’entre-deux-guerres de l’École de Francfort, puis exilé aux États-Unis, il se caractérise par un relatif socialisme libertaire, allant jusqu’à soutenir le candidat à la primaire démocrate pour la présidentielle de 1968, Eugene McCarthy. Défenseur d’une « psychanalyse humaniste », empirique et révolutionnaire, renouant avec le jeune Marx et le Freud avant-gardiste des débuts, il est l’auteur d’une déconstruction de Sigmund Freud dès 1959 qui fait écho à celle que Michel Onfray vient récemment d’opérer, au point d’atténuer l’originalité du travail de ce dernier, ce que celui-ci met très honnêtement en valeur[9]. Insistant sur la dimension personnelle des théorisations de Freud, Erich Fromm se distingue également de lui dans la pratique de l’analyse – primat de l’empathie –, sa finalité – rien moins qu’aider à trouver un sens à la vie –, sa définition de l’inconscient – acquis et social – et l’accent mis sur les pulsions de vie contre les pulsions de mort, d’origine sociétale, qui sont autant de réactions aux obstacles mis à l’épanouissement de l’individu.


[1]           Michel Onfray, Le Crépuscule d’une idole. L’affabulation freudienne, Paris, Grasset, collection « Le Livre de poche », 2010.

[2]           C’est d’autant plus surprenant qu’à la fin de son livre Le Crépuscule d’une idole, Michel Onfray écrivait qu’il prévoyait, dans un tome de sa « Contre-histoire de la philosophie », de traiter de Reich, Fromm et Marcuse (op.cit., p. 611).

[3]           Voir Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, collectif d’édition Smolny, 2009, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_feminisme.htm#darmangeat (depuis, une réédition augmentée et remaniée est sortie en 2012).

[4]           Un léger doute pointe toutefois occasionnellement, ainsi page 145, lorsque Michel Onfray se demande : « Faut-il (…) considérer que la révolution libertaire dans les mœurs et la sexualité, si elle eut bien lieu [souligné par lui], a commencé avec Octobre 1917 mais que, vers les années 1925, elle s’est interrompue ? ».

[5]           « Le XXe siècle fut le siècle des illusions meurtrières : raciales avec le Reich national-socialiste, prolétariennes avec le communisme soviétique, futuristes avec les fascismes européens » (p.18).

[6]           Citons une Gestapo active dès la fin de 1932 (p. 190), et des nazis faisant régner la terreur en Allemagne d’avant 1923 à 1933 (p. 250) ; L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État d’Engels qui devient L’Origine de la famille et de la propriété (p. 163) ; un Staline qui dirige d’une « main de fer » sur un « charnier »… en 1929 (p. 142) ; une lecture erronée de Leur Morale et la nôtre (p. 21)…

[7]           Wilhelm Reich est un psychanalyste engagé, un militant politique et un médecin social qui fonde en 1931, en Allemagne, le mouvement Sexpol [abréviation de politique sexuelle], mouvement destiné à aider adolescents en proie à la misère sexuelle. Sexpol est lié au KPD, le Parti communiste allemand, dont Wilhelm Reich est membre de 1930 à 1933, date de son exclusion et aussi de son exil aux États-Unis, les nazis étant parvenus au pouvoir. Sur sa vie et ses théories, lire Boris Fraenkel, Pour Wilhelm Reich, Paris, Maspero, 1968 et Jean-Michel Palmier, Wilhelm Reich. Essai sur la naissance du freudo-marxisme, UGE, coll. « 10-18 », Paris, 1969.

[8]           « La fonction de l’orgasme consiste donc à assurer l’équilibre psychique, physique, mental avec un acte sexuel satisfaisant » (p.135-136).

[9]           « (…) avec le temps, la psychanalyse est devenue « un produit de remplacement de la religion pour les classes moyennes, ou tant soit peu supérieures, des villes, qui ne souhaitaient pas faire un effort radical plus complet » [dixit Erich Fromm] – autrement dit : une croyance de petits-bourgeois à qui le divan suffit et qui renoncent à changer la société, une pratique narcissique et égotiste aux antipodes d’un désir de solidarité et de fraternité qui remettrait en cause le système capitaliste et la religion de la marchandise, réels pourvoyeurs de névroses », p. 253.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *