Jean-Claude Amara, Droits devant !! 20 ans de lutte contre les exclusions, Paris, Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2011, 285 pages, 18,9 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Préfacé par Albert Jacquard, ce témoignage de la figure la plus médiatique du mouvement des sans logis, fondateur du DAL (Droit au logement), commence par l’évocation de l’installation d’un campement d’urgence pour les sans domicile par l’Abbé Pierre. Ce n’est pas un hommage convenu, mais le fruit d’une coïncidence. J.-C. Amara a alors 8 huit ans et avec sa famille, il habite à proximité de l’endroit que choisi l’abbé pour installer un campement. Autre moment important qu’évoque l’auteur, la guerre d’Algérie, puisque son frère tombe au combat, sous l’uniforme des fellaghas. Il part à l’armée et en sort au début 68. C’est à ce moment que le jeune ouvrier se confronte au monde étudiant et à ses révoltes. On dispose là, en acte, d’une illustration en chair et en os du désenclavement des mondes sociaux, ainsi qu’il l’indique : « C’est dans cet Epidaure permanent, créatif et subversif, que j’appris à libérer progressivement ma parole, à faire fi des différences sociales, à fortifier ma réflexion, à briser les paroles de la méconnaissance sociale, à continuer à « grandir » (p. 37). Le destin s’ouvre alors pour le tout jeune garçon, un horizon nouveau, impossible à imaginer jusqu’alors. Il devient saltimbanque, chanteur de rue. Avec un de ses frères, durant de nombreuses années, il parcourt la France, puis, la reconnaissance arrivant, le monde, envoyé de centre culturel en centre culturel. En 1990, son chemin croise de nouveau celui de l’abbé Pierre, à l’occasion d’une occupation de locaux. Son destin bascule de nouveau et il participe rapidement à l’aventure de la création d’une nouvelle association, DAL. Ce combat durera vingt ans. Rapidement, sans l’avoir vraiment envisagé et a fortiori choisi, l’activisme prend le pas sur toute activité professionnelle. Ou plus exactement, Amara devient un « entrepreneur de cause », il milite à plein temps au DAL et multiplie les actions illégales, tout en faisant bien attention à la fois à ne pas verser dans la violence, tout en cherchant à mélanger les populations lors des actions. En effet, afin de désarmer les arguments racistes et xénophobes, le DAL est toujours attentif à mêler les populations immigrées à des populations européennes, quand il met en place des actions. Le DAL se fait aussi rapidement une spécialité de recourir à l’arme juridique. Amara développe d’ailleurs des remerciements appuyés aux avocats qui ont mis à la disposition des luttes collectives les armes de législation. Durant l’hiver 1993, une succursale du DAL est crée, le Comité des sans logis, afin d’intégrer également les SDF dans le combat commun avec les familles mal logées. Comme il le confesse, la découverte de l’univers des SDF représente une véritable choc culturel pour lui. Bien qu’elles soient dénuées de nombreuses ressources, les membres des familles immigrées peuvent au moins s’appuyer sur les solidarités du clan. Avec les SDF, c’est la violence à l’état brut, celle d’une solitude sans nom, provoquée par l’exclusion. Devenu un personnage public, il est approché pour figurer sur une liste aux élections européennes. Mais dans une veine toute libertaire/syndicaliste révolutionnaire, il décline, refusant de mêler les genres associatif/politique. De longs passages, très intéressants sont consacrés à la création de Droits devant !!, véritable Commune installée rue du Dragon. Le lecteur découvre la rigueur militante qui anime les dirigeants du mouvement, capables de conserver le secret sur les actions envisagées, tout en cultivant une approche assez systématique des médias. De même, de nombreux passages sur l’éducation populaire ou sur le rapport aux artistes dans le cadre d’une lutte collective sont à retenir. A partir de 1996, Amara et ses camarades s’investissent également dans la lutte des sans-papiers, dont il devient une des chevilles ouvrières. Droits devant !!, à laquelle il consacre l’essentiel de son activité, se montre une association particulièrement inventive dans le répertoire de l’action collective. C’est en effet avec sa participation que DD développe, dans un registre républicain révolutionnaire les parrainages républicains. A leur grand étonnement, le certificat ainsi produit est à de nombreuses occasions reconnu comme un document officiel par les préfectures dans les procédures de régularisation. Certains aspects de cette lutte sont parfois franchement émouvants voire cocasses. Ainsi cette évocation (p. 189), d’une cérémonie de parrainage dans un petit village du midi où pas moins de 300 personnes parrainent collectivement le seul sans-papier du lieu. Son engagement s’accroît avec la participation au mouvement altermondialiste, ainsi qu’au mouvement de solidarité avec la Palestine. Le récit se conclut sur la première vague de grèves des sans-papiers, dans laquelle il s’investit en 2008. L’ouvrage se termine par ce que l’auteur considère comme apport de son engagement. Son message, ne pas déléguer à d’autres ce qui est à la portée de tout le monde, est un appel à l’action pour que chacun prenne en main ses affaires : « il n’est point besoin d’avoir un bagage universitaire, une adhésion à un parti politique, à une chapelle ou à une institution quelconques pour apporter sa pierre, si menue soit-elle, à l’édifice de l’égalité des droits » (p. 280-81). Très plaisant à lire, nourri par de nombreuses anecdotes, ce livre représente une utile contribution à l’appréhension des formes contemporaines d’un secteur de la conflictualité sociale, à travers le regard d’un de ses initiateurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.