Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection « Témoignage », 2011, 222 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Né à Croix-de-Vie (Vendée) Guy Ruchaud raconte dans cet ouvrage autobiographique ce que furent ses engagements militants : mouvement de jeunesse (JOC), syndical (CFTC, puis CFDT), politique (PS), associatif (au service de la réinsertion des malades mentaux). Il est intéressant de noter ce qui a déclenché la volonté de se raconter, son parcours et ses choix de vie. En effet, c’est un travail universitaire en 2005, l’amenant à répondre longuement à une jeune chercheuse, puis la sollicitation amicale d’un ancien enseignant (dans le cadre du CDHMOT de Nantes) qui a incité l’auteur à se confier au récit. Très classiquement, le livre s’ouvre par la narration de son enfance, une enfance paysanne, puis son père devient gendarme. Autant dire que le milieu familial est celui de l’ordre. A la Libération, il s’engage dans la JOC, car, apprenti, il est mis en contact avec d’autres jeunes de ce mouvement. C’est pleinement en chrétien, fier de sa foi et de la confiance dans l’action collective qu’il s’engage syndicalement à son retour du service militaire, parcours modal de toute une génération de croyants issus du monde ouvrier. Engagement qui s’inscrit dans l’intimité, puisque celle qui va devenir sa femme partage les mêmes valeurs : « Mimi avait retenu mon attention, et nous nous sommes promis de vivre un amour partagé au service de la classe ouvrière » (p. 54). Cette fibre se conforte par le biais de la fréquentation de l’ACO, prolongement d’une démarche de foi militante, qui se manifeste par l’organisation de rencontres avec des patrons (chrétiens) et des ouvriers (militants) lors de conflits dans le bâtiment. Il participe également, avec enthousiasme aux ENO (Écoles normales ouvrières), avec sa femme. Cette formation syndicale renforce encore son engagement. En 1959, il est désigné lors de la création des ASSEDIC comme représentant syndical. L’évocation (hélas trop courte et fort descriptive) de cette activité est très intéressante, car elle démontre que cette participation institutionnelle s’accompagne de la formation d’une expertise syndicale, fruit du travail d’enquête mis en place pour mesurer les questions d’emploi. Parallèlement, avec sa femme, il participe au mouvement des Castors, afin de pouvoir (enfin) disposer d’un logement décent. En 1961, la responsable de l’Union départementale (UD) Vendée lui est confiée. Il devient permanent syndical. Symptomatique est sa réaction quand il apprend la proposition : je n’y suis pour rien : « Je le dis nettement : je n’ai pas sollicité ce poste » (p. 78). Cette réaction manifeste clairement l’humilité structurale dans laquelle l’« oblat » se sacrifie à la cause. Et les conditions décrites des activités syndicales relèvent en effet d’un dévouement sans nom à la cause, d’autant qu’à l’époque les moyens de communication n’étaient pas encore totalement modernes. Ainsi, le téléphone qu’il utilisait en permanence était celui de son voisin. Les journées commençaient très tôt, par la tournée des chantiers et la rencontre avant l’embauche, pour se terminer vers 23 h. Mais le syndicat bénéficie de ce dévouement et les progrès d’implantation de la CFTC sont notables, malgré la réticence des employeurs, dont de nombreux exemples sont cités. Réticence patronale qui se manifeste parfois dans une violence symbolique, par l’animalisation du syndicaliste : « Le patron qui m’en voulait particulièrement, a décidé d’appeler son chien « Ruchaud » (…) Je prenais les choses par la dérision ; il n’empêche que ça faisait mal » (p. 90). La totalité de son existence est encadrée par l’activité syndicale et militante. Les loisirs, passés dans les maisons familiales (gérées à cette époque par des associations militantes) sont une occasion de faire profiter les vacanciers de ses compétences. Ainsi on le sollicite durant une veillée pour animer la soirée par un exposé sur la Vendée, son industrialisation et son organisation économique. Son récit de la transformation de la CFTC en CFDT (à laquelle il est acquis) présente tout son intérêt. En effet, la base de l’organisation est plutôt réservée, si bien que la volonté transformatrice aboutit à un équilibre des forces. Il faudra l’initiative des structures pour emporter la conviction. Évidemment, la Vendée, département faiblement industrialisé, marqué par la prégnance d’un état d’esprit conservateur, n’est guère à l’avant dans ce mouvement. Mais, en contrepartie, les liens sont forts entre le monde syndical et le monde paysan (JOC/JAC ; CFDT/JAC) et joueront un rôle crucial en mai 68, épisode sur lequel il jette un regard assez désabusé. Durant douze ans, il est secrétaire de l’UD et au début des années 70 vient pour lui l’heure de la reconversion professionnelle. Il est embauché dans une association qui s’occupe des handicapés mentaux lors de leur sortie de l’hôpital psychiatrique. Guy Ruchaud déploie alors tout son sens de l’innovation sociale acquis lors de ses activités syndicales, manifestant l’importance du capital militant ainsi déployé pour une cause alternative à celle pour laquelle il s’était forgé. Parallèlement, il s’engage au Parti socialiste, dégagé qu’il est de ses responsabilités syndicales. Il tente de transposer dans sa Vendée natale l’esprit des GAM (Groupes d’action municipale, issus de l’expérience du laboratoire grenoblois). C’est ainsi que naît, dès 1977, un budget participatif dans sa commune. Arrivé à la retraite, il n’aspire plus qu’au repos bien mérité, tout en maintenant néanmoins sa participation à plusieurs associations locales. La dernière partie est consacrée à un bilan personnel de sa vie et à l’évocation du monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui, manifestant une certaine sagesse et de profondes réserves face à « un déferlement de matériel et d’objets inutiles (… et) je pense que les travailleurs ne sont pas, dans leur grande majorité, plus heureux aujourd’hui que dans les années 1960 » (p. 218). Toujours actif au sein de la structure CFDT des retraités, il conclut son livre par un regard prospectif : « Dans la foi en l’homme qui m’a toujours animé, je continue de croire à une autre vie surnaturelle que Dieu nous a réservée, et cette Espérance, je la vis journellement dans la compagnie d’Anne, me préparant sereinement à la rejoindre » (p. 234). Guy Ruchaud nous livre ainsi un témoignage tout à fait instructif sur cette génération d’après-guerre qui a construit la CFDT actuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.