Damir Skenderovic, Christina Späti, Les Années 68 (en Suisse). Une rupture politique et culturelle, (traduit de l’allemand), Lausanne, Éditions Antipodes et Société d’Histoire de la Suisse romande, 2012, 190 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Malgré sa position d’isolat au cœur de l’Europe, la Suisse n’échappe pas à l’onde de choc que fut mai 68. Certes le boom économique et le sort relativement protégé des salariés expliquent que les ouvriers n’aient pas massivement débrayé en 68. Mais le sort réservé aux femmes – le droit de vote leur est encore refusé en 1959 – et à la jeunesse explique l’écho rencontré par les idées de 68 dans ces secteurs. Mais du fait de la diversité linguistique, la Suisse romande est plutôt tournée vers la France, la Suisse alémanique vers l’Allemagne et les Tessinois sont influencés par les mouvements italiens. Plus nombreux dans cette partie italianophone de la Suisse, les Spontanéistes cambriolent des dépôts d’armes de l’armée suisse pour leurs camarades italiens. Quant à la Ligue Marxiste Révolutionnaire trotskyste (LMR), créée à l’automne 1969 après l’exclusion de militants du Parti du Travail (PdT, le Parti communiste classique), elle a du succès dans un premier temps dans le canton de Vaud, à Lausanne, puis à Genève, enfin seulement à Zurich. Ainsi, au cours de l’été 1971, les étudiants en économie de l’Université de Lausanne mènent campagne pour qu’à la rentrée soit invité Jacques Valier, jeune économiste de la LCR professeur à Nanterre. Quant au militant de la LMR Charles-André Udry, il jouera un rôle important dans la IVe Internationale.

Ce manque de concertation et de coopération ente les groupes linguistiques différents n’empêche pas l’agitation, à la fois universitaire, culturelle et politique. Rares sont les universités à n’être pas touchées par la contestation. Les lycéens même, les « gymnasiens », luttent pour obtenir une réforme des méthodes d’enseignement. A côté de ces revendications académiques, la jeunesse se mobilise aussi contre l’intervention américaine au Vietnam, en solidarité avec les travailleurs immigrés ou contre l’armée, considérée comme une institution fasciste par les contestataires.

Mais l’aspect le plus novateur de ce livre, écrit par deux Professeurs de l’Université de Fribourg, réside dans la description de l’agitation culturelle. Une agitation qui avait commencé dès le début des années 60. A Berne, la capitale, le groupe « Untergrund » composé d’étudiants, d’artistes, d’écrivains, était accusé par les bien pensants de « salir leur nid » (Netzbeschmutzer). Le 31 mai 68 au Hallenstadion de Zurich, un concert avec Jimi Hendrix, The Animals, Traffic, dégénère en un affrontement avec la police (« l’émeute de Globus »). Hommes de théâtre – les Tréteaux libres de Genève –, réalisateurs de films – Alain Tanner par exemple – bousculent les conformismes. Et du fait de l’inflexibilité des autorités, la contestation culturelle prend souvent une dimension plus vaste.

Il faut dire qu’en Suisse, les partis de la gauche classique ont du mal, comme le PdT à sortir de sa matrice stalinienne, ou comme le PS à rompre avec l’État, dans lequel il est parfaitement intégré depuis les années 40 et 50, au nom de la « défense nationale spirituelle » qui, après avoir permis de lutter contre le fascisme, nourrira l’anticommunisme. Malgré donc une situation relativement favorable, les étudiants contestataires ne parviennent pas à créer d’organisations politiques nouvelles importantes et durables. Ni les trotskystes de la LMR, transformée en PSO (Parti socialiste ouvrier)/SAP (Sozialistische Arbeiterpartei), ni les maoïstes des POCH (Organisations progressistes de Suisse). Plusieurs de ces militants entrés au PS à la fin des années 70, selon une démarche que l’on retrouve en France, apportent un nouveau souffle à ce parti. Les communautés à la vie éphémère ne sont pas non plus oubliées par les auteurs.

Au total un livre agréable à lire, très utile aussi, qui comble notre ignorance sur le sujet. Des photos et documents judicieusement choisis accompagnent le texte, de même qu’une bibliographie, faisant état de mémoires universitaires non publiés. Regrettons simplement l’absence de glossaire pour les sigles helvétiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.