Maman Jones [Mary Harris Jones], Autobiographie, Paris, Les bons caractères, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

 se réjouira de cette réédition d’un ouvrage qui n’était plus disponible depuis l’édition réalisée par feu les éditions Maspero en 1977 (première publication, Éditions Ouvrières, 1952). Cette autobiographie, c’est « Le bruit et la fureur » dans l’histoire du mouvement ouvrier américain. Certes, il ne s’agit pas de rapporter le style de cette écriture à celle de Faulkner. Mais l’histoire que raconte Mother Jones, s’inscrit bien dans la démesure de ce que fut la constitution du mouvement ouvrier étatsunien au tournant des XIX-XXe siècle. Marry Harris Jones (1837-1930) fut de tous les combats syndicaux du début des années 1880 au sortir de la Première Guerre mondiale. Née en Irlande, sa famille immigre aux États-Unis. Elle eut jusque vers la quarantaine une vie d’institutrice, mère de famille. Elle eut quatre enfants, qui moururent, ainsi que son mari, du fait de la fièvre jaune. Si bien, sans qu’elle explicite réellement les ressorts de cette transformation, qu’à partir de 1871 elle se retrouve veuve et disponible pour le combat syndical. A partir de 1880, soit à cinquante ans, elle devient totalement absorbée par le mouvement ouvrier, au point d’en devenir une figure mythique, en particulier chez les mineurs. Catholique, bien que ni pratiquante ni bigote, elle refuse le féminisme, s’opposant au droit de vote pour les femmes (en arguant que ça ne servait à rien et que si jamais un jour ces dernières votaient, ça serait pour choisir la conservation sociale[1]). Son récit est constitué d’une série de mouvements de grève auxquelles elle a participé au premier plan, connaissant, comme les mineurs, la peur, la répression, la violence et, plus souvent qu’à son tour, le poids de la défaite. En effet, le patronat se révèle absolument sans pitié en cas de contestation de son pouvoir sur les quasi serfs constitués par la population des mineurs[2]. S’engager dans la lutte collective, c’est, bien trop souvent, risquer sa vie et celle de ses proches : « Les hommes qui entraient au syndicat étaient mis sur la liste noire dans toute la région. Leurs familles étaient jetées sur les grands routes. On tirait sur les hommes, on les passait à tabac. Plusieurs d’entre eux disparurent sans laisser de trace. Ordre fut donné aux commerçants de ne rien vendre aux syndicalistes, ni à leurs familles. Il fallait tenir les réunions la nuit, dans les bois, dans les mines abandonnées ou dans les hangars » (p. 47), à propos d’une grève, sanglante, tenue en 1902 en Virginie de l’Ouest. Si l’ambiance est celle de Règlement de compte à OK Corral, ce sont bien toujours les travailleurs qui sont les victimes désignés. En parallèle, elle dénonce avec vigueur, dans une veine très morale, le début d’appropriation privative des organisations syndicales par leurs dirigeants. Ainsi, après un mouvement gagné par les mineurs, il est proposé aux délégués que chaque mineur verse une contribution pour permettre au dirigeant du syndicat de s’acheter une maison, en récompense de ses loyaux services. Mother Jones fait échouer ce projet et on comprend qu’elle ne fut pas particulièrement en odeur de sainteté dans la hiérarchie syndicales. Elle cultive cette défiance à l’égard des « chefs » (boss) tout au long de son engagement. Ainsi voici comment elle décrit, en 1914, le milieu des dirigeants syndicaux : « Grâce aux efforts d’hommes tels que Ed Nockels, leader des travailleurs de Chicago, John Lawson fut relâché sous caution. Ed Nockels est un de ces grands hommes qui consacrent leur vie et leurs dons à la cause des travailleurs. L’honnêteté n’est pas toujours l’apanage des leaders de la classe ouvrière. Il y a parmi eux des hommes aussi cruels et aussi violents que chez les capitalistes. Il y a des jaloux, il y a des ambitieux. Les faibles sont envieux des forts » (p. 137). Elle accentue encore cette défiance dans le chapitre final en avançant que : « Les hommes de la base se sont laissé faire par ceux qui auraient dû être à leur service. Les travailleurs ont aujourd’hui à combattre non seulement leurs oppresseurs, mais aussi leurs propres chefs qui souvent les trahissent et les vendent, qui placent le souci de leur propre carrière au-dessus des intérêts de la masse, et qui manœuvrent ceux de la base comme des pions » (p. 166). Dans une veine proche de celle que développait dans la même période Roberto Michels[3], elle affirme :  « Il en est pour qui le mouvement ouvrier est un métier comme un autre et qui s’y enrichissent » (p. 167). Si l’essentiel de ses activités s’est déroulé dans l’univers de la mine, elle participe aussi à des mouvements dans le secteur des filatures, ce qui l’amène à côtoyer un prolétariat encore plus défavorisé, si c’est possible, que celui de la mine. Elle rapporte ainsi le cas d’une « mère et de ses trois enfants qui tous travaillaient à la même usine que moi. Le père était mort de tuberculose et la famille avait dû emprunter trente dollars pour l’enterrement. Depuis des années, ils peinaient tous les quatre pour rembourser la compagnie » (p. 89). La « chance », pour les très jeunes enfants de s’échapper de l’usine, c’est d’avoir un accident : « les enfants allaient à l’école quand un accident les avaient rendus inaptes au travail » (p. 92). Face au degré inouï de répression dont elle est témoin (massacre de Ludlow en 1914 où les mitrailleuses furent utilisées), elle en appelle elle-même à l’armement des ouvriers ! Louis  Adamic[4] dans son livre a bien montré comment une partie du mouvement ouvrier a su user fonctionnellement de la violence en réponse aux attaques du patronat. Mother Jones s’inscrit dans cette veine également : « Les grévistes lancèrent un appel aux armes ; tout homme valide devait s’armer d’un fusil pour se défendre, lui et sa famille, contre l’assassinat, l’incendie prémédité et le pillage. Depuis la loi de la jungle jusqu’à notre soit-disant civilisation, c’est le droit naturel et imprescriptible de l’homme » (p. 13. Son texte se termine par l’évocation de grève de l’acier, en 1919 où, tout en développant un soutien à l’Union soviétique (en particulier pour l’aide humanitaire), elle s’appuie sur les valeurs américaines de la culture démocratique (lire par exemple p. 152 et suivantes), en évoquant par exemple le fait que « Cinquante mille garçons américains sont morts sur les champs de bataille d’Europe pour que la démocratie progresse partout dans le monde » (p. 156). A 92 ans, en 1922, elle participe encore à un congrès de mineurs. Avec cette autobiographie, le lecteur dispose d’un témoignage de première main à la fois sur l’impétuosité du développement du capitalisme aux États-Unis, de la violence et de la cruauté du sort des travailleurs, ainsi que sur la culture politique et les valeurs portées par le mouvement ouvrier au tournant du siècle. Un récit âpre, qui s’inscrit parmi les titres (en nette croissance) disponibles en français sur  les combats et les espoirs révolutionnaires de la classe ouvrière des États-Unis, dont Dissidences a déjà rendu compte dans un récent dossier[5]. A ce propos, un éditeur ne pourrait-il rééditer également l’ouvrage de Malkiel Theresa Serber, Journal d’une gréviste, paru chez Payot en 1980 ?


[1]           Dans le dernier chapitre, elle revient sur sa conception du rôle des femmes, pas particulièrement en avance sur son temps : « Une grande tâche est réservée aux femmes : l’éducation des enfants. C’est la plus belle de leurs responsabilités. Si les hommes gagnaient assez d’argent, les femmes ne seraient pas forcées de négliger leurs foyers et leurs petits pour accroître le revenu familial » (p. 164).

[2]           De ce point de vue, l’excellent polar de James Lee Burke, Vers une aube radieuse, Paris, Rivages, 1996, qui raconte une grève dans les mines du Kentucky dans les années 1970, permet de constater que les pratiques patronales semblent avoir peu évolués en un siècle.

[3]           Sociologue allemand, disciple de Max Weber, auteur de la thèse de la loi d’airain de l’oligarchie. Cf. Les partis politiques, Bruxelles, ULB Lire, 2009 (première édition 1911).

[4]           Louis Adamic, Dynamite. Un siècle de violence de classe en Amérique, Paris, Sao Mai, 2010. Chroniqué par Dissidences, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2550


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.