William Morris, Un rêve de John Ball, Paris, Aux Forges de Vulcain, collection « Littératures », 2011 (édition originale 1888), 104 pages, 14,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette nouvelle – presque une novella – de William Morris, propagandiste socialiste et cheville ouvrière des arts décoratifs de son temps, fut initialement publiée dans le journal d’éducation ouvrière Commonweal entre la fin de 1886 et le début de 1887, avant d’être éditée sous forme d’ouvrage indépendant l’année suivante.

Précédant de peu Nouvelles de nulle part (chroniqué sur notre ancien site), Un rêve de John Ball en constitue le pendant opposé, puisqu’au lieu d’une projection vers un futur souhaitable, elle nous propose un retour vers un passé en partie idéalisé. Le procédé est d’ailleurs tout aussi onirique, William Morris optant pour le récit d’un rêve en lieu et place d’un voyage dans le temps scientifiquement fondé (La Machine à explorer le temps de H. G. Wells n’est publié qu’en 1895, et la nouvelle qui l’a anticipée fut publiée en 1888). C’est à la fin du XIVe siècle que l’auteur se retrouve projeté, en pleine révolte paysanne suscitée par une hausse des taxes, menée par un certain Wat Tyler, et dont un des tribuns est le susnommé John Ball, prêtre catholique tout juste libéré de prison par les révoltés. Après avoir découvert le cadre de cette Angleterre prise dans le conflit de la Guerre de Cent ans, le narrateur assiste à deux harangues de John Ball, participe de manière passive à un affrontement victorieux mené par les paysans contre des chevaliers et finit la soirée à l’église, tentant d’expliquer à John Ball l’avenir qui lui succédera, l’occasion de vulgariser pour son lectorat le fonctionnement de la société capitaliste. C’est à l’issue de cet entretien qu’il finit par disparaître et regagner son époque, une fin un peu trop abrupte.

Avec ce récit, William Morris ne cherche pas à faire œuvre d’histoire, son récit des événements étant pour le moins laconique1. Il y développe surtout le romantisme révolutionnaire qui le caractérise, avec cette nostalgie d’un temps pré-industriel qui traverse toute l’histoire de l’Angleterre contemporaine (citons parmi les figures les plus connues J.R.R. Tolkien et sa Comté, récemment mise en image dans le film Le Hobbit). Bâtiments, vêtements colorés, décorations d’intérieur, nourriture partagée, jusqu’au langage populaire, tout dans ces campagnes du Kent lui semble admirable : « (…) tout cela était redevenu pour moi source d’émerveillement, et m’émouvait presque aux larmes » (p. 59), ou encore « (…) j’étais surpris par le bon ordre et la netteté, qu’on eût dit d’un jardin, de tout ce que je voyais » (p. 6). On a là la concrétisation de l’idéal de William Morris, fortement teinté d’anarchisme, avec ces communautés rurales autosuffisantes, constituées de paysans libres vivant sans argent. Mais au-delà de cette démonstration visant à ancrer l’utopie dans un réel déjà advenu, l’objectif est aussi de faire l’éloge de la lutte des opprimés, défendue avec lyrisme par John Ball2, du courage de ceux qui osent se lever, apportant par là même une profondeur historique et un ancrage national au combat socialiste de son temps. William Morris justifie également l’utilité de ces défaites provisoires, à moyen3 et long terme4.

 1 Voir par exemple Rodney Hilton, Les mouvements paysans du Moyen Âge et la révolte anglaise de 1381, Paris, Flammarion, collection « L’Histoire vivante », 1992.

2 Celui-ci entendant l’Église dans son sens premier d’assemblée, une fraternité des opprimés en lien direct avec le paradis céleste, les riches et les profiteurs étant à l’inverse les suppôts de l’enfer.

3 « Et pourtant, quand les seigneurs auront vaincu et soumis de nouveau toute l’Angleterre, ils auront vaincu en vain ; car quand un homme est libre (…) il est vain de vouloir le remettre sous le joug, et les seigneurs verront le servage leur glisser des mains (…) » (p.78).

4 « (…) pourtant, toutes ces souffrances finiront par amener le but convoité (…) » (p.99). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.