Michel Husson, Charb, Le capitalisme en dix leçons. Petit cours illustré d’économie hétérodoxe, Paris, Zones, 2012, 252 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Michel Husson est un économiste « critique » reconnu, qui participe au conseil scientifique d’Attac, tout en étant par ailleurs l’animateur d’un site précieux, www.hussonet, qui fournit de nombreuses analyses en matière économique et sociale. Pour écrire ce manuel, il s’est adjoint le talent de Charb, dessinateur et directeur de publication de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui illustre le propos par ses dessins décalés. Est donc reprise pour cette livraison l’alliance, entre un rédacteur et un dessinateur, qui avait fait le succès de l’ouvrage de Daniel Bensaïd, Marx, mode d’emploi (Zones, 2009). Le terme de « leçons » contenu dans le sous-titre indique bien la volonté pédagogique qui préside à la publication de cet opus, pédagogie redoublée par l’effet de décalage que produisent les illustrations. En effet, à partir d’une approche définie comme marxiste, Husson propose de revisiter l’actualité de cette approche pour décrire le fonctionnement actuel du capitalisme. En dix chapitres, articulés autour d’autant de questions qui se posent aujourd’hui, Husson décrit différents aspects de cette économie. Dans un premier temps, c’est d’abord à l’origine de ce mode de production qu’il s’intéresse, permettant un retour historique que Marx décrit longuement dans le Livre I du Capital. L’analyse du profit lui permet ensuite d’exposer une notion centrale, le surplus, ou la plus-value. Plus-value dont l’actualisation contemporaine dans la phase néo-libérale se manifeste par un accroissement constant des inégalités de richesse entre les groupes et classes sociales. Dans ce cade sont passés en revue des phénomènes comme la mondialisation (avec ses impasses) ou le rôle de l’Union Européenne, « cheval de Troie » des politiques libérales. Au passage, Husson, accompagné d’un Charb particulièrement grinçant, s’intéresse aux discours actuels sur l’écologisation du capitalisme. L’idée que l’on puisse (ce que tendent aujourd’hui à faire croire les grandes entreprises à partir de massives campagnes de publicité) conjuguer le développement continu de la marchandise (notion, elle aussi décisive de Marx, qui fait l’objet d’un chapitre spécifique) avec la préservation de notre environnement ou du cadre de vie naturel est tout simplement impossible. Selon l’auteur, la conception d’un tel capitalisme est une contradiction dans les termes, un oxymore1, comme il conclut lui-même le chapitre. Reste, dans un dernier temps, à examiner les paramètres de la crise actuelle, crise qu’il qualifie de systémique, tant ceux-ci sont convergents. C’est pourquoi l’ultime chapitre n’est pas formulé sous la forme d’une question comme les neuf précédents, mais d’une affirmation « Pourquoi on va dans le mur », au pronostic assez clair. La finance (le fameux « capital fictif », dont la notion est développée dans le Livre III du Capital) qui domine la phase actuelle du capitalisme dérégulé constitue un puissant facteur d’accélération de la crise. En effet, en elle-même la financiarisation ne crée pas de valeur (seul le travail est en mesure de produire de la valeur). En revanche, elle fonctionne comme une ponction, affectant profondément la répartition de la richesse, ainsi qu’en attestent les données fournies. Cette partie est très intéressante, car Husson fait la démonstration, à l’encontre de nombreuses analyses, que cette financiarisation de l’économie ne se présente pas comme une excroissance parasitaire, qu’il s’agirait d’éliminer pour revenir au un sain fonctionnement d’une économie capitaliste d’antan. Au contraire, le stade financier correspond aux contradictions majeures du capitalisme contemporain, permettant de boucler la reproduction de la phase néolibérale du capitalisme. Le message final que délivre l’ouvrage de Michel Husson sort du cadre strict de l’analyse économique pour en appeler à la mobilisation sociale et citoyenne avant que le pôle néolibéral n’entraîne les pays et les peuples dans la spirale infernale d’une austérité croissante. D’où la nécessité, « vitale » (p. 249), de rompre avec ce système mortifère. On le voit à ces quelques mots, Michel Husson inscrit bien ses pas dans ceux de Marx, puisque selon lui l’économie ne saurait se limiter à une analyse technique du fonctionnement d’un système, mais relève bien d’une approche critique.

1Un oxymore est une figure de rhétorique qui consiste à réunir deux termes de sens contraire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.