Edouard Jourdain, L’anarchisme, Paris, La Découverte, collection « Repères Sciences politiques », 2013, 125 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A priori, il n’était pas donné de réussir le pari de donner une image à peu près complète de l’anarchisme dans un format si contraint (celui de la collection Repères, à La Découverte). Globalement, on peut dire que ce pari est réussi. En trois grandes parties, Edouard Jourdain, déjà auteur d’un ouvrage consacré à Proudhon (Proudhon, Un socialisme libertaire, Michalon, 2009)1, propose de présenter les principaux points d’un ensemble à la fois théorique (partie I), historique (partie II) et d’actualité contemporaine (partie III). Le premier chapitre est donc consacré, sans surprise, aux théoriciens fondateurs, Proudhon, Bakounine, Kropotkine, Stirner, auquel s’ajoute un encadré, assez inattendu, consacré à Georges Palante. Au passage, Edouard Jourdain en profite hardiment pour émettre quelques piques sur Karl Marx et les socialistes « autoritaires ». Sans pouvoir entrer dans les détails d’un débat qui ne peut avoir lieu ici, on aurait néanmoins aimé que l’auteur ne se laisse pas entraîner par des polémiques répétitive à propos des critiques les plus convenues faites à Marx. Cumulées en quelques pages, cela offre une vision pour le moins étriquée du marxisme. Par exemple, Marx est crédité de la croyance en l’émancipation du prolétariat « grâce aux structures de l’État, y compris par les voies légales du parlementarisme » (p. 25) ; « Marx et ses épigones n’ont compris l’égalité qu’avec l’autorité de l’État » (p. 24) ou encore, Marx « considère (la religion) comme un simple produit des rapports de production » (p. 21). Le développement sur l’anarchisme individualiste, incarné par Stirner, mais aussi Bellgarigue, Armand, Han Ryner apprend sans doute plus au lecteur. Le second chapitre porte sur les marges de l’anarchisme. Et plus que ce terme de marges, c’est bien plutôt la plasticité des théories qui recoupent le mouvement anarchiste qui surprend. Qu’Ernest Coeurderoy ou Joseph Dejacque incarnent un courant romantique relève sans aucun doute de ses fameuses marges. Mais que l’anarchisme religieux (passage de surcroît fort allusif), l’anarchisme de droite ou l’anarcho-capitalisme (les libertariens) puissent relever du courant anarchiste laisse songeur. De même, la place d’Eugène Fournière et de Benoît Malon, version morale du socialisme, n’était pas nécessairement attendue. La seconde partie porte sur les anarchistes dans l’histoire. A propos de l’Espagne, un esprit polémique ou chagrin pointerait sans doute que si l’on voulait, comme y invite l’auteur2, évaluer l’action des anarchistes sur la pertinence de ce qu’ils y ont réalisé, le bilan serait sans doute cruel et rapide (pour un aperçu non-apologétique, non cité, François Godicheau, La guerre d’Espagne. Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1939), Odile Jacob, 2004). Les expériences de l’AIT, de la Fédération jurassienne, les tentatives italiennes (dont on s’interroge sur ce que Fiume vient faire dans cette liste, alors qu’il s’agit d’un des plus sombres épisodes qui voit des syndicalistes libertaires évoluer vers le fascisme), l’épopée makhnoviste (qui s’oppose au socialisme autoritaire bolchevique) ou, bien sûr, la guerre civile espagnole, dont la narration confine au mythe, sont présentés. Plusieurs expériences libertaires, celle du syndicalisme révolutionnaire, des pacifistes (dont l’auteur reconnaît qu’il est pour le moins délicat puisque « il n’en reste pas moins qu’ils s’adapteront souvent aux situations qui les amèneront à porter les armes » (p. 72), voire à en appeler à la guerre : Manifeste des 16), des expériences pédagogiques, Mai 68, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il y régnât sans aucun doute un esprit libertaire, mais sans libertaires, sont évoqués également. Enfin, dans un troisième et dernier temps, le regard se pose sur les expériences contemporaines de l’anarchisme. L’apport du marxisme pour certains libertaires (Daniel Guérin) est évoqué, non sans une pointe fielleuse, l’écologie anarchiste, en particulier avec des auteurs nord-américains (dans le droit fil des réflexions d’Elisée Reclus) fait l’objet d’un intéressant développement. L’apport de l’ethnologie (Clastres ou Graeber) est rappelé, ainsi que l’économie participaliste. Un chapitre complet est consacré aux sensibilités libertaires au XXe siècle, avec des réflexions parfois assez éloignées de l’anarchisme doctrinal. Ainsi en va-t-il des non-conformistes des années 30, ou de penseurs qui ne se sont jamais revendiqués de cette idéologique, que ce soit Cornelius Castoriadis ou Jacques Ellul. Enfin, pour parfaire cet exhaustif ensemble, l’ouvrage se conclut par le municipalisme, les Zones autonomes temporaires (TAZ), dont l’auteur prend la peine de rappeler qu’elles sont très contestées au sein du mouvement libertaire, avant d’élargir le propos en sortant du continent européen pour évoquer le développement de l’altermondialisme exemplifié par la récupération des usines en Argentine ou la commune d’Oaxaca au Mexique. Edouard Jourdain conclut son approche par le constat que même si bien des mouvements (ou des auteurs) ne se revendiquent pas explicitement de l’anarchisme, il n’en reste pas moins que l’on peut considérer qu’ils sont empreints de l’idéal anarchiste, puisque celui-ci est la recherche de la liberté. Doit-on comprendre que l’anarchisme est infini et qu’il a vocation à faire figure d’idéologie centrale pour les siècles et les siècles ?

1 Le compte rendu se trouve dans notre revue électronique, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1145

2 « (…) la guerre d’Espagne constituant à ce jour, malgré la difficulté du contexte, le moment où il purent réaliser leur idéal à la plus grande échelle » (p. 47).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.