David Harvey, Pour lire Le Capital, Paris, La ville brûle, 2012, 366 pages, 25 €.

Un compte rendu de George Ubbiali

A ce qu’il semble, Karl Marx suscite une belle actualité éditoriale. En sus de ce livre de David Harvey, géographe marxiste étatsunien dont la production a été largement traduite ces dernières années1, on notera, dans la même volonté didactique d’introduction à la pensé de Marx, la publication du livre commun de deux auteurs, également étatsuniens (Fine et Saad-Filho2) et la réédition, très antérieure, de celle de Lafargue3. Il faut reconnaître que Marx lui-même avait conscience de la difficulté de son approche : « Il n’y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d’arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés » (Marx4, cité p. 13).

David Harvey se propose donc de fournir à un public académique (ses étudiants) une introduction à cette lecture, débarrassée de toutes les gloses produites depuis la publication du livre, mais enrichie de ses propres travaux. Son projet repose exclusivement sur la présentation du Livre I, celui qui a été publié du vivant de Marx, et qui explore la production capitaliste. Les livres II (portant sur l’échange) et III (les crises) , inachevés au moment de sa disparition ont été finalisés et publiés par Friedrich Engels. Seules des allusions à ces deux ouvrages sont proposées dans l’ouvrage de Harvey. La proposition de ce dernier de rester le plus fidèle au texte du Capital l’amène à développer son analyse, chapitre par chapitre. Mais, avant de plonger dans son développement, Harvey rappelle la règle méthodologique fondamentale qui structure l’approche de Marx : « Le capital n’est pas une chose, mais un processus qui n’existe que par le mouvement (…) En conséquence, pour saisir l’activité et le transformation, nombre de ses concepts se fondent sur des relations plutôt que sur des principes isolés et indépendants » (p. 19). En dix chapitres, à raison de un à trois chapitres du Capital, David Harvey propose de mieux saisir la logique et les concepts développés par Marx. On ne peut rentrer dans le détail de chacune de ces parties, ainsi disséquées. Le caractère systématique, minutieux du propos est soutenu à la fois par des allusions à l’actualité du fonctionnement de la phase néo-libérale et, plus généralement par des exemples issus de la spécialité de l’auteur, la géographie, permettant d’éclairer tel ou tel aspect du Capital. Retenons également qu’ici ou là, Harvey offre de suggestifs aperçus sur des romans classiques, plutôt méconnus du public français. Ainsi, page 55, il se livre à une analyse détaillée du roman de Daniel Defoe, Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders, œuvre évidemment moins célèbre que Robinson Crusoé. David Harvey propose alors un stimulant développement entre la littérature classique et la naturalisation du capitalisme par la fiction. Ailleurs, il s’appuie sur un auteur cette fois-ci largement méconnu, Oliver Goldsmith (Le vicaire de Wakefield), dans la même optique pédagogique. Dans le même ordre d’idée, on retiendra l’impressionnant commentaire d’érudition consacré au rapport entre Marx et Darwin, à partir d’une note de quelques lignes en bas de page du Capital (p. 210 et suivantes). La démonstration de David Harvey tend à mettre en avant la modernité de Marx, dont les analyses du Capital correspondent largement à la réalité contemporaine du capitalisme néo-libéral. Si l’on peut regretter que l’analyse des livres II et III soit expédiée en deux pages (268-69), que certaines formulations laissent à penser que l’auteur puisse être favorable au rachat par les salariés du capital (voir p. 273-2745), le texte de David Harvey devrait susciter l’intérêt du public à qui il est destiné et à nourrir la confrontation directe avec la lecture du Capital, puisque tel est son souhait.

1Et également chroniquée dans Dissidences : David Harvey, Le nouvel impérialisme, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Penser / Croiser », 2010, 256 p. (par Jean-Guillaume Lanuque) sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=850 , David Harvey, Paris, capitale de la modernité, Paris, Les prairies ordinaires, 2012, 529 p. (par Frédéric Thomas) sur http://dissidences.hypotheses.org/71

2 Ben Fine et Alfredo Saad-Filho, CA-PI-TAL ! Introduction à l’économie politique de Karl Marx, Paris, Raisons d’agir, 2012, 264 p.
3 Karl Marx, Le Capital Résumé par Paul Lafargue, Paris, Kobawa Édition, 2011, 104 p.
4Cette phrase constitue la conclusion d’une lettre de Karl Marx à son éditeur Maurice Lachâtre, le 18 mars 1872, à propos de l’édition du livre I du Capital. Lire sur http://bataillesocialiste.wordpress.com/2009/08/27/lettre-de-karl-marx-a-son-editeur-1872/
5 Exposant la théorie de Rudolf Meidner, économiste suédois des années 1960, qui propose d’associer les représentant du travail à la direction des entreprises capitalistes, David Harvey commente : « Ce projet (bien plus complexe dans ses détails) est globalement compatible avec la position de Marx, et constitue un moyen pacifique de prendre le contrôle de la classe capitaliste. Pourquoi ne pas y réfléchir davantage ? » (p. 274).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.