Laurence Van Nuijs, La critique littéraire communiste en Belgique. Le Drapeau Rouge et De Rode Vaan (1944-1956), Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2012, 332 pages, 40,10 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les livres sur l’histoire de la gauche et de l’extrême gauche en Belgique sont si rares, qu’on craindrait presque de faire la fine bouche. Par le biais d’une étude des pages culturelles des journaux communistes francophones et néerlandophones belges, cet essai a pour ambition d’examiner l’esthétique communiste appliquée à la « littérature nationale ». Et ce durant les années parmi les plus orthodoxes, en pleine Guerre froide.

L’auteur resitue cette critique littéraire dans une politique culturelle communiste plus large de lutte contre l’impérialisme américain et de (re)valorisation de la dimension nationale. Ainsi, selon elle, en Belgique, « deux thèmes majeurs orientent le discours sur l’histoire nationale » : « la trahison de la tradition littéraire nationale par les élites » et « sa sauvegarde et [de] sa redécouverte ». Et cette orientation est articulée par une lecture historique qui divise les acteurs en deux camps : « les forces du « progrès » et celles de la « réaction » » (p. 95-97). D’où, selon Van Nuijs, une survalorisation de l’optimisme (et le rejet conséquent du pessimisme, bien mis ici en évidence) et l’incapacité de cette critique « à concevoir un monde régi autrement que par une logique téléologique menant à la victoire finale des communistes » (p. 136).

Le livre offre d’intéressants éclairages des relations entre le Parti communiste français (PCF) et le Parti communiste belge(PCB), du jugement sur le surréalisme et du recours au vers traditionnel dans la poésie valorisée par les communistes à partir des années 1950, et plus généralement sur les diverses appréciations d’une même oeuvre. Il s’attarde en outre sur les analyses et les parcours de plusieurs critiques ou figures (Fernand Lefebvre, Louis Paul Boon, et, dans une moindre mesure, Frans Buyens, le futur cinéaste, sur lequel l’auteur ne s’arrête pas…). Très certainement, ces deux attraits majeurs sont de montrer la « délimitation « nationale » de la littérature » divergente entre le quotidien francophone et son homologue flamand, et de mieux préciser la place de l’hétéronomie de la littérature dans la conception communiste. Ce n’est pas que l’esthétique disparaisse complètement sous le dogmatisme et le sectarisme, mais elle est alignée sur un jugement idéologique : « l’esthétique est valable dans la mesure où elle contribue à faire passer de manière transparente les valeurs légitimes, où elle n’attire pas l’attention sur elle-même et contribue à une prise de conscience spontanée chez le lecteur » (p. 273).

Malheureusement, le livre souffre de plusieurs défauts. Ce que l’auteur signale elle-même comme une piste de recherche complémentaire – « la confrontation de manière plus systématique à un complément contextuel » (p. 275) – apparaît en réalité moins comme un additif possible que comme un manque certain. L’analyse discursive offre certes un panorama très large, mais trop dispersé et sans être suffisamment situé dans les structures et politiques mises en place. Une approche plus serrée, ciblée et synthétique aurait été bienvenue. Et ce d’autant plus que la majorité des oeuvres analysées ici sont peu ou pas connues du public. Il aurait fallu se centrer sur moins d’ouvrages et proposer pour chacun un éclairage minimum. À cela s’ajoute le fait que les nombreuses citations en néerlandais ne sont pas traduites. La lecture en devient dès lors fastidieuse et répétitive. Dommage pour un essai qui se propose d’offrir pour la première fois une étude globale sur la « question littéraire nationale » pour le PCB durant la Guerre froide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.