Marion Fontaine, Frédéric Monier, Christophe Prochasson, Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, 400 pages, 26,50 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

D’emblée, le titre de cet ouvrage collectif interpelle. Une « contre-histoire » de la IIIe République prend nécessairement position face au monument historiographique ciselé, pour la science politique, par Serge Berstein sur le modèle républicain1. Celui-ci, on le sait, repose sur l’analyse de la IIIe République. L’introduction n’avoue pas immédiatement sa cible, elle entend d’abord interroger la doxa des « valeurs républicaines » caractéristique de cette « mentalité d’héritage » qui n’est d’aucun bord politique (ou de tous), et érige en mythe cette République là ; rapidement pourtant la plume cite son but : « nous ne sommes pas partis en somme à la recherche d’un quelconque modèle, mais bel et bien d’un projet républicain, qui se matérialise autant dans des idées, des discours, des institutions que dans des pratiques et qui n’est pas défini une fois pour toutes » (p. 8). Le projet contre le modèle donc. Le lecteur doit-il entendre par là, derrière cette « contre-histoire », soit une forme de déconstruction d’une historiographie héritée, soit une nouvelle lecture où le projet peut se discuter en regard du renouveau de la littérature historique sur cette question ? La composition du livre joue de ce mouvement. La première partie « Les institutions et les valeurs républicaines : idées reçues » se dresse contre la « mentalité d’héritage » où la république et ses adjectifs valent les cabris gaulliens dans le discours contemporain ; la seconde, « Les boites noires de la République » ouvre sur les « réalités plus complexes » de la IIIe République. Réalités complexes face au mythe républicain, au modèle, qui cisèlent l’usage de la référence, décryptées par l’apport d’approches déconstructrices. Une contre-histoire s’entrevoit-elle alors, le volume refermé ?

Les quatorze contributions de la première partie s’attaquent, sous la forme de courtes interrogations, à ces idées reçues sur la IIIe République. Elles sont souvent le lieu d’une nouvelle visite de l’historiographie la plus récente sur ces questions que sont la colonisation, la religion, l’assimilation… Toutes n’ont pas le sel des propositions de Nicolas Rousselier qui, sur la longue durée, esquissent l’inachèvement des valeurs de la IIIe République contre le modèle proposé par Serge Berstein ; toutes n’ont pas l’art de bousculer les évidences trompeuses comme Christophe Prochasson travaillant la question du président, forme d’incarnation dans un régime parlementaire rétif au charismatique. A ce jeu, des analogies, des contiguïtés s’esquissent sans doute de la IIIe à la IVe des Républiques, et le legs « monarchique » de la Ve pourrait, à juste titre, se soumettre à de nouvelles interrogations sur la longue durée où les républiques précédentes ne seraient pas parenthèse entre les monarchies post-révolutionnaires, l’Empire (second du nom) et le gaullisme. Mais la contribution la plus acérée, tant elle rebondit implicitement sur les autres, et force à de nouveaux biais de lectures, paraît celle de Jens Jivo Engels consacrée à la micropolitique, la corruption, et la modernité : des logiques de réseaux intrinsèquement liées à la machinerie républicaine s’esquissent aux confins du politique et des affaires, détonateurs des scandales récurrents qui, dans la logique du modèle républicain, sont l’occasion d’affirmer les valeurs républicaines, et dans l’horizon du micropolitique l’irruption du réel républicain. Il y a là les choses des mots et une déconstruction potentielle heureuse d’une histoire des idées trop souvent propice au lissage des conflits et au cisèlement des modèles.

Cette volonté déconstructrice anime plus nettement encore la seconde partie de l’ouvrage, consacrée aux « boites noires de la République ». Trois temps la scandent : l’élaboration d’une légitimité, la fabrique des normes, la républicanisation : les processus. La philosophie (par J-L. Fabiani), l’histoire (par V. Duclert) sont convoquées pour discuter l’idée et l’histoire républicaine comme une pratique de légitimation de la forme du régime : on peut accoler ces deux interventions et reprendre la conclusion de J-L. Fabiani : « l’idée républicaine ne cesse de produire sa contre-histoire ; il est très facile de retourner son âge d’or comme un gant pour en faire un âge noir (…). On peut en faire une galerie de hérauts alors qu’elle est une galaxie de réseaux. La légende républicaine s’autodétruit en permanence pour renaître sous d’autres formes. C’est sans doute dans cette dynamique, trop rapidement décrite ici, que la République réside, plutôt que dans le marbre du concept » (p. 227). La citation vaut mise en abyme du projet de l’ouvrage. Somme toute cette contre-histoire de la IIIe République vise à restituer une dynamique, une historicité, contre l’éternel du modèle républicain. Contre les valeurs et les cultures politiques nécessaires à son examen par Serge Berstein, ce sont donc des normes qui sont proposées aux cribles des historiens : la science (A. Rasmussen), le pacte fiscal (N. Delalande), la laïcité « véritable épithète de la République » (P. Cabanel), puis l’identification républicaine, la morale… La force de ce second temps de l’argumentation des « boites noires » de la République tient là moins à la synthèse d’un renouveau historiographique et bien davantage au décentrement significatif opéré par l’usage de la norme. Des pratiques, des acteurs et des compromis s’esquissent ; ils ouvrent soit sur la thèse d’un inachèvement du projet républicain, toujours imparfait et indéfini, soit sur la perception, comme pour la « neutralité scolaire » analysée par Judith Surkis sur la saisie de « tactique de gouvernement historiquement contingente », agent de « politisation de la croyance » dans les principes républicains (p. 322). On opinera à ce second choix, plus frontal finalement pour qui goûte à une histoire politique renouvelée et répugne à la codification astringente de l’histoire politique contemporaine du court vingtième siècle français par l’imposition du modèle républicain et ses avatars conceptuels que sont les cultures politiques, agents d’une topographie fine du politique au prix de l’oubli des dynamiques et des possibles. L’intérêt porté enfin aux processus de républicanisation conclut cette seconde partie : la distinction par la décoration et l’utopie d’une méritocratie républicaine (F. Caille) se conjugue à la reprise par F. Monier de ses travaux sur le clientélisme et le patronage républicain, au défaut des principes affichés. Dans l’horizon de ces processus, la paysannerie véritable enjeu depuis 1848 saisie par Alain Chatriot, et les classes moyennes (K. P. Sick) supposées autour de 1936 permettre un nouveau compromis républicain, plus progressiste…

En conclusion, processus s’affirme comme le mot de la fin qui invite à lire la République au défaut de ses légendes dorée et noire, dans son historicité et ses conditions de possibilité. Ainsi le titre même de l’ouvrage vaut-il piège, qui s’inscrit justement dans cette dialectique. Point de contre-histoire donc, et davantage un bilan historiographique d’une période et d’un régime singulièrement sollicitées depuis la décennie 1980 par le discours politique comme par les historiens, pour la ré-enchanter, l’agonir ? Ce serait là une lecture civique d’honnête homme, favorable à un idéal du juste milieu bien républicain. On lui préférera une lecture entre les lignes où l’épistémologie du modèle républicain devient obstacle et donc cible pour un renouvellement de l’histoire politique française. Est-ce là l’effet quasi biologique d’une nouvelle génération s’affirmant ou le heurt d’entreprises éditoriales nouvelles sur ce front de l’histoire de France, puisque à cette livraison des éditions La Découverte ne manqueront pas de s’opposer ou se compléter les volumes du Seuil et de Belin2 ?

1 Serge Berstein, Odile Rudelle, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

2 Sur ce point et ces entreprises éditoriales, Joël Cornette et Johann Chapoutot, « L’histoire de France est une invention », Le Monde des livres, 19/10/2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.