Clémentine Autain, Le retour du peuple. De la classe ouvrière au précariat, Paris, Stock, collection « Parti pris », 2012, 112 pages, 12,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans ce court essai, la féministe et élue de gauche à la mairie de Paris, actuelle codirectrice du magazine Regards (avec Roger Martelli) nous livre ses réflexions sur ce retour en grâce médiatique des couches populaires. Elle se propose d’abord d’évoquer les mutations du monde du travail, avant d’envisager le projet politique susceptible de représenter et de donner espoir à ce peuple d’aujourd’hui. Écrit quelques mois avant l’élection présidentielle de 2012, ce livre ne risque guère de marquer les esprits. De la taille d’un (gros) article, Clémentine Autain égrène quelques idées, pas nécessairement fausses ou stupides par ailleurs, mais qui auraient méritées un vrai traitement, et non ce survol. En effet, qui oserait contester cette évidence : « le peuple d’aujourd’hui n’est plus celui qui s’était unifié autour de la figure de l’ouvrier d’industrie » (p. 36) ? Pour autant, les quelques figures convoquées de ce « nouveau prolétariat » – le travailleur sans-papiers du bâtiment, la caissière de supermarché, l’intellectuel précaire ou le jeune salarié de Mac-Do – suffisent-elles à résoudre la question des contours de ce peuple du XXIe siècle ? A partir d’anecdotes récupérées ici et là dans l’actualité journalistique, l’auteure avance son propos. A peine plus originale, même si elle se révèle tout aussi inaboutie, l’idée des nouveaux territoires du peuple. Métropolisation, banlieue, quartiers populaires constituent quelques-uns de ces mots d’une grammaire de la contestation qu’elle appelle de ses vœux, ne craignant nullement de placer ses pas dans ceux du philosophe marxiste Henri Lefebvre et de son droit à la ville (référence autrement stimulante, on en conviendra aisément). Sachant que Clémentine Autain figurait dans l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon, le lecteur ne sera pas surpris de lire que « C’est la révolution citoyenne, dans toutes les sphères de la société, qui doit être à l’ordre du jour » (p. 100). Si « la révolution ne peut plus être ce qu’elle était » (p. 103), elle n’en lance pas moins un vibrant plaidoyer pour un réformisme de réelles transformations sociales. Parangon de l’essayisme, sympathique au demeurant, l’ouvrage se conclut par la phrase « renouer avec le principe espérance » (p. 109). Quant au lecteur, il ne lui reste plus qu’à se tourner vers d’autres ouvrages pour cultiver ce principe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.