Auguste Blanqui, Ni dieu ni maître, Bruxelles, éditions Aden, collection « Opium du peuple », 2009, 80 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La collection « Opium du peuple » des éditions Aden s’est fait remarquer par la publication de plusieurs ouvrages d’un grand intérêt, parmi lesquels on peut citer Lire Jean Meslier de Serge Deruette ou le Discours contre Dieu du marquis de Sade (tous deux chroniqués sur notre ancien site et dans notre revue électronique1). Avec ce petit opuscule (vendu à un prix clairement excessif au vu de sa minceur), la qualité n’est malheureusement plus au rendez-vous. L’appareil critique est en effet lui aussi d’une grande maigreur : le texte de Maurice Dommanget qui sert d’introduction est livré sans aucune référence à ses précédentes publications ; les nombreux textes d’Auguste Blanqui n’ont droit qu’épisodiquement et très succinctement à des éclairages sur les noms cités et le contexte auquel il est fait parfois abondamment référence ; enfin, on ne dispose d’aucune biographie et bibliographie de « l’enfermé ». On ne sait d’ailleurs absolument pas qui a réalisé cette collation d’écrits.

En dépit de ces lacunes problématiques, cette modeste anthologie présente néanmoins un certain intérêt. Maurice Dommanget revient d’abord sur la genèse de la fameuse formule qui a donné son titre à l’ouvrage. Si celle-ci apparaît sous la plume d’Auguste Blanqui en tant que telle en 1880 seulement, donnant son nom à son journal d’alors, elle lui fut certainement inspirée par une brochure du docteur Susini publiée en 1870 et intitulée Plus de Dieu, plus de maître. Maurice Dommanget rappelle également que contrairement à l’interprétation libertaire qui fit florès, le « maître » de la formule n’est pas général à toute forme d’autorité, mais désigne au contraire le Capital et l’exploitation économique qu’il suppose. En ce qui concerne les textes d’Auguste Blanqui lui-même, l’ensemble est disparate, constitué de quelques articles, d’extraits d’ouvrages (L’éternité par les astres, chroniqué sur notre blog, représenté ici par une réflexion sur la nature de l’univers qui ne relève qu’indirectement du propos anticlérical dominant), mais surtout de brèves, dont un grand nombre ne sont pas datées, et qui s’apparentent occasionnellement à des notes. S’y trouvent de virulentes attaques contre le christianisme, principalement (les jésuites étant une des cibles favorites d’Auguste Blanqui), mais également quelques références à l’islam et au judaïsme.

On comprend d’ailleurs que le monothéisme concentre la plus grande part de son hostilité, de par son intolérance plus grande et sa répression des dissidences (« Les juifs, les premiers, ont commencé cette vie de haine universelle. Elle est l’essence même du monothéisme », p. 62, un passage qu’il ne faudrait surtout pas lire comme une manifestation d’antisémitisme). Au-delà de certains passages volontiers provocateurs – la comparaison entre bordels et couvents (p. 32) –, ou de réflexions tributaires de son temps (une relative idéalisation des peuples païens de l’Antiquité et la chute de l’empire romain attribuée au christianisme, déjà présente chez Edward Gibbon, ou un certain scientisme couplé à une croyance dans un progrès continu, p. 46), on appréciera surtout son ironie, sensible dans son récit d’un cours de catéchisme autour des questions sans fin de trinité et d’incarnation, et ses quelques remarques lumineuses, ainsi de sa défense en 1869 d’un enseignement public obligatoire et gratuit, ou du christianisme catholique se définissant avant tout par son organisation.

1Aller pour le premier titre sur http://www.dissidences.net/schumaines_epistemologie.htm#deruette et pour le second sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=993

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.