Waintrop Edouard, Les anarchistes espagnols, 1868-1981, Paris, Denoël, 2012, 573 pages, 28,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A l’évocation de la biographie de l’auteur, journaliste culturel à Libération, on eût pu craindre le pire, un vague récit d’un sympathisant de la cause. Ce n’est pas le cas. Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre novatrice, fruit du travail d’un historien, selon les canons de la discipline. Édouard Waintrop ne s’en cache d’ailleurs pas (voir le prologue). Néanmoins, cet épais volume constitue une synthèse de très bonne facture, élégamment rédigée (l’auteur a le propos d’écrire un « roman vrai », p. 15), avec une importante bibliographie, pour partie disponible en français, même si les ouvrages présentés comme décisifs sont en espagnols et non traduits. Ajoutons que si l’auteur ne cache pas sa proximité idéologique avec le mouvement qu’il présente, cette sympathie ne va pas jusqu’à dominer le propos, même si, ici ou là, certaines piques contre les marxistes, évidemment identifiés aux staliniens et autres autoritaires, auraient mérité des formulations moins polémiques. Ajoutons une dernière remarque, sur la séquence, puisque le titre annonce 1868-1981. En fait, si le récit commence effectivement en 1868, le propos est concentré sur la période de la guerre civile. On regrettera d’ailleurs que la partie consacrée à l’après-guerre soit réduite à la portion congrue (quelques minces pages), mais c’est là justement qu’un historien aurait été nécessaire en lieu et place d’un journaliste. Le propos se déploie en deux grandes parties, autour de très courts chapitres de dix pages environ, qui sont à chaque fois un digest des lectures autour desquelles se déploie le sujet. De la naissance du courant anarchiste au sein de l’AIT (Association internationale des travailleurs) du sexemio democratico, cette période de six ans durant laquelle les luttes démocratiques se sont développées (1868-1874) à la fondation de la République en avril 1931[1]. C’est dans ce cadre que naît l’AIT en 1870, polarisée immédiatement entre un courant libertaire, représenté par Fanellli, l’envoyé de Bakounine et un courant socialiste, regroupé autour de Lafargue. La Restauration met fin à cette organisation et plonge les milieux militants dans la clandestinité, tandis qu’une partie du mouvement libertaire verse dans l’action directe, s’appuyant d’ailleurs sur des traditions de violence rurales bien antérieures (le cas de la Mano Negra au courant des années 1880[2]). La première organisation syndicale (FTRE) éclate en 1888, tandis que se crée un syndicat, l’Union générale du travail (UGT), adossé au PSOE (Parti socialiste), créé en 1876. Les anarchistes abandonnent pour de nombreuses années le terrain syndical pour la pratique du terrorisme. La création de l’UGT n’est d’ailleurs pas indépendante du terrain libre laissé par les courants libertaires. Un très significatif chapitre (chap. 6) est consacré à la culture anarchiste de cette période, qui est moins une théorie qu’une conception de la vie, sous-tendue par un point de vue moral, dont les intellectuels organiques que sont Francisco Ferrer et surtout, Federico Urales, constituent des cas idéaux-types. Dans la première décennie du XXe siècle, l’anarchisme est moribond. Mais le début, tardif, d’un processus d’industrialisation, permet le développement un peu plus systématique du syndicalisme, dominé par les socialistes. Les anarchistes demeurent déconnectés de ce monde ouvrier. C’est avec la fondation du journal  Solidaridad Obrera (SO) que les choses changent, car autour du journal s’agrègent des noyaux ouvriers et syndicalistes. Le second congrès de SO se tient en 1910 à Barcelone. Puis le processus évolue vite puisqu’est créée la CNT (Confédération nationale du travail) dans la foulée, qui est aussitôt interdite et dont les militants passent à la clandestinité jusqu’en 1913. Le statut de pays neutre de l’Espagne durant la Première Guerre mondiale permet un développement industriel impétueux et une extension de la classe ouvrière. Notons d’ailleurs que certains militants anarchistes (dont Urales) étaient favorables à l’entrée en guerre de leur pays. La CNT, qui a recouvré son statut légal, est une toute petite organisation, implantée essentiellement en Catalogne. Non seulement elle est minoritaire, mais en sus, l’organisation est traversée de contradictions internes à l’exemple des conflits qui animent le journal SO (p. 139).Au sortir de la guerre, une période de montée des revendications et des conflits se manifeste de manière impétueuse[3]. La CNT bénéficie d’un afflux considérable d’adhésions, phénomène qui avait d’ailleurs débuté durant la guerre et qui la voit atteindre le chiffre d’environ 800 000 adhérents à son congrès de 1919 (pour 15 000 avant guerre). Tandis que la tentation du terrorisme et de l’illégalisme anime de nouveau des franges de la CNT (Los Solidarios, avec Durruti), les débats font rage. Deux discussions méritent d’être mentionnées. La première, la plus connue, porte sur l’attitude à l’égard de la Révolution russe. Le chapitre 15, documenté par de longs extraits des interventions, est entièrement consacré aux positions discutées durant le congrès. La seconde discussion est tout aussi importante. Elle est animée par Segui et porte sur la politique d’alliance de la CNT. Ce dernier se posait notamment la question du développement des contacts non seulement avec le PSOE, mais même avec les républicains catalans. Bref, ce qui surgissait soudain, c’était la question d’un travaillisme cénétiste. Au vu de l’ampleur des débats, du nombre et de la qualité des discussions, on peut considérer que le 2e congrès de cette année 1919 constitue en fait le véritable moment fondateur d’une CNT, dominée par ses buts politiques et partagée en trois sensibilités : un courant syndicaliste pur (Segui ou Pestana), un courant anarcho-syndicaliste qui constitue le cœur de l’organisation et un courant que l’on peut qualifier de syndicaliste révolutionnaire, sous l’influence des bolcheviques. Courants qui se différencient après 1922, mais qui approuvent le fait révolutionnaire russe et envoient une délégation à la formation de la l’Internationale communiste. Le début des années vingt est marqué par le retour de la dictature et d’une féroce répression contre le mouvement ouvrier puisque le coup d’État de Primo de Rivera a lieu le 19 septembre 1923, plongeant de nouveau l’Espagne dans la réaction, jusqu’au rétablissement de la République huit ans plus tard. La CNT se radicalise. C’est en son sein qu’est fondée en 1927 la FAI (Fédération anarchiste ibérique), société secrète révolutionnaire visant à combattre la dictature. Fonctionnant sur une base affinitaire, à la fois pour éviter la pénétration policière et du fait des traditions rurales marquées au sein de la classe ouvrière, la FAI n’organisait qu’une toute petite élite de 10 à 12 000 membres dans une CNT qui en rassemblait encore plusieurs centaines de milliers. La caractérisation de la FAI (p. 204-205) que propose Édouard Waintrop aurait d’ailleurs mérité un approfondissement, car l’auteur se contente d’affirmer qu’il ne faut pas y voir une fraction syndicale telle que le prônaient les Partis communistes, ce qui est un peu rapide. Avec le retour de la République en 1931, les tensions s’accroissent entre la CNT et l’UGT, qui appuie fortement le mouvement républicain. Mais ces positions ne sont pas partagées entre les différentes sensibilités de l’organisation. Si bien que des scissions se manifestent entre les « révolutionnaires » et les « réformistes ». Comme l’avance l’auteur, hélas sans creuser vraiment : « L’histoire de la CNT fut toujours, spécialement dans ces années 1930-1933, un mouvement de balancier entre les deux termes de cette opposition, entre les anarchistes et les syndicalistes, entre ceux qui mettaient avant tout l’accent sur le premier terme et ceux qui préféraient le second» (p. 225). Tandis que l’UGT soutient la participation du PSOE aux gouvernements républicains (le fameux bieno reformista), qui se traduit par la mise en place de commissions de conciliation qu’investit immédiatement la centrale socialiste, la FAI s’oppose frontalement à ces réformes et conduit à la scission des Trente (août 1931), qui voit le départ du courant pragmatique de la CNT. La crise est grave, d’autant plus que les Faïstes procèdent à une série d’exclusion de responsables considérés comme modérés ou trop proche des Trentistes. Un véritable vent de sectarisme souffle sur la CNT, contraignant par exemple les militants du BOC (Bloc ouvrier et paysan, une des deux composantes fondatrices du POUM, le Parti ouvrier d’unification marxiste) à créer ses propres syndicats autonomes, suite à leur expulsion de la CNT. On notera le cas tout à fait particulier de la région des Asturies où la CNT n’était pas sous l’influence de la FAI, ce qui a permis le maintient des contacts avec l’UGT, débouchant sur l’Alliance ouvrière. Mais, en 1933, la droite revient et  gagne les élections. Le sectarisme de la CNT se manifeste de manière éclatante puisque, fidèle à ses traditions, elle ne se contente pas d’appeler à l’abstention électorale, mais proclame : « Ne soyez pas abusés. Ne votez pas pour les partis de gauche. Leur victoire freinerait vote émancipation. Ne soyez pas effrayés par ceux qui  vous disent que si vous ne votez pas la droite va l’emporter. Il est préférable qu’elle gagne, car sa victoire favorisera notre projet » (éditorial de SO, cité p. 245). SO ajoutait que si la droite l’emportait, la CNT appellerait à l’insurrection. Ce qu’elle fit effectivement. L’insurrection dure 5 jours et la répression fut une fois de plus sanglante. Ce cours particulièrement « gauchiste » accentue les tensions dans le monde libertaire. Pestana crée un parti syndicaliste en 1934, tandis que la même année les Trentistes tiennent leur premier congrès confédéral, appelant à l’unité ouvrière. Cette unité, manifestée par la politique des Alliances ouvrières contre le danger fasciste, ne se réalise que dans les Asturies où elle se traduit par l’insurrection d’octobre 1934, réprimée par un certain général Franco. C’est donc une CNT et un courant libertaire fortement divisés qui abordent la période de la victoire du Front populaire. Cette période constitue la seconde partie du livre, qui s’achève avec l’effondrement du camp républicain en 1939 et la quasi fin de l’ouvrage.

La conjoncture de la victoire du Front populaire se déroule dans le cadre d’une gauche dominée par un PSOE, très à gauche (dirigée par Caballero), un Parti communiste faible et très modéré, des forces républicaines dispersées en plusieurs partis et, en dehors du rassemblement, des forces libertaires dans un état de division profond (p. 280). On comprend ainsi, à rebours d’une légende largement diffusée, qu’en fait, c’est le PSOE et les forces qui lui sont liées (au niveau syndical, UGT, au niveau paysan) qui animent les mobilisations sociales, suscitées par la victoire électorale. Ainsi, face aux menaces fascistes, c’est le PSOE qui crée la première milice antifasciste, le MAOC. Mais le PSOE est lui-même divisé entre une aile gauche (Caballero) et une aile droite (Indalecio Prieto), qui se déchire tout au long de la guerre civile. Quelques semaines avant le golpe, en mai 36, le congrès de la CNT de Saragosse permet la réunification des trentistes et des courants les plus radicaux. Alors que les menaces de coup d’État se précisent (par certains aspects les mois qui précèdent le soulèvement à la mi-juillet 36 ressemblent fort à ce qui s’est passé au Chili en 1973), l’auteur insiste sur l’impotence de la CNT face aux menaces. En effet, tandis que les militaires loyalistes créent, avec le soutien du PSOE et des forces républicaines une société militaire secrète, « La CNT, elle ne savait pas penser en termes offensifs. Attachée à ses principes apolitiques, elle ne pouvait développer aucune stratégie préalable, aucune initiative » (p. 301). On le voit, Waintrop propose une sévère évaluation du rôle des libertaires dans cette période, s’appuyant d’ailleurs sur des analyses produites par des dirigeants libertaires eux-mêmes (dont C.M. Lorenzo, Le mouvement libertaire en Espagne, éditions Libertaires, 2006). C’est ainsi qu’on peut comprendre comment dans une grande partie de l’Espagne la CNT s’est laissée surprendre lors du coup d’État et qu’à Saragosse, son fief, ses dirigeant se laissent abuser par les pouvoirs civils, jouent l’attentisme et se font massacrer. Schéma qui s’est, hélas, répété dans de trop nombreux endroits. Ces faits amènent Édouard Waintrop, dans un chapitre décisif (chap. 5, p. 312-320), à délaisser le récit historique pour se livrer à une analyse de la pertinence de l’anarchisme. Chapitre bref, mais incisif, puisqu’il montre que face à une situation d’absence d’État, conséquence non d’une révolution sociale mais d’un coup d’État semi-raté, la CNT n’a pas su faire face aux problèmes qui se sont posés. En effet, à défaut de rompre avec le pouvoir légal, alors que ce sont ses militants qui possèdent le réel pouvoir, en particulier en Catalogne, la CNT se laisse phagocyter par les institutions républicaines dans les semaines et mois qui suivent. L’intégration de la CNT  et de la FAI dans le gouvernement catalan (en septembre 36), puis, plus tard (novembre), central (à Madrid), conditionné par la dissolution du comité central des milices antifascistes « fut la première étape de la remise en ordre de l’Espagne républicaine » (p. 320). On le constate, les propos de l’auteur sont assez éloignées de l’hagiographie, tendant d’ailleurs parfois à tordre le bâton dans l’autre sens, affirmant ainsi : « Ils allaient subir le processus historique plus que de l’influencer. L’échec n’allait pas tarder à se profiler à l’horizon et renvoyer la CNT au rang de supplétif de l’ordre républicain » (p. 366). Cette « républicanisation » de la CNT s’accompagne d’une véritable mise en au pas des instances, des militants ou de la presse (cf. les analyses de F. Godicheau, La guerre d’Espagne, Odile Jacob, 2006). On ne rentrera pas dans les détails de cette guerre, se limitant à signaler la mise en évidence par l’auteur des réalisations libertaires, que ce soit dans le domaine de l’économie, des femmes ou même dans l’action militaire. Selon les analyses de l’auteur, l’anarcho-syndicalisme n’existe plus en Espagne après l’épisode de l’affrontement de mai 37 à Barcelone. Le congrès international de l’AIT à Paris en juillet 37, se montre d’ailleurs fort critique à l’égard de sa branche espagnole. L’ultime soubresaut de ce courant sera le coup d’État à Madrid en mars 39, pour dessaisir le gouvernement Prieto et créer un Conseil National de défense (PSOE, CNT, républicains) pour négocier les conditions de la reddition avec Franco. Après l’écrasement militaire, la CNT connaît l’éclatement, selon une double ligne de clivage, à la fois politique et « géographique ». Du point de vue politique, une partie, réaliste, inscrit son activité en alliance avec les  autres forces politique (création de l’Alliance nationale des forces démocratiques) tandis que les puristes de la Fai s’opposent à toute action de type politique. Par ailleurs, les forces demeurées en Espagne s’éloignent de plus en plus des forces de l’exil, si bien que la CNT intérieure disparaît quasiment à partir des années 1948-49, sous l’effet d’une répression terrible. Il faut attendre les années 60 pour qu’une timide réunification se manifeste, mais c’est devenu un mouvement terriblement affaibli, coupé de la classe ouvrière et des pratiques syndicales. Avec la transition démocratique, la CNT est légalisée en 1977, mais elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut.

Même s’il manifeste son désenchantement final, assez moral sur le fond (opposant « l’esprit adolescent à la conscience adulte », p. 537, variante littéraire de la rationalité en valeur et de la rationalité en finalité wébérienne), Édouard Waintrop ne livre pas moins à travers cet ouvrage une synthèse d’excellente facture sur un pan de l’histoire du mouvement ouvrier qu’il est loin d’encenser naïvement.

Ubbiali Georges


[1]           Rappelons que l’Espagne avait connu une première République, qui avait duré même pas deux ans, de 1873 à 1874.

[2]           Sur cet aspect, se reporter à Clara E. Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Paris, L’échappée, 2011, chroniqué sur ce blog.

[3]           Édouard Waintrop fait également allusion à une agitation sociale et révolutionnaire qui a agité le monde hispanophone et qui s’est traduit fin 18-début 19 par une semaine sanglante en Argentine. Épisode pour le moins peu connu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.