Odile Buisson, Sale temps pour les femmes, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, collection « Coup de Gueule », 2013, 236 pages, 18,90 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Que n’a-t-on dit sur la pilule et sur la « quatrième génération », puis la « troisième » avant de sauver in extremis celles de « première » et « deuxième » générations. Pour combien de temps 1 ?

Ce livre du docteur Odile Buisson peut s’inscrire dans la lutte contre un certain esprit anti-scientifique, que d’aucuns attribuent parfois aux Français. Situation paradoxale, en effet : 91 % des Françaises (de 15 à 49 ans) disent utiliser un moyen contraceptif mais pourtant 211 985 interruptions volontaires de grossesse (I.V.G.) ont été pratiquées en 2010 selon les chiffres de notre auteure (p. 180). Alors que les anti-IVG ne cessent de manifester et de financer parfois certaines associations, nous devons nous interroger sur la ou les causes de tels chiffres, les plus élevés d’Europe2. C’est précisément l’option choisie par Odile Buisson dans un chapitre complet. Elle constate, presque avec dépit, que les politiques en ce domaine sont bien trop timorées, que l’éducation sexuelle est complètement évincée des programmes scolaires (p. 183) par pudibonderie, ce qu’elle nomme des « résistances dignes de couventines » (p. 184). Du coup, beaucoup de jeunes gens découvrent la sexualité par la pornographie, ce qui n’est pas précisément le meilleur moyen d’appréhender la biologie ou le respect de l’autre. Et Odile Buisson de souligner avec vigueur : « Alors que l’IVG est gratuite… la contraception est payante voire vilipendée. Nos gamines n’ont pas fini de souffrir » (p. 187). Afin d’épargner au lecteur les cas que l’auteure met en avant au début de chaque chapitre, issus de son vécu médical, deux exemples suffiront : celui d’une adolescente de quatorze ans mise enceinte par un de ses camarades et qui finalement doit avorter outre-manche, car le délai légal est dépassé, et celui de cette femme faisant une fausse-couche dans la salle d’attente bondée des Urgences, et renvoyée manu militari chez elle.

Il faut s’accrocher parfois pour lire ce livre et à chaque fois, pour chaque thème, on voit la peur, l’angoisse, la douleur chez les femmes qui en peuplent les chapitres. Les scènes sont crues, parfois choquantes, son style percutant et le reproche lui en souvent été fait. Néanmoins, elle nous fait réfléchir. Le vrai coupable de ce « sale temps pour les femmes », il ne faut pas le chercher bien loin, il est désigné par Odile Buisson dès l’introduction, c’est bien le capitalisme, nous dirions plus justement le mode de production capitaliste qui « s’invite dans la santé de l’humain et industrialise la médecine…» (p. 18). Résultat : des gagnants «  ceux qui pensent faire de chaque morceau de corps humain, une petite entreprise » et des perdants « tous les assurés sociaux contraint de suivre le parcours fléché économique » (p. 19). Et encore un paradoxe français, car si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que la santé des femmes est vitale « dans l’intérêt de tous », « pour leur famille, pour leur communauté » (p. 19)3, que « Les femmes assurent la majeure partie des soins de santé, mais reçoivent rarement ceux dont elles ont besoin »4, la « nouvelle tendance française propose rigoureusement l’inverse » (p. 20). Mais que propose cette nouvelle tendance ? C’est fort simple : l’allaitement au sein, l’accouchement dans la douleur, chez soi ou dans son jardin, la sortie précoce de la maternité et ce que nous avons dit plus haut sur la contraception. Vaste et beau programme diraient certain-e-s … mais c’est un peu comme si les mouvements de libération des femmes n’avaient jamais eu de prise dans la société française et quand bien même l’auraient-elles eue, leur remise en cause s’affiche ouvertement aujourd’hui 5. En fait, les femmes sont prises dans une spirale dialectique morbide, d’une part les alternatives paramédicales à la science (maison de l’accouchement…) et le capitalisme médical (rentabilité des soins par la non-hospitalisation et les sorties précoces).

Une femme reste aujourd’hui en France environ 4,4 jours à l’hôpital après un accouchement, c’est beaucoup plus qu’en Grande-Bretagne (1,4) où la femme est renvoyée dans ses foyers le jour même, alors que les incidents post-accouchements augmentent de manière inquiétante par ailleurs (p. 132). La France y échappera-t-elle, grâce à son système de protection sociale ? Que nenni, le dispositif « PRADO », qui est un accord signé entre l’assurance maladie et les sages-femmes, permet déjà un « retour précoce », puisqu’il paraît que les femmes coûtent cher…

Enfin la thématique « anti-science «  est très présente dans un certain nombre de chapitres du livre. L’anti-science est soit institutionnalisée dans des collectifs (chapitre 2 du livre) où alors, lorsque la science devient le dernier recours, tout cela sert à s’assurer un discours social-darwinien du plus mauvais effet, qui confine à l’eugénisme (chapitre 3 « la folie trisomique »). Parfois la science est donc bien balayée au profit du ressenti et de l’affect, ainsi le chapitre 6 nous dévoile le discours prégnant autour de l’accouchement « normal » où une femme est censée devenir mère lorsqu’elle enfante dans la douleur, ce qui fait dire à l’auteure de manière certes ironique : « De vraies championnes olympiques à qui nous ne disputerons ni la médaille, ni la crise hémorroïdaire » (p. 115).

Les arguments antiscientifiques ne sont donc pas légions, ils sont de deux ordres :

  • Dire que l’accouchement n’est pas une maladie, que cela ne mérite donc pas la médicalisation et que les femmes qui se font aider sont finalement renvoyées à la sémantique des « mauvaises mères », « douillettes » et « immatures » (p. 158) bref « une morale conformiste et souvent bourgeoise de la sujétion de la femme à la douleur » (p.166) et

  • Faire de la femme un objet « qui doit servir l’écologie et l’économie », et Odile Buisson se fait un malin plaisir à recenser la propagande pour l’allaitement au sein par exemple, avec des slogans fulgurants sur une photo de poitrine « prêt en un instant ! moins de travail ! ». En somme, faire de la femme un empire dans un empire aurait écrit Spinoza, c’est-à-dire la chosifier, bref mettre en avant l’égomanie de l’être humain en sacralisant un acte biologique.

Les hommes sont aussi sur la sellette. En effet, si des femmes veulent devenir mère dans la douleur, ne pas oublier que« la majorité des Français ne sont pas comme les Suédois qui s’attaquent aux tâches domestiques avec leur même ardeur que leur compagne et ce, sans que le maniement de l’aspirateur ne vienne pour autant balayer leur virilité », puisque « les motivations des 63% de pères qui prennent un congé paternité ne sont pas bien connues » (p. 126-127). Il est vrai que les femmes françaises qui viennent d’accoucher ne sont pas aidées. Et finalement l’auteure résume tout en une phrase au sujet de la maternité: « …gueuler, gémir, pleurer, suffoquer et mordre les draps c’est une libération ?  » (p. 160).

De la pilule, de l’accouchement, de la maternité, Odile Buisson ne nous épargne rien et sur chacun de ces points, le constat est sans appel, il y a régression et un véritable danger qui pointe et dont la controverse sur la pilule, que nous évoquions au début de cette recension, n’est que le sommet de l’iceberg. Cette controverse, justement, est désamorcée en un chiffre : L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dénombré 13 décès imputables aux contraceptions orales sur 27 ans. Les grossesses provoquent 70 décès en moyenne par an (p. 11). C’est ici aussi qu’il faut voir la mesure.

« Vu de l’extérieur, les femmes n’ont pas encore pris conscience du grand braquage qu’elles viennent de subir » écrit Odile Buisson à la fin de son introduction (p. 20). Cela est plus que vraisemblable. Sa conclusion est sans appel : « Mère de l’humanité et pourtant sexe second…il est grand temps de se faire respecter » (p. 233). C’est donc un ouvrage à lire d’urgence, avant que la réaction (patriarcat ambiant, retour en force du « naturel » et antiscience) ne gagne définitivement la partie.

1 Voici le communiqué de presse officiel du planning familial à ce propos : http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/2013-01-29_cp_pilule_suite.pdf

2 Une brochure militante et intéressante sur les évolutions des mouvements anti-IVG : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/46/03/81/RS2F-LES-ANTI-IVG-ET-AUTRES-TEXTES-FEMINISTES-VERSION-1.pdf

4 Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.