Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, collection « Nos héroïnes », 2012, 186 pages, 11 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans ce court et très sensible livre, la grande historienne du socialisme et de l’histoire des femmes, Michelle Perrot, inaugure une nouvelle collection chez Grasset, « Nos héroïnes ». Il s’agit de présenter la biographie d’une femme, Lucie Baud, dont le Mouvement socialiste, revue liée aux syndicalistes révolutionnaires au début du XXe siècle, avait publié en 1908 un court compte rendu des grèves des tisseuses de soie de la région de Vizille (aux alentours de Grenoble). Ce texte avait été republié dans la revue le Mouvement social en 1978, tant il déroge à bon nombre d’aspects historiques. En effet, rares sont les prises de position de syndicalistes dans le Mouvement socialiste, plus rares encore le fait que ce soit une femme qui prenne la plume. Encore plus étonnant, non seulement l’auteure évoque longuement une lutte où les femmes sont au premier plan, mais, de surcroît, elle rapporte le rôle des femmes immigrées (italiennes) dans le conflit. Or, derrière la signature, « Lucie Baud, ex-secrétaire du syndicat des ouvriers et ouvrières en soierie de Vizille (Isère) », se cache en fait un véritable mystère. Qui est cette Lucie Baud, qui commence son récit par « Je suis entrée comme apprentie chez MM. Durant frères, au Péage-de-Vizille, au commencement de 1883. J’avais alors douze ans », phrase qui inspire le sous titre de l’ouvrage ? Or, en dehors de ce qu’elle indique de sa biographie dans son article, les traces de Lucie Baud sont très fragmentaires. A la manière d’Alain Corbin dans son beau livre sur Louis-François Pinagot1, l’historienne se lance ici sur les traces éparses de Lucie Baud. Elle n’y va pas seule, car en fait une bonne partie des connaissances dont on dispose sur cette héroïne du quotidien ont été accumulées par des historiens locaux (Gérard Mingat et Robert Aillaud), sur les travaux desquels Michelle Perrot appuie son raisonnement et, souvent, ses hypothèses. On laissera le lecteur découvrir le récit de ce que Michelle Perrot à réussi à collecter sur cette femme hier inconnue (ou quasi) et qui par ce très sensible travail d’écriture occupe le statut d’une héroïne, dont le parcours (ébauché par la notice biographique d’Yves Lequin dans le Maitron2, dès 1973) reste encore largement à découvrir. Comme le conclut Michelle Perrot « En lui dédiant ce livre dont on aimerait qu’il ne soit pas un tombeau, je pensais mettre un point final à cette quête. Point final ? Non. Points de suspension dans l’indécision d’une histoire incertaine » (p. 172). Sous un court format, un grand livre à mettre entre toutes les mains en même temps qu’une leçon sur la manière d’écrire l’histoire des femmes travailleuses.

1 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. M. Perrot se défend de suivre la voie empruntée par A. Corbin, dans la mesure où L.-F Pinagot, c’est l’anti-héros, l’anonyme tellement absolu que son histoire biographique ne peut qu’être contée de manière détournée, par la description du monde matériel et symbolique dans lequel il a exercé son métier de sabotier. Bien qu’en effet on ne puisse calquer le travail de M. Perrot sur celui d’A. Corbin, pour les raisons précitées, l’approche fonctionne néanmoins sur les mêmes ressorts : les faibles traces léguées par des existences populaire

2Ce qu’on appelle le Maitron est le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF) créé par l’historien Jean Maitron.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.